Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

« Laïcité, j’écris ton nom » Sur mon cahier d'écolier...

image_pdfimage_print
Plusieurs représentants d'associations sont intervenus

Plusieurs représentants d’associations sont intervenus

Doit-on  l’évolution de la société aux intellectuels dans le sens noble du terme. Paul Eluard avait lancé  » Liberté, j’écris ton nom« .  Artiste Briand, député républicain-socialiste,  Prix Nobel de la paix pour son travail sur la réconciliation entre la  France et l’Allemagne après la grande guerre, aurait pu également crié « Laïcité j’écris ton nom ».  C’est lui qui fut à l’origine de la loi sur   » la séparation de l’église et de l’Etat » promulgué le 9 décembre 1905 et dont la teneur fait toujours référence  et actuellement débat.

Pour fêter le 107ème anniversaire de ce véritable changement de vie, plusieurs associations se sont retrouvées mardi soir en mairie afin d’évoquer ce marqueur de société. On retrouvait autour de la table, Stéphane Aspis pour La Ligue des Droits de l’Homme, Lucienne Girard et Michel Guidat de la DDE, Philippe Étienne de La Ligue de l’enseignement et Jacky Dumont vice-président de cette même institution.

Au programme une série de questions/réponses menées autour de différents axes principaux que sont :

La fameuse loi de 1905, la république laïque et communautaire, et enfin Jules Ferry (of course).

Un public peu nombreux mais initié...

Un public peu nombreux mais initié…

 » C‘est vrai que le débat est vaste surtout en cette période «  commente Michel Guidat  » mais il ne faut pas perdre de vue le fait que la laïcité regroupe toutes les communautés sans exception. Que tout le monde doit pouvoir s’exprimer et faire valoir ses différences. La laïcité doit permettre aux gens de se  rencontrer, d’échanger  et surtout d’agir ensemble« .

Malgré plus d’un siècle de réflexion,  tous les clivages politiques, culturels, ne sont pas tombés. Notre culture judéo-chrétienne est toujours bien ancrée dans la vie de tous les jours.




15 réactions sur “« Laïcité, j’écris ton nom »

  1. fanfan

    « Notre culture judéo-chrétienne est toujours bien ancrée … »
    Oui, alors, je propose que tout ce monde attaché à la laïcité fasse preuve de sens de la justice et demande la suppression des jours fériés suivants issus de cette culture, à savoir suppression de la Toussaint (fête de tous les saints), noël -le mot veut dire « nativité », ascension ( du Seigneur), Pentecôte et lundi ( l’Esprit Saint qui vient) Pâques et lundi (Résurrection) I5 Août – Assomption de la Vierge) : la laïcité y gagnerait réellement et l’on gagnerait du point de vue travail.
    Allez, chiche …. au nom de la vérité !

    répondre
    1. Jacques Litaize

      C’est vrai que le lien entre ces jours fériés et les fêtes religieuses chrétiennes n’a plus vraiment de raison d’être. Mais ces jours fériés existaient avant la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, et étaient et sont toujours considérés comme des acquits sociaux qu’il est hors de question de remettre en cause. Idem pour le repos dominical, cependant en passe d’être de plus en plus battu en brèche.

      répondre
  2. Alexis MARTIN

    Entièrement d’accord avec fanfan, il faut aller au bout des choses.
    Ce qui est également cocasse dans notre pays c’est que dès qu’il s’agit de Judaïsme, d’Islam, d’Hindouisme ou de Bouddhisme, c’est de la culture, dès qu’il s’agit de Christianisme, c’est de la religion.

    répondre
    1. fanfan

      j’ai compris que la vérité gêne et qu’il est plus facile d’accepter de voir se dégrader toutes formes de respect des traditions, surtout quand elles sont chrétiennes et de jouer – et j’assume le mot jouer – les « indignés »!
      Personne n’a le monopole ni du cœur, ni de l’esprit, ni de l’âme ( même si on ne croit pas à l’âme) ….

      répondre
  3. FR

    Très juste: supprimons tous les dimanches et jours fériés, et finissons-en avec les décorations de Noël dans les rues.
    Poussons la logique jusqu’au bout et convertissons les églises en MJC.
    Soyons cohérents, fermons le Secours catholique et toutes les écoles, hôpitaux, institutions sanitaires et sociales diverses qui sont nées de l’action des hommes d’église.
    Terminons ces rites surannés, tels que baptême, mariage, enterrement.
    Que l’homme devienne ressource humaine ; qu’il vive comme un porc, et qu’il crève comme un chien.

    répondre
    1. Jacques Litaize

      Je crois que vous n’avez pas bien compris. La laïcité, c’est au contraire permettre à chacun de pratiquer sa religion dans la cadre de la sphère privée.

      répondre
  4. Gilbert Schloesser

    « La laïcité doit permettre aux gens de se rencontrer, d’échanger et surtout d’agir ensemble »

    Cette phrase en fin d’article, est pour moi importante. En effet, par les temps qui courent le débat sur la laïcité se réduit trop souvent au rapport aux religions.

    C’est oublier, je pense, que le combat républicain et laïque historique, est un combat pour l’émancipation citoyenne, vis à vis de l’Eglise qui contrôlait la société. C’est cette logique qui a conduit à la loi de 1905, et non pas un combat anti religieux.
    Pour moi la laïcité mérite d’être active, plutôt que statique, car c’est vrai trait d’union pour vivre ensemble.

    Pour moi, être laïque aujourd’hui, me semble-t-il,c’est non seulement accepter l’autre, le respecter, mais aussi le rencontrer, le rechercher et accepter qu’il m’amende, pourvu qu’il me respecte en réciprocité.

    répondre
  5. Alexis MARTIN

    Le grand problème est la limite de cette sphère, ou s’arrête le privé, où commence me publique ? Einstein et sa relativité nous dirait que la limite n’a pas de limite, mais c’est là que réside toute l’ambiguïté de la chose. Doit on se limiter à l’administratif ? Noël, etc. férié dans le privé, travaillés pour les fonctionnaires ? Se limiter à la propriété ? Je fais ce que je veux chez moi, j’interdis tout en dehors sous couvert de laïcité ?
    J’ai l’impression que nous vivons dans une société de plus en plus procédurière ou l’intolérance devient prédominante, en deux mots : ça craint…

    répondre
    1. Jacques Litaize

      À ma connaissance, dans la France, pays laïc, les seules limites à la pratique religieuse sont l’interdiction des signes religieux ostentatoires dans l’école publique (2004), et le port du voile intégral (2010). Cela me semble acceptable.

      répondre
  6. Jean Mineur

    Bonjour. Sujet brûlant ?!?… Je crois que juste un peu de tolérance vis à vis de l’autre suffirait à éteindre ces incendies allumés par ces pyromanes multi-confessionnaux. Chacun est libre de croire à qui et quoi ce qu’il veut bien, c’est personnel, ça n’interfère pas dans le domaine public et c’est très bien comme ça. Il faudrait aussi que l’on traite de la même façon toutes les religions ce qui est loin d’être le cas (Pourquoi encore le concordat en Alsace et Moselle ??? Pourquoi jours fériés fêtes catholiques ET PAS autres fêtes d’autres religions ??? -ou pas de jours fériés du tout à consonance religieuse épicétou- Pourquoi accepter signes ostentatoires dans espace public pour les uns et pas pour les autres ???.
    Quant à notre culture Judéo-Chrétienne, elle est dépassée et obsolète, notre pays est métissé dans toutes ses veines et je trouve ça plutôt sympa, à nous tous de faire efforts pour vivre dans la société que nous aurons choisi, mais pour ça y’a du boulot.

    répondre
    1. Jacques Litaize

      Je ne vois pas en quoi notre culture judéo-chrétienne serait dépassée et obsolète. Elle a fait ce que nous sommes, et on n’a pas à en rougir tout en respectant les autres.

      répondre
      1. Jean Mineur

        Simplement parce-que la grande majorité de nos concitoyens n’est pas dans l’héritage de ce monde de pensées et de croyances, je ne critique pas ceux qui s’en réclament, pas plus d’ailleurs que je ne vilipende ceux qui se réclament d’autres courants, c’est la réalité de notre pays aujourd’hui, à vouloir trop se réclamer de ceci ou cela on se coupe de ceux qui ne pensent pas pareil, on se recroqueville dans ses certitudes qui deviennent alors camp retranché sans possibilité de débat et d’évolution (encore que de toute façon le monde et notre pays et notre population évolue tout naturellement par la force de la réalité).
        Vous dites « Elle a fait ce que nous sommes » bien sûr comme d’autres cultures font de leurs adeptes ce qu’ils sont, »et on n’a pas à en rougir » bien entendu comme tout un chacun, « tout en respectant les autres » voilà bien l’essentiel me semble-t’il.

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *