Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Contrats d’avenir : amener les jeunes vers l’emploi Paul Villemin et Thomas Marotel viennent de signer les 2 premiers contrats d'avenir avec la Ville

image_pdfimage_print
Paul et Thomas en compagnie de l’adjointe Véronique Vincent-Viry, du député Gérard Cherpion, du maire de Gérardmer Stessy Speissmann et du Sous Préfet Yves Camier

La Municipalité vient de signer ses 2 premiers Contrats d’Avenir. Objectif de l’opération : soutenir les jeunes, maintenir l’emploi et ne pas privatiser les services communaux.

La Municipalité de Gérardmer vient tout juste de signer ses deux premiers Contrats d’avenir dont bénéficient deux jeunes Gérômois motivés. Pour officialiser cette signature importante pour Stessy Speissmann et son équipe, le maire de la Perle des Vosges avait invité le sous-préfet Yves Camier, le député de la 2ème circonscription Gérard Cherpion ainsi que la directrice de la Mission Locale Florence Monnerat.

Une première expérience réussie

Rappelons que ce dispositif national a été mis en place afin d’améliorer l’insertion professionnelle et l’accès à la qualification des jeunes peu ou pas qualifiés, confrontés à des difficultés particulières d’accès à l’emploi. L’important dans cette démarche étant aussi de permettre une première expérience professionnelle réussie.

Ainsi L’équipe municipale a décidé de s’inscrire dans ce dispositif national des contrats d’avenir. En effet, ces emplois sont accessibles aux jeunes de 16 à 25 ans, sans diplôme ou titulaire d’un CAP / BEP, en recherche d’emploi. En ce qui concerne les conditions, la durée du contrat est de 3 ans maximum, aidé à 75 % du SMIC brut.

Un engagement fort

Thomas Marotel sera affecté à la menuiserie

« Cette démarche rentre pleinement dans le travail entrepris par la Commune pour le maintien de l’emploi et pour éviter de privatiser les services communaux. Dans ces deux cas précis, cela nous permet également de devancer des futurs départs en retraite en menuiserie ainsi qu’en voirie tout en offrant ce premier chemin vers l’emploi et une formation complémentaire », précise le premier magistrat de Gérardmer.

Des propos repris par la député Cherpion : « C’est un engagement fort de la Ville, un engagement qui doit permettre d’amener les jeunes le plus loin possible vers l’emploi, vers le travail qui, rappelons-le, fait partie du processus de sociabilisation. Je rappellerai que dans le département, 12 jeunes pour 5 communes avaient utilisé ce dispositif en 2013. En 2014, ils étaient 30 dans 15 communes (en collectivités locales). Je suis également heureux de voir que la Ville de Gérardmer a doublé son engagement   de formation essentiel dans ce dispositif je pense ».

« Le travail, c’est aussi se réaliser »

Paul Villemin sera principalement affecté à l’entretien de la voirie communale

Le sous-préfet Yves Camier a pour sa part tenu à rappeler l’importance de ce dispositif et de l’emploi qui peut en être fait car « on a tendance à oublier un peu vite que le travail ce n’est pas que l’aliénation, au contraire, c’est aussi le bien-être, c’est se réaliser, se sentir utile, se sentir aimer ». Et c’est tout ce que l’on souhaite à Paul et Thomas ! Place aux jeunes donc :

Âgé de 18 ans, Thomas Marotel habite Liézey et projette de s’installer très prochainement à Gérardmer. Après une 2de BAC pro commerce, il a passé un CAP en menuiserie et sera en contrat d’avenir à la Menuiserie de la Ville à compter du 2 février 2015. Il sera donc affecté à l’entretien et la réparation sur les menuiseries des nombreux bâtiments communaux.

Il suivra une formation destinée à perfectionner ses compétences en menuiserie et en maintenance et une formation dédiée à la lecture de plans. Il devrait remplacer un agent communal qui partira en retraite d’ici cet été. Passionné de sport en général, il pratique le ski en compétition ainsi que le football. Il souhaiterait plus tard poursuivre une formation d’ébéniste.

Paul Villemin a fêté ses 19 ans en août dernier et a effectué 2 années d’apprentissage en mécanique au CFA d’Epinal avec option véhicules industriels. Lui qui réside à Gérardmer sera affecté à l’entretien de la voirie communale, signalisation routière, manifestation, et à terme au déneigement. Il suivra une formation de conduite poids lourds et remplacera donc lui aussi un agent fraîchement retraité. Il souhaite intégrer de manière définitive les effectifs communaux et il est passionné de pêche, de chasse et de sports autos et motos. C’est parti les p’tits gars !




2 réactions sur “Contrats d’avenir : amener les jeunes vers l’emploi

  1. xavier vervisch

    Enfin, la commune s’engage dans les contrats d’avenir, c’est mieux que rien mais certainement pas suffisant, espérons que nous en verrons d’autres, car ces contrats permettent aux jeunes de faire un pas réel et sérieux vers l’emploi. A noter la bonne option de favoriser la formation professionnelle en augmentant le temps de formation.

    répondre
    1. Alexis MARTIN

      Mr Vervisch.

      Pour ces deux jeunes c’est une très bonne nouvelle. Mais ce ne sont que des emplois publics aidés. Les contrats d’avenir sont comme un emplâtre sur une jambe de bois. La vrai création d’emploi est celle qui est créé par l’embauche non subventionnée.

      Mais pour cela, il aurait fallu que nos politiques nous protègent des méfaits (qu’ils n’ont pas anticipés) de l’Europe, de la mondialisation, et évitent la course au rêve utopique du « toujours plus en travaillant moins. ».
      La majorité des politiques me font penser à des pompiers pyromanes qui déclenchent un incendie pour ensuite essayer de l’éteindre. Le seul souci est qu’à force d’arroser, il n’y a plus d’eau…

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *