Search
dimanche 11 décembre 2016
  • :
  • :

Vosges – 377 282 habitants au 1er janvier 2012 Fortes baisses dans le secteur de Remiremont et le sud du département.

image_pdfimage_print

Source : INSEE.

Résumé

La population légale du département des Vosges est de 377 282 habitants au 1er janvier 2012. Elle est en recul depuis 1999, en raison d’un déficit migratoire important. Toutefois, dans les espaces périurbains autour d’Épinal, le nombre d’habitants est en hausse, notamment dans la Communauté de communes du Secteur de Dompaire.

Publication

En 2012, la population légale des Vosges s’établit à 377 282 habitants, soit 16 % de la population lorraine. La densité du département est très inférieure à celle de la région (64 habitants par kilomètre-carré contre 100 en Lorraine).

1 – Un peu plus de 377 000 habitants dans les Vosges en 2012
Source : Insee, recensements de la population
Population en 1968 Population en 1999 Population en 2007 Population en 2012
Vosges 388 201 380 952 380 304 377 282
Meurthe-et-Moselle 705 554 713 779 726 592 733 266
Meuse 209 372 192 198 193 962 192 800
Moselle 971 314 1 023 447 1 039 023 1 046 468
Lorraine 2 274 441 2 310 376 2 339 881 2 349 816

Entre 1968 et 2012, la population vosgienne a diminué de 2,8 % alors que la population lorraine a augmenté de 3,3 %.

Après un pic démographique en 1975, le département des Vosges perd de la population, malgré une stabilité entre 1999 et 2007. Parmi les départements voisins, la Haute-Marne et la Meuse enregistrent une baisse de leur population. À l’inverse, dans les départements alsaciens, en Haute-Saône et en Meurthe-et-Moselle, la population augmente, notamment depuis 1999.

Les Vosges pénalisées par les flux migratoires

Après une hausse entre 1968 et 1975, la population des Vosges n’a cessé de diminuer jusqu’en 1999, malgré un excédent naturel assez important.

Jusque dans les années 1990, le département a souffert d’un fort déficit migratoire, qui s’est atténué entre 1999 et 2007.

Entre 2007 et 2012, le déficit migratoire reparti à la hausse contribue à une baisse de la population vosgienne de 0,3 % chaque année, que l’excédent naturel ne comble pas. Sur la même période, l’excédent naturel des Vosges est inférieur à celui de la Lorraine. Comme dans le département de la Meuse, le taux de mortalité est plus élevé dans les Vosges qu’en moyenne lorraine. Ainsi, entre 2007 et 2012 le taux de mortalité du département est de 10,2 décès pour mille habitants contre 8,9 pour mille en Lorraine. Le taux de natalité, 10,9 naissances pour mille habitants est également inférieur à la moyenne régionale (11,3 pour mille).

Progression dans les espaces périurbains

Les espaces périurbains sont en expansion et enregistrent des hausses de population, à la différence des espaces plus ruraux et des grands pôles. Au sud et à l’ouest du département, les intercommunalités perdent majoritairement de la population. C’est le cas notamment des communautés de communes des Marches de Lorraine (- 6,6 % entre 2007 et 2012) et du bassin de Neufchâteau (- 2,8 %). La Communauté de communes de Saint-Dié-des-Vosges est elle aussi en recul (- 2,0 %).

Dans la Communauté d’agglomération d’Épinal, le nombre d’habitants progresse légèrement (+ 0,1 %). Les intercommunalités autour de ces deux pôles connaissent un rebond démographique plus intense que le reste du département, conséquence de la périurbanisation. La population de la Communauté de communes du Secteur de Dompaire est celle qui augmente le plus (+ 6,1 %).

4 – Fortes baisses dans le sud du département

inf11

Champ : EPCI en géographie 2014

Source : Insee, recensements de la population

Les grandes communes en difficulté

Les communes les plus peuplées du département perdent de la population. Le nombre d’habitants diminue de 0,7 % par an entre 2007 et 2012 à Épinal, et de 0,8 % à Saint-Dié-des-Vosges.

Les communes qui progressent le plus sont des communes en zone périurbaine. Ainsi, la commune de Saint-Nabord poursuit sa croissance démographique observée (+ 0,7 % par an entre 2007 et 2012) au détriment de Remiremont (– 0,8 %).

5 – Les communes les plus peuplées continuent leur décrochage
Quatorze communes concentrent un tiers de la population vosgienne
Source : Insee, recensements de la population
Population au 1er janvier Évolution annuelle moyenne (%)
1999 2007 2012 1999-2007 2007-2012
Épinal 35 794 33 528 32 387 -0,8 -0,7
Saint-Dié-des-Vosges 22 569 21 882 21 053 -0,4 -0,8
Gérardmer 8 845 8 738 8 423 -0,2 -0,7
Golbey 7 929 8 220 8 402 0,5 0,4
Thaon-les-Vosges 7 785 8 041 7 909 0,4 -0,5
Remiremont 8 538 8 104 7 766 -0,6 -0,8
Neufchâteau 7 533 7 056 6 633 -0,8 -1,2
Raon-l’Étape 6 749 6 710 6 478 -0,1 -0,7
Mirecourt 6 384 5 956 5 774 -0,9 -0,6
Rambervillers 5 999 5 669 5 511 -0,7 -0,6
Vittel 6 117 5 586 5 318 -1,1 -1,0
Charmes 4 665 4 560 4 653 -0,3 -0,2
La Bresse 4 928 4 700 4 355 -0,6 -1,5
Saint-Nabord 3 853 3 953 4 096 0,3 0,7

Les populations légales

Établies dorénavant chaque année pour toutes les circonscriptions administratives françaises, les populations légales sont prises en compte pour l’application de dispositions législatives, réglementaires et financières relatives à l’organisation des communes et à la vie quotidienne de celles-ci. Elles sont publiées dans un décret paru au Journal Officiel fin décembre.

Pour en savoir plus :




Une réaction sur “Vosges – 377 282 habitants au 1er janvier 2012

  1. Thierry

    Bonjour
    Helas il n’y a pas de travail dans les Vosges!
    Moi meme j’ai du quitter mon département depuis maintenant 17ans pour la region parisienne, j’espere pouvoir y revenir pour y vivre ma retraite!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *