Search
mardi 6 décembre 2016
  • :
  • :

Sans eau, c’est tout de suite moins rigolo… Deux foyers privés d'eau potable aux Beillard

image_pdfimage_print

Deux foyers sont privés d’eau depuis fin décembre. La source qui les alimentait jusqu’alors n’est plus en état d’alimenter convenablement les captages des deux domiciles concernés dont les habitants se retrouvent dans une situation plus que délicate.

En effet, depuis maintenant deux mois, Bachir Khachni et sa petite famille qui comprend un enfant en bas âge sont privés d’eau potable, et même d’eau tout court. Ils ne sont pas les seuls dans cette galère puisque la résidence secondaire de M. Philippe Lazard, demeurant en région parisienne, est aussi touchée par ce problème d’eau. Si pour ce dernier le préjudice peut être considéré comme moindre, il a néanmoins dû prendre la décision d’annuler quinze jours de vacances prévus avec des membres de sa famille et ne décolère pas.

Pour l’heure, l’eau des captages ne peut être bue et elle est devenue difficilement utilisable pour un usage courant

« L’eau est jaunâtre, parfois d’une puanteur insoutenable, comme une odeur d’égout, et elle est inutilisable, même pour se laver. Malgré plusieurs démarches entreprises pour faire bouger les choses, les professionnels qui ont travaillé sur le chantier se renvoient la balle pour le moment », explique un Bachir Khachni épuisé par cette situation. La principale origine du mal dont sont frappées les deux habitations : la micro station de la nouvelle Confiserie Gérômoise qui ne donne pas satisfaction.

Pourtant, ses propriétaires, Messieurs Justin et Manu Wexler, pensaient avoir tout fait dans les clous, et même plus encore : « Nous sommes des enfants du pays, sensibles à la cause de l’environnement et de l’écologie, ce sont des choses qui nous touchent, cela fait partie de notre projet, de l’identité de notre confiserie. Nous avons conçu ce bâtiment basse consommation dans cet esprit.

Pour cela, nous avons fait appel à un maître d’œuvre et à une entreprise de terrassement. Nous avons acheté plus de 15 000 Euros cette micro-station et avons suivi les recommandations du prestataire et du bureau d’étude quant au choix du modèle. Normalement, l’eau qui sort de cette station est censée être propre, voire même potable ! », souligne les propriétaires de la Confiserie eux aussi épuisés par cette situation. Et d’ajouter : « Je comprends tout à fait M. Khachni, cela m’est déjà arrivé de ne pas avoir d’eau, c’est vraiment pas facile à vivre ».

En attendant qu’une solution soit trouvée rapidement, M. Vexler ont proposé à la famille Khachni d’utiliser leurs sanitaires et de l’approvisionner tant que possible en eau. « En ce qui concerne un préjudice éventuel, il est de toute façon conseillé aux deux foyers de nous attaquer en justice afin que nous puissions nous retourner contre les prestataires. C’est de cette façon que pourra être déterminé où et à quel moment il y a eu un problème dans l’installation et la mise en fonctionnement de la micro-station ».

Vous l’aurez compris, la Confiserie se retrouve prise entre le marteau et l’enclume et, d’une certaine manière, se retrouve elle aussi victime de ce sac de nœuds en terme d’image, Justin et Manu Wexler travaillent dans le bonbon, pas dans le bâtiment : « Nous ne pourrons malheureusement pas faire de miracle ! ». Pour l’heure, les différentes parties concernées, dont l’entreprise de terrassement, étaient présentes ce mercredi matin sur le site de la confiserie afin de parer au plus urgent. Un représentant du service des eaux de la Municipalité gérômoise avait également fait le déplacement. En attendant l’étude et les conclusions d’un expert qui vient d’être mandaté qui révéleront où et à quel moment le grain de sable s’est glissé dans la mécanique, un plan de transition devrait se mettre en place.

Ce dernier devrait consister à déplacer l’exutoire de la station en aval des deux captages des foyers concernés vers un collecteur déjà existant. Mais cela va tout de même nécessiter de creuser une tranchée de près de 140 mètres. Des travaux sans doute longs et fastidieux. Car le problème est bien là : c’est le temps que prennent les démarches, qu’il s’agisse de l’expertise qui a été sollicitée ou même du chantier. La famille Khachni n’est donc pas encore sortie de cette galère qui, rappelons-le, a débuté il y a un peu moins de deux mois. Pour l’heure, c’est bouteilles d’eau à réchauffer sur le gaz… Pour combien de temps encore ?




9 réactions sur “Sans eau, c’est tout de suite moins rigolo…

  1. dauphin

    Situation inadmissible, nous constatons que la mairie de Gerardmer semble se préoccuper de ses administrés avec une considération à Géométrie variable. L’équipe municipale est au abonné absent depuis fin décembre, l’humanisme ne semble pas être une valeur importante aux yeux du premier magistrat de la commune.

    répondre
  2. jc crouvezier

    Je réponds, en parfaite connaissance de l’affaire évoquée et sans me cacher sous un pseudonyme, à dauphin dont les assertions sont infondées et injustes voire insultantes vis à vis de la municipalité.
    Il ne s’agit pas d’un problème politique avec, peut-être pour vous, l’occasion de régler des comptes.
    Tous les intervenants concernés ont été très sensibles à la situation malheureuse des plaignants, en premier lieu les élus et les propriétaires de la confiserie, ce dont je peux témoigner.
    Ces intervenants n’ont aucun pouvoir, vous devriez pouvoir le comprendre, pour accélérer le travail que seule la nature peut faire pour que la pollution se dissipe, après que l’écoulement responsable ait été écarté.
    A cette fin, les mesures conservatoires ont été prises après études et rendez-vous multiples, tout cela effectué sans attendre les conclusions de l’expert mandaté, sans donc possibilité de recours pour les entreprises, maître d’oeuvre, bureau d’études et maître de l’ouvrage quant à une prise en charge des coûts afférents.
    La priorité a été évidemment donnée à la recherche d’une solution efficace au problème.
    Ce problème, je le précise, est très probablement du au dysfonctionnement d’un appareillage d’assainissement dont l’installation a été faite sous couvert d’une étude effectuée par un cabinet spécialisé, étude présentée avec le permis de construire et dont le principe a été accepté par la délivrance du dit-permis.
    JC Crouvezier. Maître d’oeuvre
    PS: Le sens des responsabilités me fait ignorer le discrédit dont je pourrais faire injustement l’objet avec des commentaires rédigés dans un esprit délétère comme vous l’avez fait

    répondre
    1. Djelloul Khacheni

      Je rebondis face la réponse de M. Crouvezier. Permettez-moi de dire que la municipalité aurait réagi autrement si le problème vous avait touché personnellement. Pour votre gouverne, il existe une loi qui garanti à chaque citoyen l’accès à l’eau potable: LOI n° 2006-1772 du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques (1) Article 1

      Le deuxième alinéa de l’article L. 210-1 du code de l’environnement est ainsi rédigé :
      « Dans le cadre des lois et règlements ainsi que des droits antérieurement établis, l’usage de l’eau appartient à tous et chaque personne physique, pour son alimentation et son hygiène, a le droit d’accéder à l’eau potable dans des conditions économiquement acceptables par tous. »

      Vous fuyez vos responsabilités en disant: »Ce problème, je le précise, est très probablement du au dysfonctionnement d’un appareillage d’assainissement. »
      J’aimerais débattre avec vous mais l’amplitude de vide qu’il y a derrière vos propos, m’impose de ne pas vous répondre.

      répondre
        1. Djelloul Khacheni

          Bonsoir Monsieur Lambert,

          Je suis surpris par votre question, avez-vous déjà oublié mon franc parlé? Quand j’ai des choses à dire, je le fais en signant de mon nom.
          Permettez-moi de vous demander de ne pas alimenter cette polémique mais plutôt de profiter de votre notoriété afin de dénouer la situation. Ce serait tout à votre honneur.

          répondre
  3. philippe Geoffroy

    « Les professionnels …se renvoient la balle; c’est à dire qu’ils font danser Bachir qui valse à l’infini dans les bras de Charlie.
    Dites Stessy Speissmann c’est le moment d’user de votre autorité. Un référé de minute à minute, convocation des « professionnels »,astreinte mutuelle et commune de 1000euros/jour jusqu’au réglement définitif du problème. Le changement c’est maintenant ou dans 3mois pour Bachir et sa petite famille?

    répondre
    1. jc crouvezier

      M. GEOFFROY
      En aucun cas les professionnels ne se renvoient la balle comme vous le dites.
      Les décisions prises, si vous avez bien lu mon précédent message, anticipent les conclusions d’une expertise qui se tiendra le 9 mars et les travaux qui ont été ou qui vont être exécutés incessamment sont intégralement pris en charge par les intervenants concernés qui ne pourront de ce fait en appeler à leur assurance.
      Votre appel à référé est déplacé. Il ne vous gênerait pas qu’une lourde condamnation comme celle que vous jugez applicable puisse ruiner les entreprises.
      Pensez qu’il pourrait y avoir en pareil cas une solution bien moins coûteuse et plus saine pour Bachir et sa famille, celle d’un relogement temporaire, comme cela se fait après un sinistre incendie, par exemple.
      Dans cette éventualité, sans entamer un débat stérile pour rejeter la faute sur untel ou untel, j’accepterais personnellement d’apporter mon écot, dans la mesure de mes moyens, par simple humanité et ne suis sans doute pas le seul parmi ceux dont vous dites qu’ils font danser Bachir.
      JC Crouvezier
      PS: J’arrêterai là mes commentaires sans répondre aux prochains qui pourraient venir s’afficher

      répondre
  4. Toussin

    Le Beillard est alimenté en eau de ville depuis des années, il suffit d’installer les branchements et de mettre un compteur d’eau, comme tous les habitants du secteur l’on fait. Ce qui n’empêche pas la confiserie d’être aux normes.

    répondre
  5. khacheni

    bonsoir a tous et bien je vois que le bal des hypocrites et ouvert! Alors messieurs les responsables prenez votre courage a deux mains et faite votre boulot !Ne fait pas comme nos politiciens, qui n’ arrête pas de jouer du pipo!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *