Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Gérardmer d’hier et de demain

image_pdfimage_print

patri

Construire et reconstruire une ville est un travail de plusieurs générations. Une longue réflexion parfois douloureuse en témoigne encore  aujourd’hui l’évolution qu’a connu Gérardmer depuis la fin de la guerre en 1944, après la destruction de la ville par les allemands. L’écrin naturel est resté debout contre vent et marée, mais l’urbanisme de la cité a souffert. Souffert d’un manque de moyen et d’un plan de reconstruction aujourd’hui largement discuté et remis en cause. Alors, on décortique ce qui peut l’être notamment Le Parc Régional des Ballons des Vosges qui s’est engagé avec   trois communes Ammerschwihr, La Bresse et Gérardmer en installant un programme par des actions intitulées « L’architecture de la reconstruction, un patrimoine pour le Parc ? ». L’objectif est d’impliquer les populations locales et de connaitre leur façon de voir leur ville, de côtoyer les bâtiments et d’y vivre. Les questions étant : comment voyez vous cette architecture, comment les bâtiments peuvent-ils évoluer ?

La réflexion est en cours et doit prendre un peu plus de corps dès le 20 octobre prochain avec la présence en mairie pendant une semaine  de deux ethnologues

mandatés par le Parc des Ballons qui recevront tous les personnes qui souhaitent s’exprimer sur l’architecture et l’évolution de  Gérardmer. Il est déjà possible de le faire via internet Email : architecturedelareconstruction@gmail.com

mais aussi sur ce blog spécialement mis à disposition : http://architecturedelareconstruction.blogspot.fr/

De plus, Pierrot Imbert qui est à la manœuvre en qualité d’adjoint à l’urbanisme espère la participation de gérômois qui connaissent l’histoire et les arcanes de la ville : il est possible de prendre contact avec lui en mairie.

L’avenir se construit en effet sur le passé. Qu’en sera-t-il de Gérardmer de demain. Réponse  par une synthèse qui sera présentée et discutée lors d’une séance publique




2 réactions sur “Gérardmer d’hier et de demain

  1. François Laubacher

    Très intéressé, comme nombre de gérômois, par l’image qu’a donné, que donne et que donnera Gerardmer, je ne manquerai pas, à mon humble niveau, de faire campagne pour que des gérômois viennent en Mairie pour donner leur avis ou faire valoir leurs critiques ou doléances.
    Je suis ravi que Pierre Imbert soit le recipiendaire de ces opinions mais je me refuse à conceder une quelconque utilité de ces 2 « Mohicans » que le Parc des Ballons se fend de mettre à l’écoute des autochtones et réitère la question posée dans ces mêmes colonnes….
    Des ethnologues… Oui peut être ….mais ….pourquoi ?
    Rétribués ?
    Si oui comment ? …et
    Combien ? et enfin
    Pourquoi 2 ?
    La population de Gerardmer serait si exotique et difficile à cerner ?
    Serions nous si fourbes qu’il faille deux auditeurs pour nous écouter ?
    Ou alors …..doit on ici avouer que c’est le seul moyen qu’on ait trouvé pour donner une raison d’être et d’étudier à ce genre de profil sans doute bien « subventionophage » …?
    A moins que je me trompe ?
    Dans ce cas nous attendons l’avis de la défense qui a ici la parole ..tout comme nous !….
    ´

    répondre
  2. DEFAY Jean Claude

    Décidément les « para-administrations » tel que le Parc des Ballons » veulent tenter d’apprendre aux habitants à « respirer ». De plus sur un thème tel que l’Architecture ou l’Urbanisme dont déjà X Administrations revendiquent le savoir , la connaissance et l’analyse historique dont X études (toutes financées par les Impôts de nos contribuables)prétendent découvrir la meilleure analyse pour une évolution « parfaite » qui débouchera sans nul doute sur un X éme rapport et moultes propositions.Tout cela sera de nouveau enterré dans quelques années par une autre étude qui réétudiera l’histoire de l’urbanisme pour mieux comprendre…. en compulsant toutes les précédentes études!
    Avec toutes les études engagées depuis les années 50 l’urbanisme et l’architecture devraient être un modèle de qualité mais ? N’ a ton pas tout simplement omis les données de base qui donnent au patrimoine un caractère valorisant d’une ville ? N’as ton pas voulu avec les différents et successifs Architectes des Bâtiments de France, CAUE ,Architectes du patrimoine refaire le monde . N’as ton pas voulu à chaque municipalité refaire un POS différent et puis un PLU et puis une ZPPAUP et puis une nouvelle réflexion avec des ethnologues… L’urbanisme et l’Architecture c’est d’abord une qualité de la continuité des aménagement et des choix des matériaux de constructions du bâti avec bien évidemment une orientation pérenne et durable des orientations et non des remises en cause au gré des « subventions » des partenaires qui ne justifient leur existence qu’au travers d’études et de rapports aussi vites réalisés qu’enterrés. Un exemple pour vous convaincre que la qualité du bâti n’a aucune continuité à Gerardmer:
    Montez aux Xettes et observer toutes les toitures de Gerardmer: Aucune cohérence dans les matériaux et leurs coloris: Tuiles-Rouge, brunes ,marron,ardoise,grise, etc…/Toiture Industrielles-Rouge, marron,verte,blanc, sable ,gris, aluminium, etc.. Et rien ne donne une continuité exemplaire donnant une identité Architecturale! Ne parlons pas des toitures en tous sens, des toits pseudo modernes arrondis.. au grès des Nouveaux ABD et DDE et de leurs avis individuels!
    Alors revenons à des équations simples, élégantes. Les travaux engagés dans l’aménagement Urbain sous les différents mandats de Mr Lambert avaient donnés une belle orientation avec une constance.Appliquons ces remèdes simples et à l’image des multiples villes Alpines , Jurassiennes,Alsaciennes , vous verrez dans 25 ans disparaitre le fruit des toutes ces multiples études aussi couteuses qu’inutiles, qui les unes après les autres donnent de nouvelles orientations balayant les idées d’avant.
    L’architecture de ces villes et bourgs de qualité s’est faite souvent avec des  » bâtisseurs » architectes ou maitre d’œuvre locaux qui ont pérennises et fait évoluer la qualité du bâti en s’inspirant du savoir local et non en construisant au gré des modes et des rapports successifs.
    Alors pitié avec l’argent public, que le Parc s’occupe déjà de ses fondamentaux et que l’on ne lui rajoute pas en encore une couche de compétences dont il n’arrive déjà pas à appliquer avec qualité le suivi dans des sites majeurs du massif Alsacien…Stop à l’argent public qui alimente inutilement « deux ethnologues » alors que la présence d’un architecte local pour conseiller tous les constructeurs dés le début des projets en mairie de Gérardmer serait 1000 X plus utile pour éviter ce Patchwork de l’incohérence architecturale de notre ville.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *