Search
lundi 5 décembre 2016
  • :
  • :

Vosges : Le FIG n’est pas une Catherinette

image_pdfimage_print

C’est ainsi que le maire de Saint-Dié-des-Vosges David Valence a débuté son allocution lors de la séance d’inauguration officielle de ce 25ème Festival International de Géographie qui s’est tenue hier soir à l’Espace Georges-Sadoul. Pour rappel, on nommait autrefois « catherinettes » les jeunes femmes toujours célibataires à l’âge de 25 ans. Un clin d’oeil du premier magistrat aux 25 bougies qu’a soufflé le festival hier, son premier depuis son élection en mars dernier, ajoutant « qu’il [le FIG] a coiffé Sainte-Catherine mais qu’il va bientôt se marier avec un nouveau maire », saluant par la même occasion le « père » du festival, le président-fondateur Christian Pierret, pour son travail remarquable sur les FIG passés. Au moyen d’une nouvelle métaphore – géographique cette fois-ci – David Valence a souligné le « micro-climat idyllique du FIG », qui néanmoins se « dissipera une fois le festival terminé », en rapport aux divergences politiques existantes entre le maire et son prédécesseur. Christian Pierret a quant à lui salué David Valence pour avoir tenu sa promesse de campagne, ainsi que le travail du directeur de cabinet du maire et également coordinateur du FIG cette année, Patrick Schmitt. Une séance inaugurale pour « planter le décor de ce FIG », continua le président-fondateur, précisant qu’« un aspect affectif découle du terme « habiter », qui est aussi connaître l’autre, mieux l’aimer et vivre avec ».

FIG_Séance_Inaugurale_06

L’anthropologue Philippe Descola, président de ce FIG 2014, qui s’est définit comme un « géographe manqué » devant une assemblée venue nombreuse – composée d’un certain nombre d’élus et d’officiels, dont l’ancien ministre André Rossinot –, faisant un travail souvent similaire à celui des géographes, mais avec « les instruments bricolés de l’anthropologie », a quant à lui insisté sur la transformation de la planète par les actions humaines, directes et indirectes, causant par exemple d’importants feux de brousses en Australie. Une transformation qui selon lui a pour effet une généralisation de la manière d’habiter dans le monde. Les différentes prises de paroles ont été suivies par une table ronde d’ouverture autour de l’habiter et l’habitat, animée par le journaliste Antoine Spire, où chacun des protagonistes présents sur la scène de la salle Yvan Goll ont pu exprimer leurs points de vues respectifs. On retrouvait ainsi aux côtés de messieurs Valence, Pierret et Descola le préfet des Vosges Gilbert Payet, l’un des 2 directeurs scientifiques du FIG 2014 en la personne de Béatrice Collignon et le Conseiller Régional Jean-Pierre Moinaux. La conclusion de cette séance inaugurale fut unanime : il faut faire vivre la géographie à Saint-Dié-des-Vosges, maintenir cette « chaîne vivante ».

J.J.

FIG_Séance_Inaugurale_03

FIG_Séance_Inaugurale_07

FIG_Séance_Inaugurale_08

FIG_Séance_Inaugurale_04




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *