Search
mardi 6 décembre 2016
  • :
  • :

Marcelle Crouvisier souffle 100 bougies

image_pdfimage_print
Marcelle fraiche comme une rose du jour

Marcelle fraiche comme une rose du jour

Elle a du souffle Marcelle, puisque Madame Crouvisier de son nom de mariage, a soufflé le 25 juillet dernier ses 100 ans. La famille,  il ne manquait personne à l’appel, s’est réunie dimanche dernier à l’Hôtel de la Jamagne pour fêter l’événement. Car s’en est un même si les centenaires se multiplient à Gérardmer et ailleurs. Ils ne sont finalement pas légion et d’une manière comme d’une autre, on se doit de les dorloter comme le font des 2 enfants de Marcelle  : Pierre et Michelle mais aussi  ses 7 petits-enfants et 14 arrières petits enfants : le mari de Marcelle est décédé en 1980.

Bien qu’originaire du Tholy où elle vécu une grande partie de sa vie,  Marcelle est aujourd’hui installée au Vinot depuis 20 ans. La jeune centenaire, pléonasme, a encore une belle vigueur, comme durant sa vie professionnelle qu’elle consacra pour le compte du Tissage Hantz également au Tholy.

Aujourd’hui, Marcelle va chaque jour faire ses courses, parfois accompagnée de ses enfants, mais elle reste pour l’instant autonome et entend le demeurer le plus longtemps possible  » je suis heureuse de vivre et l’espère encore quelques années  » souligne -t-elle avec une certaine malice » je joue souvent aux cartes avec les copines et, en ce moment, je regarde le Tour de France. Je me laisse vivre,  je m’estime heureuse d’être en bonne santé et j’ai la chance d’être entourée des miens  »

Une belle famille réunie autour de Marcelle et ses 100 ans

Une belle famille réunie autour de Marcelle et ses 100 ans

Comme toutes les personnes âgées, un peu plus même, Marcelle Crouvisier se souvient des années les plus sombres de son existence. Du retour de la guerre 14-18 de son père alors qu’elle n’avait que 4 ans. Mais aussi des années difficiles en 39-45 alors que son mari fut prisonnier pendant 5 ans et qu’elle du élever seule ses enfants. Mais le passé est le passé. Marcelle regarde devant elle, sans trop d’état d’âme ni d’amertume. La centenaine profite de la vie…c’est si beau la vie




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *