Search
lundi 5 décembre 2016
  • :
  • :

Des cavaliers qui surgissent hors de la nuit

image_pdfimage_print
17 cavaliers dont 9 venus des Deux-Sèvres

17 cavaliers dont 9 venus des Deux-Sèvres

« Un cavalier qui surgit hors de la nuit, court vers l’aventure au galop« ….oh les chevaux ! ou au petit matin, c’est selon et sans se prendre pour Zorro. Vous aurez reconnu pour les plus anciens le générique des aventures de l’homme masqué.  En l’occurrence, c’est matin et soir pour les 17 cavaliers venus par mont et par vaux de Dommartin les Remiremont plus exactement de la ferme équestre des Granges de Franould  et  qui ont fait étape, dans la nuit de samedi  à dimanche,  au camping des Myrtilles aux Bas-Rupts.

Moment d'intimité avant le départ entre la cavalière et son cheval

Moment d’intimité avant le départ entre la cavalière et son cheval

La posologie de bien-être ne s’arrête pas à un gardénal ingurgité  matin et soir, c’est toute la journée que les 15 demoiselles (dont 9 arrivées des Deux Sèvres ) et les deux messieurs sont au contact de leur fiers destriers : du poney au petit cheval Hiiiii ! Des chevaux de propriétaires ou loués à l’écurie concernée. Doucement les Appaloosa,  on reprend la route, pendant 6 heures sur les chemins de traverse pour retrouver ses quartiers après 3 jours de randonnée qui passaient également par Basse-sur-le-Rupt.

 » C‘est une escapade qui est faite dans les règles de l’art et dans l’étique du bien être du cheval  » commente Isabelle Georges-Py,  présidente de l’association des cavaliers de la Licorne  » les chevaux sont mis au parc le soir. Ils ont besoin de se rouler à terre, de s’étirer. De la même manière, les cavaliers n’hésitent par à mettre pied à terre dans une montée lorsque le cheval est mis à rude épreuve ».

C'est bientôt le départ

C’est bientôt le départ

Visiblement, nos amis sont robustes et particulièrement gâtés par les jeunes femmes. Le sport équestre a en effet la particularité d’être très prisé par la gente féminine. «  Je pense que c’est lié à une relation affective forte, plus forte qu’avec les hommes  » poursuit la monitrice  » il faut brosser un cheval, l’étriller  et cette relation tactile  correspond sans doute plus aux femmes ».  Hé ho et nous les hommes !

Bref, Appaloosa, double poney et Mérens ont repris la route, précédés de la logistique nécessaire à trois jours de voyage. Dans le coffre des suiveurs, le  matériel de parcage, de camping et les rations des athlètes cavaliers et équidés. C’est d’ailleurs pour cette raison que le groupe a fait étape aux Bas-Rupts dans la structure du mari de Anne

Anne heureuse d’accueillir le groupe de cavaliers

Anne Chwaliszeski heureuse d’accueillir le groupe de cavaliers

Chwaliszeski (adjointe au maire ) qui connait particulièrement bien le monde du cheval. Le temps  d’un repos bien mérité, les tandems ont profité de la douceur d’un « home sweet home » version vie équestre.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *