Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

La libération de la ville évoquée par Claude Vanony et André Debruyne Toujours le devoir de mémoire

image_pdfimage_print
Claude Vanony, André Debruyne invités par Stéphane Mansuy

Claude Vanony, André Debruyne invités par Stéphane Mansuy

Claude Vanony est un humoriste et surtout un conteur. L’homme attaché à ses racines tombe parfois sa veste en peau de bête et son chapeau pour rentrer dans les écoles avec un air plus grave et évoquer la guerre et son cortège d’horreurs. Comme André Debruyne, président du souvenir Français qui est aujourd’hui, depuis son installation dans la vallée, un partenaire  important dans l’univers du devoir de mémoire : le homme est incontournable. Le duo avait des allures atypiques jeudi matin à l’école Marie Curie pour évoquer un temps si lointain pour les écoliers qu’il apparait comme sorti d’un mauvais cauchemar. Et pourtant les guerres, la guerre est une atrocité vécue par des millions de personnes aujourd’hui encore et forcément hier. La ville de Gérardmer et ses habitants sont rattrapés par leur histoire plusieurs fois par an mais surtout à l’évocation du 19 novembre, date à laquelle la ville a été libérée en 1944.

Les enfants en classe de CM1 avec Stéphane Mansuy

Les enfants en classe de CM1 avec Stéphane Mansuy

Alors il fallait bien évoquer tout cela auprès des loupiots de la commune, ceux de la classe de CM1 de Stéphane Mansuy et ceux de Michel Mathieu du groupe scolaire Jean Macé que l’on retrouvera ce week-end pour les cérémonies commémoratives notamment au monument aux morts

Claude Vanony a évoqué ses souvenirs personnels, mais surtout  la détention en camp de concentration de son frère, aujourd’hui décédé mais qui publia, avant sa disparition,  un livre  sur ses ressentis, ses émotions, ses tristesses.

André Debruyne est revenu, quant à lui, à des événements particuliers sur la libération mettant en exergue le courage de tous les combattants français et alliés tombés pour libérer l’Europe du nazisme.

Le devoir de mémoire a été respecté, il doit perdurer !

P1020091




Une réaction sur “La libération de la ville évoquée par Claude Vanony et André Debruyne

  1. Claude Vanony

    Les enfants sont curieux de ce qui s’est passé dans cette période trouble. avec Stéphane Mansuy, leur instituteur, ils m’avaient préparé une série de 30 questions auxquelles j’ai essayé de répondre en tenant compte du jeune âge de ces écoliers. A la question : « Est-ce que les Allemands étaient tous méchants ?  » j’ai bien expliqué que seuls les nazis, suivant la folie d’Hitler étaient vraiment des « méchants ». La population allemande a beaucoup souffert pendant cette guerre. Une question m’a laissé sans voix, une petite fille m’a demandé « c’est quoi un obus ? ». Finalement je suis heureux de savoir que les enfants ne savent pas ce qu’est un obus. Belle expérience. Je ferai de même à l’école Jean-Macé le mois prochain

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *