Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Politique : Xavier Vervisch jette l’éponge au PS

image_pdfimage_print
Xavier Vervisch surpris dans ses pensées d'un automne frisquet.

Xavier Vervisch surpris dans ses pensées d’un automne frisquet.

Nous avons rencontré ce matin même au vide Grenier de l’École des Bas-Rupts, perdu dans ses pensées d’un petit matin frisquet, le secrétaire de la section locale du Parti Social Xavier Vervisch. Ou plutôt l’ancien responsable gérômois  qui a succédé au maire Stessy Speissmann en décembre 2012 à décidé de jeter l’éponge au regard des orientations prises actuellement par le gouvernement Valls.

« j’ai effectivement donné ma démission il y a une semaine  » concède Xavier Vervisch  » par courrier à l’ensemble des adhérents de la section. J’y explique mes motivations. L’évolution actuelle du Parti Socialiste  ne me satisfait pas du tout, sans parler de toutes les affaires. Le PS dérive non seulement sur  un modèle de sociale démocratie basé sur un social libéralisme  notamment avec la nomination du banquier d’affaire  Macron au  poste de ministre de l’économie. Hollande avait dit que son principal ennemi c’était la finance, visiblement ce n’est pas le cas. Je me recentre  à gauche. De plus, je pense qu’il existe aujourd’hui en France un réel problème institutionnel. Avec mes humbles moyens je vais m’investir dans la construction d’une  6ème république ».

Pour conclure Xavier Vervisch a souhaité éclaircir sa position par rapport à la municipalité actuelle

« Ma décision et mes nouvelles orientations n’ont rien à voir avec la nouvelle équipe dirigeante. Gérardmer est une des seules villes  d’union de la gauche. Je suis au coté de la  majorité, si bien sur celle-ci reste dans une même configuration idéologique.

Reste maintenant aux adhérents du Parti Socialiste et à la section locale de désigner un nouveau secrétaire, sans doute dans les semaines prochaines.

 




12 réactions sur “Politique : Xavier Vervisch jette l’éponge au PS

  1. Coté

    Xavier

    C’est le contraire qu’il faut faire : recruter de vrais socialistes pour imposer au parti une retour sur les fondamentaux et ne pas laisser le parti aux néo-libéraux qui veulent faire ce que Blair et Schroeder! Retourne au charbon, la gauche a besoin de toi !
    Quand les dégoûtés s’en vont ne reste que les dégoûtants dixit Pierre Mauroy

    répondre
  2. Defranould eric

    Voilà enfin un socialiste qui se distancie d’un gouvernement qui mène une politique de droite, il n’est plus possible pour des militant(e)s se réclamant de la GAUCHE d’avaler des couleuvres(voir des boas).
    Dans quelques temps il ne restera au PS que les carriéristes et ceux qui font de la politique une profession.

    répondre
  3. Fabrice remy

    Le PS n’est plus un parti de gauche depuis plusieurs décennies ! Dès les années 90, il n’y avait plus que la progéniture des militants socialistes pour oser encore s’engager au PS.

    Tout le monde pouvait constater que la politique suivie par Mitterrand n’était déjà plus une politique de gauche: difficile de feindre l’engagement « altruiste » dans ces conditions-là !

    Seuls les profs fils de profs, seuls les militants socialistes fils de militants socialistes peuvent encore s’ au PS. C’était vrai en 1994, ça l’est toujours en 2014 !!!

    répondre
  4. Gilles CHIPOT

    Il faudrait que tout les encartés des partis de gauche et de droite qui depuis 40 ans ont transformé le joli bateau France en épave économique,corporatiste et immorale puissent faire de même .

    Cela serait un beau geste responsable et citoyen.

    répondre
  5. ADAM

    Cher monsieur BRAVO …
    Jamais pareil gouvernement n’a tant affaibli les artisans, commerçants, entrepreneurs divers, et bien sur « le peuple » ! Moi je … Moi je … moi je ferai couler le bateau France et j’y suis arrivé devrait-il dire avec toute son escouade d’incapables !
    Cette semaine s’annonce cruciale pour cette équipe, et le fond du trou sera bientôt atteint par leur incompétence .
    Il suffit de voir nos impôts, taxe foncière, etc etc … Si un instant Mr Sarkozy avait agit de la sorte notre beau pays de France aurait sombré dans les gréves les plus noires, en vain les socialistes résignés que vous êtes font honneur au pays en quittant le radeau « médusé » . JP

    répondre
  6. ADAM

    J AVAIS OUBLIE :
    POUR PREUVE … MEME LUI N Y CROIS PLUS !

    Valls: « ce sera foutu » sans inversion de la situation d’ici « trois à six mois »

    « Ce sera foutu » pour le gouvernement si la situation de la France ne s’inverse pas « d’ici trois à six mois », avertit le Premier ministre Manuel Valls, cité dans Le Monde publié lundi.

    « Si d’ici trois à six mois, la situation ne s’est pas inversée, ce sera foutu », s’inquiète le chef du gouvernement, qui affronte un vote de confiance délicat à l’Assemblée nationale mardi.

    M. Valls, dont la popularité a nettement chuté ces dernières semaines du fait de mauvais indicateurs économiques et de la désastreuse rentrée politique qu’a dû affronter le gouvernement, s’était publiquement refusé jusqu’à présent à donner un calendrier sur les résultats de la politique de l’exécutif.

    Quant à son avenir à Matignon, « je ne resterai pas pour rester, mais pour agir », assure le Premier ministre au quotidien, alors que Le Monde évoque déjà les scénarios d’un troisième Premier ministre avant la fin du quinquennat.

    En quête d’une légitimité nouvelle après la grave crise gouvernementale de la rentrée, Manuel Valls sollicite mardi pour la deuxième fois en cinq mois un vote de confiance des députés, deux jours avant une très attendue conférence de presse de François Hollande.

    Si Matignon reconnaît un vote « difficile », le Premier ministre devrait bien bénéficier mardi soir d’une majorité pour gouverner. Mais Manuel Valls n’exclut pas de recourir si nécessaire au « 49.3 », qui permet au gouvernement de faire passer un texte sans amendement, à la seule condition d’avoir engagé sa responsabilité et de ne pas être battu par une motion de censure.

    « Pour l’instant, je fais le pari de l’intelligence collective, je ne pars pas avec en tête l’idée du 49.3, mais l’outil existe », explique M. Valls au Monde.

    Depuis 2008, cette arme parlementaire est toutefois limitée aux textes budgétaires (Etat et Sécurité Sociale) ainsi qu’un autre texte par session.

    répondre
  7. Alexis MARTIN

    Tant que nos politiques se soucieront plus de leur réélection que des reformes à voter, la France continuera de couler.
    La solution : limitation à 2 mandats au total et cumuls interdits : 1 pour apprendre, 1 pour voter et passer des reformes sans la crainte de froisser l’électorat…
    On nous bassine depuis plusieurs mois avec les « frondeurs » PS, évidemment qu’ils voteront la confiance, ils ont bien trop peur d’une dissolution et de risquer de perdre leur place, je ne suis pas sur que la ruse de se présenter sous l’étiquette « divers gauche » suffise.
    Le vote « tout sauf Sarko de 2012 » s’est transformé en vote « tout sauf PS », ils vont devoir doubler la dose de langue de bois pour sauver leurs places.

    répondre
  8. Gilles CHIPOT

    Des politiques courageux sont ceux qui une fois au pouvoir ,prennent des décisions utiles à la collectivité au risque de perdre les prochaines élections.
    En France on les compte sur les doigts d’une main .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *