Search
mardi 6 décembre 2016
  • :
  • :

Élections Départementales : Appel à la raison Une gauche divisée, c’est une gauche éliminée !

image_pdfimage_print

Libre propos : Claude Michel
La nouvelle formule choisie pour les élections départementales engendre des changements notables. Tout d’abord, la nécessité de trouver des candidates et des candidats répartis judicieusement sur un territoire élargi. Si l’on veut une représentation en proximité de nos concitoyens, cela est une évidence.
Ensuite, la volonté affichée de porter la parité va entrainer un nombre significatif de femmes qui vont pouvoir s’investir comme elles le font déjà mais sans être souvent au devant de la scène.
Ces nouveautés bousculent les habitudes, les certitudes, les volontés locales ancestrales. On le voit aujourd’hui avec la pléthore de candidatures qui fleurissent. On nous disait : « Quoi ? Un binôme et deux suppléants ? Impossible de trouver quatre personnes pour nous ! » En réalité, ce n’est pas le cas ! Au contraire !
Qu’est ce qui pousse tant de personnes ?
Qu’est ce qui leur fait croire qu’elles sont toutes plus légitimes les unes que les autres ?
Sur le nouveau Canton de Gérardmer (le plus grand en nombre d’habitants dorénavant), pas moins de trois candidatures dites de gauche, soit douze personnes ! Deux « sortants » donc se sentant légitimes politiquement et portés par leur troupe respective. Une candidature de parti voulant se distinguer des choix politiques d’un des deux sortants.
Je regrette cette diversité qui dans ce cas est dangereux pour ceux, qui comme moi, partagent ces valeurs d’égalité réelle et de justice sociale portées par ces trois candidats.
Le mode de scrutin impose 12,5 % des inscrits pour pouvoir être présent au 2ème tour. Avec l’abstention, cela veut dire au moins 25 % des votants, nombre important et quasi inatteignable quand les voix de gauche se coupent en trois ! Seule solution : être en tête ou deuxième à l’issue du 1er tour. Face à un candidat de droite unique et un binôme du FN qui fera des voix, à mon grand désespoir, même si les candidats sont quasi-méconnus et leur programme non en adéquation avec les problématiques locales, autant dire avec un risque d’erreur proche du zéro, que les trois candidats de gauche seront absents du deuxième tour.
Que faire pour les rassembler et leur faire comprendre la problématique ? Le pire, c’est qu’il me semble qu’ils sont conscients de cela !
Le sentiment de légitimité ancré dans l’inconscient des trois leur fait ignorer la réalité politique.
Comment peut on aller au bout de cette démarche en risquant de mettre les électeurs de gauche devant un choix grave de 2ème tour, choix entre un candidat de droite et un d’extrême droite !
Les trois ont des arguments, bien sûr, en leur faveur. Certains plus discutables que d’autres, mais des arguments tout de même. Je ne les juge pas car je les trouve quasiment tous défendables.
Je voudrais simplement les rappeler à la raison et appeler l’ensemble des citoyens proches de ces idées là, à les interpeller, à les bousculer, à leur dire non !
Non, je ne veux pas d’un choix entre la droite et l’extrême droite !
Non, je veux que chacun mette de côté ses certitudes, de côté les égos, les pierres brutes !
Regardons ensemble dans le miroir sans à priori !
S’il vous plait, ne laissez pas le canton de Gérardmer dans des mains qui ne partagent pas nos valeurs !
Merci d’avance !

Claude Michel




8 réactions sur “Élections Départementales : Appel à la raison

  1. Gilbert Schloesser

    Regardons les choses en face…Il est grand temps de faire de la politique autrement…les veilles méthodes n’ont plus d’avenir…de chaque côté de l’échiquier elles ont fait le lit du parti qui monte, qui monte…des gens y travaillent et avancent….tranquillement

    répondre
    1. Gilles CHIPOT

      Parcours politique de Pierre Larrouturou le créateur du Mouvement « nouvelle donne » (source WIKYPEDIA)

      1988 : Adhère au Parti socialiste
      1991 : Quitte le Parti socialiste
      1993 : Crée le Comité d’Action pour le Passage rapide aux 4 jours sur 5 (Cap4J/5)
      1995 : Échoue à se présenter à l’élection présidentielle
      1997 : Candidat aux élections législatives dans la cinquième circonscription de Paris (1,45%)
      1999 : Tête de liste aux européennes (1,01%)
      2002 : Échoue à se présenter à l’élection présidentielle. Réadhère au Parti socialiste. Délégué national Europe. Candidat aux élections législatives dans la cinquième circonscription de Paris (1,65%). Crée le réseau Nouvelle Donne.
      2006 : Crée Urgence sociale
      2007 : Échoue à se présenter à l’élection présidentielle
      2008 : Crée Nouvelle gauche
      2009 : Quitte le Parti socialiste et adhère à Europe Écologie-les Verts
      2010 : Élu conseiller régional sur la liste EELV dans les Hauts-de-Seine
      2011 : Quitte EELV
      2012 : Fonde le Comité Roosevelt et réadhère au Parti socialiste
      2013 : Quitte le Parti socialiste et fonde Nouvelle Donne
      2014 : Tête de liste aux élections européennes en Île-de-France (3,06 %)

      C’est ce que Mr Schloesser appelle : faire de la politique autrement….

      répondre
      1. Nouvelle Donne Gerardmer 3 vallees

        C’est un parcours certes atypique. C’est particulièrement utile dans la période…où il faut inventer…
        En ce qui me concerne, je pense, depuis la chute du mur (1989) que notre pays a besoin d’une recomposition du paysage politique…elle va beaucoup trop lentement à mon avis…

        Sans doute préférez vous Gilles les gens qui ont le petit doigt sur la couture du pantalon?
        Cordialement.

        répondre
  2. Alain

    Mon cher Claude Michel le gouvernement de gauche vient d’utiliser le 49,3 pour passer une loi anti-social. Demain il privatisera encore une partie de nos biens publics. Il ne chasse pas les fraudeurs fiscaux de haut vol, il crée et distribue des postes de très hauts fonctionnairesinutils aux copains.Il bloque le niveau des retraites, il supprime la demi-part fiscale pour les veuves et les veufs. Les élus de gauche se gavent d’indemnités parlementaires et autres remboursement de frais, Ils ont voté le maintien pendant 5ans du niveau de revenus des parlementaire battus.
    Le gouvernement fait 40milliards de cadeau aux patrons sans contrepartie, il se gaussent de vendre des armes de destruction massive aux Égyptien « Rafale » Le gouvernement de gauche laisse fermer les bureaux de postes en zone rurales et s’apprête a reporter encore les obligations d’accessibilité pour les handicapés dans les transports et les lieu publics.
    C’est quoi les valeurs de gauches mon cher Claude Michel.

    répondre
    1. Alexis MARTIN

      Je me souviens quand De Villepin l’avait utilisé pour passer la loi sur le CPE…
      Ces salauds de droite oppresseurs du peuple qui ont osé recourir à ce système purement anti-démocratique légalisé par un article de la Constitution qui lui fait honte, et dont l’abrogation était l’un des chevaux de bataille de la mouvance socialiste bienveillante…
      Le theatre de Guignol…

      répondre
    1. Gilles Chipot

      La fracture entretenue par les politiques et les medias est trop profonde.
      Voilà des dizaines d’années que les politiques pratiquent avec réussite les concernant le vieil adage : « diviser pour mieux régner ».
      Nous donner la main pour que nous sortions du bourbier ensemble n’est donc pas pour demain.

      répondre
  3. pierre le gros

    Mr Claude Michel,
    Je recentre sur vos propos car les autres remarques, de qualité plus ou moins réelle, parlent en fait d’autres sujets, tout aussi intéressants mais ici hors propos
    Votre article est sensé et raisonnable, en effet.
    Et vous posez la bonne question : que faire pour éviter à Gérardmer, bastion de résistance traditionnelle à l’omnipotence de la droite dans les Vosges, un second tour FN/UMP très tés très à droite ?
    Je ne mettrais pas les 3 listes sur le même niveau : le PC devrait se retirer. D’abord, il n’a strictement aucune chance de s’imposer. Ensuite, cette candidature est purement et simplement, tout le monde le sait, une basse vengeance pathétique du PC de Gérardmer à l’encontre de Gilbert POIROT. Le PC n’a jamais caché sa jalousie des succès électoraux de ce dernier, quand Mme Grüner plafonne régulièrement à 2%. Le PC devra clairement porter la responsabilité de l’échec de M Poirot si celui ci échoue de quelques %. Ensuite, comment départager M Poirot et M Claude? Difficile, d’autant qu’ils ne font pas partie de la même formation politique. Aucun ne semble plus légitime que l’autre dans ce cadre de recomposition cantonale. Peut-être celui qui a obtenu le moins de voix aux dernières élections aurait-il du laisser la place? Ceci étant dit, gardons l’espoir que le peuple de Gérardmer se mobilise à gauche. Car après tout, il suffirait que le taux de participation soit très relevé pour voir la gauche au 2nd tour…

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *