Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

TG2V s’installe dans la durée

image_pdfimage_print

IMG_7461Dimanche avait lieu l’habituel rendez-vous d’information et de sensibilisation au retour du train en terres gérômoises. Une nouvelle édition de « Faites du Train » qui célébrait au passage les 10 ans d’existence de l’association TG2V qui n’entend pas baisser les bras dans son combat et qui « s’inscrit désormais dans la durée », pour reprendre les mots de Robert Frayon.

Les derniers mois n’auront pourtant pas été faciles à vivre pour TG2V qui continuera à faire entendre sa voix et à militer pour la réouverture de la ligne Gérardmer-Bruyères en direction d’Epinal ou St Dié. « La fermeture de cette ligne était une erreur, un choix politique qui consistait à déshabiller Pierre pour rhabiller Paul. Aujourd’hui, on constate que la création de la gare TGV Lorraine de Louvigny est une autre de ces erreurs. Il y a déjà un nouveau projet pour créer une nouvelle gare à Vandières afin de remplacer la gare « betterave » de Louvigny. C’est à 20 km de l’actuel site, la Région et le Département militent pour ce projet et des structures recherchent des financements pour le réaliser », explique Robert Frayon.

« Il y a des sous »

Robert Frayon et TG2V savent qu'il y a encore de quoi espérer et que le combat n'est fini

Robert Frayon et TG2V savent qu’il y a encore de quoi espérer et que le combat n’est fini

Et de poursuivre : « Ce que nous pensons, c’est que si l’on peut gâcher de l’argent pour une gare comme Louvigny et qu’un projet comme Vandière peut aboutir, c’est qu’il y a des sous pour remettre en service la ligne Gérardmer-Bruyères ». Alors même si TG2V est rarement invité à la table des concertations concernant l’avenir de la ligne et de la voie concernées, ce que l’association déplore fortement, nous gardons l’espoir. Les adhérents, toujours nombreux, soutiennent le projet et même si l’expérience des cars mis en place en 2014 n’a pas été concluante, elle n’est pas non plus éloquente pour TG2V : « Il n’y a quasiment eu aucune campagne de publicité, très peu de promotion pour faire savoir à la population que ces cars étaient mis en place. On ne peut pas se baser sur cette expérience pour tirer des conclusions », assure Robert Frayon.

« Conserver le statut de voie ferrée »

La suite des opérations pour TG2V va donc consister à veiller à ce que la Vallée de la Vologne reste dans le réseau ferré : « Nous nous opposons au classement en voie verte qui est une solution de facilité et qui ne garantit absolument pas la création d’emplois à l’avenir. La voie doit garder son statut de voie ferrée et ne doit pas être déclassée. Nous sommes prêts à entamer une procédure judiciaire si cela devait être le cas. Par ailleurs, avec le projet de fusion des Régions en 2015, il y aura peut-être une nouvelle équipe en place au Conseil avec laquelle nous pouvons espérer avancer », conclut Robert Frayon.

Retrouvez TG2V sur son site : http://www.tg2v.org/




13 réactions sur “TG2V s’installe dans la durée

  1. Gilles CHIPOT

    Après l’essai édifiant et très malheureux de la ligne de bus GERARDMER – BRUYERES, la région a donc fort justement décidé de ne plus investir un euros dans cette fantasmagorie.
    Cette position ferme du principal financier a pour conséquence de sceller enfin le cercueil de cette utopie .
    Une très forte majorité de Géromois souhaitent par contre voir créer en lieu et place un voie verte (a minima GERARDMER /LES EVELYNES).
    Serait-t-il possible de connaitre sur ce sujet la position et la volonté de nos élus (Maire,Conseiller général et conseillers régionaux)?

    répondre
  2. mimi

    C’est bien d’avoir essayé, j’y ai cru aussi, mais c’est un trop gros coût pour les finances publiques.
    Soyez réalistes et ne faites pas par idéologie et obstination du jusqu’au boutisme.
    Maintenant, retarder la voie verte par diverses procédures administratives, c’est pénaliser l’économie touristique, pensez à ceux qui en vivent !

    répondre
  3. Alexis MARTIN

    M. CHIPOT, la propension qu’ont nos élus à ne froisser personne de peur de perdre quelques voix les conduirait sans nul doute à proposer la construction d’une voie verte parallèlement à une voie ferrée.

    répondre
  4. max

    Plus intéressant de mettre de l argent pour le retour du train que mettre de l’ argent pour faire du vélo. Meme si les finances pour le moment ne sont pas au RDV. attendre que les régions se regroupent pour une aide plus importante non ?
    Au moins le train ça sera moins GALÈRE, vous pensez aux jeunes mince!!!!

    répondre
    1. Gilles CHIPOT

      La seule nuance à apporter à vos propos est que le cout pour la création d’une voie verte doit être de 100 000 à 120 000 euros par kilomètre . Le montant de la remise en état de la ligne BRUYERES GERARDMER a un cout estimé entre 1 500 000 et 1 800 000 euros par kilomètre (hors salaires et cout de fonctionnement) .
      Cela représente un cout total multiplié par 15. Remarquez que vu d’un delta plane, cela semble peu.
      Autre chose à prendre en considération : une voie verte se met rarement en grève….

      répondre
  5. Laurent Toussaint

    Messieurs Chipot et Martin vous m’otez les mots de la bouche , ou plutôt les doigts de mon clavier ! Solidaire à vos réactions je suis et je ne dois pas être un cas isolé …

    répondre
    1. max

      120 000euros / kms = 2 160 000 euros !! Pour faire du vélo…. comparativement c’ est pas mieux…

      Mais comme je dois ETRE « UN CAS ISOLE » je me dis que forcement tt le monde a une voiture qui ne coûte pas grand chose … et que le prix de l’ essence descend,
      je me Démerde..quoi. SUPER la France, a chacun sa Merde
      A l hôpital il y a des grèves aussi  » POUR ne pas fermer »

      répondre
  6. Le groupe Gérardmer Perle d'Avenir

    Bonjour,

    Nous souhaitons toujours en partenariat avec les villes de la communauté de communes et les diverses collectivités locales initier un magnifique projet visant à la transformation de la voie ferrée Laveline-devant-Bruyères-Gérardmer en une voie verte multi-activités.

    répondre
  7. max

    Desolé, mais toutes vos excuses contre le train ( en plus, pour une voie verte qui pourrait à la limite être pourquoi pas a coté de la ligne SNCF) me retireront pas de la tête que la SNCF a voulu depuis des années se décharger des petites lignes aux profits du TGV.
    Alors on peut aussi se poser la question du TGV à Remiremont / ST dié, là il y avait de l’ argent …. IMAGE de marque??

    Pas contre les voies verte au contraire, mais honnêtement le train aurait apporté du plus pour Gerardmer …
    La possibilité d’ avoir un moyen de transport arrivant dans notre ville était un vrai plus, Je penses notamment a la Bresse … Dommage.

    répondre
  8. Gilles Chipot

    Pour vous aider (peut-être) à compléter votre reflexion,vous devriez acheter le magazine « l’express » de cette semaine.
    Son titre : « la faillite, c’est maintenant ».

    répondre
  9. max

    oui donc crise = suprimer tt !?
    Il aurait bien d autres choses avant a suprimer. Et surtout pas les transports justement au contraire.
    Deplus il y a pas de crise pour la creation des autoroutes alors? Volonte surtout.. @ + max

    répondre
  10. Alexis MARTIN

    Au nom du service public et des 2000 milliards de dette de la France, des très nombreux artisans et commerçants qui n’arrivent plus à payer leur RSI, de tous les particuliers perclus par les toutes dernières vagues d’impôts.
    Je souhaiterais :
    Que soit enfin couvert le terrain de Ramberchamps par un toit amovible.
    Pour mes prochaines vacances exotiques et pour m’éviter de descendre à BALE MULHOUSE, je voudrais la création d’un aéroport au beillard.
    Que le système de bus urbain de la ville de Gérardmer s’arrête devant chez moi et avec une rotation à chaque quart d’heure.
    Que lorsqu’il neige, un système de taxis (gratuits of course) soit mis en place pour amener nos piou piou à l’école.
    Que tout les trottoirs de la ville de Gérardmer soient dotés pour l’hiver de résistance électrique chauffante.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *