Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Enduro Moto « La Volontaire » : droit de réponse par Moto Verte Hautes Vosges Enduro Nous publions intégralement ci dessous le droit de réponse rédigé par le président Régis François.

image_pdfimage_print

 La Volontaire »

Droit de réponse par MOTO VERTE HAUTES VOSGES ENDURO

Samedi 17 janvier 2015

C’est autour d’une table ronde que se sont réunis samedi matin le président du club, les membres du comité d’organisation de l’association Moto verte des Hautes Vosges, le président de la ligue Motocycliste de Lorraine, le président de la commission d’enduro et un représentant du CODEVER afin de répondre aux différents articles parus dans la presse au sujet de l’organisation de « La Volontaire » (lire nos articles ici et ici).

Rappelons que le moto-club a organisé une dizaine d’enduro de ligue, encadrés par des bénévoles passionnés et responsables.  «  Notre volonté aujourd’hui avec l’organisation de La Volontaire est de faire un plus grand parcours avec moins de pilotes : 200, sur un seul passage, contrairement aux 350 pilotes qui réalisaient 2 ou 3  passages, lors de nos précédentes organisations. Le parcours, contrairement à certaines allégations, est de 50 kilomètres pour la boucle du matin et 150 kilomètres pour la seconde boucle », souligne Régis François, président de l’association.

Surpris des vives réactions suscitées ces derniers jours, le moto-club a souhaité rétablir la vérité au sujet de cette course qui provoque des médisances de par son appellation. En effet, depuis plus de dix ans sont organisés des « enduros de ligue, qui n’ont jamais enfreints les règles ni les lois, qui n’ont jamais posé de problème. Le changement de nom de la course suffit pour provoquer un esclandre !  » a souligné Joël Poirot, président de la ligue Motocycliste de Lorraine.

Précisons également que la course qui aura lieu le 21 mars 2015, au départ de Saint-Etienne-lès-Remiremont afin de ne pas se mêler au Carnaval Vénitien, possède un tracé mûrement réfléchi, en concertation avec les instances  communales, en excluant les zones de quiétude, les zones protégées et les zones NATURA 2000. « Nous avons recours en partie à des terrains privés et non à des forêts domaniales et, lorsqu’il s’agit de traverser un cours d’eau, nous savons construire des ponts afin de respecter les lois, toujours dans le même souci  de préserver l’environnement ! » annonce le président de la commission d’enduro. Il convient aussi de rectifier certains non-sens évoqués : ce ne sont pas 300 pilotes  « sauvages et rustres » qui s’élanceront en même temps au départ mais 200 qui partiront chaque minute pour suivre un tracé balisé et bien précis transmis  à la préfecture et  aux autorités compétentes, et qui, au fil des minutes seront éliminés. Seul, une dizaine de pilotes effectuera  la boucle totale. « Nous sommes responsables, cela fait quinze ans que nous organisons des épreuves ! Pensez-vous que nous oserions renouveler nos organisations si nous avions laissé la nature et les chemins dévastés ? Les autorités ne donneraient plus leurs  accords ! » lancent avec approbation les membres de l’association. De plus, «  les points spectateurs se trouvent totalement en dehors des zones forestières mais sur des domaines privés ! » ajoute le président. 

Rappelons également que la FFM, (Fédération Française de Motocyclisme) est reconnue par  le Ministère de la Jeunesse et des Sports : de ce fait, ses pratiques sont parfaitement encadrées et reconnues.  « Il est important aujourd’hui de préciser que la pratique d’un sport motorisé encadré par un club, à l’aide d’organisations structurées  permet d’éviter les pratiques sauvages qui nuisent à notre environnement. Tout interdire engendrera des excursions sauvages destructrices ! Les motos sont toutes immatriculées, homologuées, soumises à  la réglementation en vigueur, notamment le contrôle sonore ! Il appartient aux acteurs de la moto de prendre en main les questions de  nuisance ! On se bat pour la sauvegarde de nos activités ! », rappellent les membres du comité d’organisation. Dans la même ligne, la sauvegarde des organisations motorisées passe une fois de plus par le respect des lois : la FFM est la seule Fédération qui possède un pacte environnemental et qui oblige les pilotes à préserver l’environnement : ravitaillement sur un tapis environnemental absorbant, huiles et graisses biodégradables. « Pensez-vous qu’en faisant le plein de nos voitures, de telles normes soient respectées ? », lance furtivement un membre passionné.

« Soucieux de préserver l’environnement, les pilotes se verront en plus remettre des sacs poubelles afin de faire le tri sélectif ! » précisent les membres organisateurs du comité.

L’activité d’une région passe par le dynamisme des organisations locales, cette manifestation, au même titre que les précédentes, elle favorisera l’économie et le tourisme durant quelques jours.

Notre sport «  unifie un groupe de bénévoles passionnés alliant respect de la nature, esprit de compétition, pratique encadrée et responsable » de la « Moto Verte », cite le représentant du CODEVER.  De plus, le président annonce avec l’accord unanime des personnes présentes que cette organisation sera encadrée par « plus de 250 bénévoles afin d’assurer et de garantir le bon déroulement de l’épreuve, des bénévoles issus des associations locales qui sont enjoués et impliqués dans notre projet ! Un bel exemple de cohésion, de respect et de tolérance ! A méditer ! ».




Une réaction sur “Enduro Moto « La Volontaire » : droit de réponse par Moto Verte Hautes Vosges Enduro

  1. Jean Mineur

    Bonsoir. Bon, là c’est déjà mieux, on parle de concret et si tout le contenu de l’article et les engagements des organisateurs sont réels, pourquoi s’opposer par principe ??? Ce qui ne doit pas nous empêcher de rester vigilant quant à la conservation de nos beaux espaces naturels. Mais OK, dont acte.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *