Search
mercredi 7 décembre 2016
  • :
  • :

« Street philo » ou de la philosophie de comptoir à l’expression de trottoir Viva la révolution !

image_pdfimage_print

resistanceÀ Epinal, après le phénomène du street-art qui consistait en la décoration des murs et des mobiliers urbains en mode New-age, voici venu le street-philo !

Le terme n’a rien d’officiel : ce néologisme est de notre rédaction. Des adages de trottoirs crayonnés à même le sol ornent le bitume du Quai des Bons Enfants.

De la philosophie de comptoir à l’expression de trottoir, il n’y a qu’un pas. Rien de poétique, ça sent le goudron, je vous l’avoue. Mais un relent d’amertume amoureuse est palpable : « ON A TOUS UNE AUTO-STOPPEUSE DANS LE COEUR »stoppeuse

A côté du caniveau, on trouve un brin de révolte aussi. Le stationnement payant n’a plus qu’à bien se tenir ! Excusez les fautes d’orthographe, elles sont tirées du texte de street-philo… et quand on cite, on cite jusqu’au bout !

« QUAND PLUS RIEN NE SERA PAYANT, IL FAUDRA ORGANISER LA JOURNÉE SANS GRATUITE POUR SE RAPPELER A QUEL POINT ON ÉTAIT CONS »

P1180619

Remettons les choses à leurs places : pas de révolte budgétaire sans un brin d’économie :

« JE (DE)PENSE DONC JE SUIS, DESCARTES (DE CREDIT) »

P1180612Et puis, avant de traverser, de regarder à droite puis à gauche, puis encore à droite, le désamour de la politique :

« SI VOTER CHANGEAIT QUELQUE CHOSE, IL Y A LONGTEMPS QUE CE SERAIT INTERDIT »P1180620




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *