Search
mercredi 7 décembre 2016
  • :
  • :

Un pilier de la MCL tire sa révérence Didier Gilles a récemment fêté son départ en retraite avec un brin de poésie

image_pdfimage_print
IMG_8607-WEB

Didier Gilles en compagnie de Martine Crouvizier, L’adjointe à la culture Anne Chwaliszewski, et Stéphane Lepoil, directeur de la MCL

Après 32 ans et même plus au service de la MCL de Gérardmer qu’il a vu naître, Didier Gilles a célébré comme il se doit son départ en retraite au foyer-bar de la maison, son terrain de jeux favori avec les tourbières.

En effet, Didier connaît la MCL comme la poche d’un de ses pantalons de treillis, lui qui a vu la maison se créer officiellement en 1972 sous l’impulsion d’une équipe municipale emmenée par Claude Boulay et un certain Gérard Gilles, son père. Autre figure emblématique de la Perle des Vosges, Jean-Paul Laruelle sera lui aussi de la partie.

IMG_8614-WEBPour sa part, Didier commencera tout naturellement par devenir un jeune adhérent à la MCL. Il travaillera au Profil (Wagon) tout en se muant progressivement en bénévole dynamique et investi au sein de la structure sous la direction de Jean-Paul Séclet de 1974 à 1981. « Schwaz », comme ses vieux potes l’appellent encore aujourd’hui, s’engage alors principalement dans les secteurs du théâtre, de l’animation musicale, ainsi que dans l’organisation du carnaval.

En 1982, un poste se créé et il devient salarié de la MCL en charge de l’animation et de la gestion du fameux Foyer-Bar désormais appelé aussi Caf’ Conc’ (café-concert). Afin d’ajouter quelques cordes à son arc et de valider certains acquis, Didier passe successivement son BAFA, puis le BAFD et enfin le BEATEP . Mais surtout, pendant ces 32 années au sein de la maison, il a su encore et toujours s’adapter.

« Ses missions ont beaucoup évolué. Il a notamment su se tourner vers les jeunes, le cinéma ou encore la nature, et ce de façon très variée. Gilles est quelqu’un de très polyvalent, dont l’action et la réflexion sont très transversales. C’est bien évidemment très intéressant d’avoir une personne comme lui au sein de la MCL », précisait ainsi l’actuel directeur de la maison Stéphane Lepoil.

IMG_8618-WEBNous ajouterons également quelqu’un de très humain, qui a toujours fait de l’éducation populaire une de ses priorités : « J’ai été à bonne école, je suis un peu tombé dedans quand j’étais petit », commentera le principal intéressé à ce sujet. On ne saurait le contredire… Alors de quoi va être fait le futur de Gilles Didier ? Tout d’abord, ce dernier restera bénévole au sein de la MCL : « je suis pas loin, et il y a toujours le jardin derrière ! », précisait-il avec humour.

Et d’ajouter : « Et je reste engagé dans 3 autres associations, ACCELERATION, Aqua’Clair, le Conservatoire des Sites Lorrains, j’ai donc largement de quoi m’occuper ». Pas de souci, on lui fait confiance ! Alors bon vent Didier, tu peux profiter d’une retraite bien méritée et nul doute que tu vas manquer au moins un peu au foyer-bar qui t’asvu grandir et que tu as su faire vivre.

 

32 années, dur dur à retracer en quelques mots. Alors autant laisser la place au principal intéressé qui a fait ça avec émotion et en vers :

retraite Didier-WEB




4 réactions sur “Un pilier de la MCL tire sa révérence

  1. Olivier Lapotre

    Tu es à la culture ce que l’Afghanistan est à la démocratie, mais tu es à l’amitié ce que Ferrari est à la Fomule1…bise à toi et viens me voir plus souvent tu n’as plus d’excuses…

    répondre
  2. Sylvie Henry

    Coucou Did !

    à nouveau, je te souhaite une belle retraite mais « Est-ce vraiment une retraite ? » … Tu poursuis ton chemin de militant, d’éduc pop avec du temps libéré, comme tu veux à présent, pour te nourrir auprès de la nature qui continue à te faire grandir…
    Alors, belle (s) aventure (s) en attendant de se retrouver en 2015 aux copains d’abord :)pour se raconter des bouts d’nos vies.
    Bises, Sylvie

    répondre
  3. Jacques Demange

    Déjà la retraite et pourtant des souvenirs d’école presque encore intacts….

    Je te souhaite de bonnes grandes vacances qui seront, apparemment, bien occupées malgré tout.

    Amicalement, Jacques Demange

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *