Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Un boulanger obligé de fermer un jour par semaine Il pourrait licencier 4 personnes

image_pdfimage_print

Pris par la patrouille du dimanche !  Le monde du travail notamment de la boulangerie est ainsi fait qu’une boulangerie ne peut-être ouverte 7jours/7. La  famille Diderlaurent de Gérardmer avait été sanctionnée pour les mêmes faits  sans que la situation de l’artisan n’évolue.

Le dossier est rouvert en France sous  l’effet de la loi Macron : en tout cas le dossier sur le travail le dimanche est toujours en pleine discussion même si le fameux 49-3 est passé par là.

L’histoire se poursuit dans les Vosges avec Allan Cussenot, un boulanger vosgien à la tête de trois échoppes, qui a adressé une lettre à différents élus  du département afin de  les alerter sur la situation. En effet un arrêté préfectoral, datant de 1999, impose aux boulangeries du département des Vosges de fermer au moins un jour par semaine.
Pour notre boulanger âge de  29 ans installé à (Archettes, Cheniménil et Laval sur Vologne), il se voit obligé par la justice de fermer  boutique un jour par semaine. « Deux de mes boulangeries sont ouvertes 7j/7 de 6h à 20h sauf le dimanche et le vendredi où je suis fermé l’après-midi. Aujourd’hui on me demande de respecter cet arrêté préfectoral, donc pendant une journée entière de ne pas vendre de pain dans mes magasins qui sont des boulangeries donc tout simplement de fermer une journée entière car les gens viennent avant tout pour le pain » explique Allan Cussenot  «Ces ouvertures m’ont permis d’embaucher 4 personnes, de pérenniser mon entreprise et de prévoir des investissements à court terme comme la création d’une nouvelle boulangerie sur la commune de Chavelot avec 14 embauches à la clé»
De fait, il craint de devoir licencier  « En m’obligeant à une journée sans vente de pain, je serai dans l’obligation de me séparer de deux vendeuses, d’un boulanger et d’un pâtissier. Mais aussi de revoir mes perspectives d’investissements à la baisse. » assure le jeune boulanger qui compare sa situation à celle de entreprises qui utilisent des distributeurs automatiques. « Si la situation ne se débloque pas, je pense investir dans ces appareils. Encore une fois, ça ne va pas créer des emplois ! Pourquoi ne pas nous laisser travailler, développer nos entreprises, créer des emplois. Pourquoi nous ne pouvons pas vendre nos produits 7j/7 alors que d’autres commerçants peuvent le faire comme les fleuristes ou les buralistes ! » déplore Allan Cussenot

Coté Confédération Nationale de la boulangerie-pâtisserie le président Jean-Pierre Crouzet réagit. « Nous sommes attachés à ces arrêtés préfectoraux. Obliger un jour de fermeture (pas nécessairement le dimanche) n’est pas d’empêcher les gens de travailler. Il faut  trouver des équilibres, promouvoir la qualité des produits, se partager le marché. De plus les jours de fermeture stimulent la concurrence, en permettant à un client de tester une autre boulangerie une fois par semaine».
Pour Allan Cussenot, l’ouverture 7 jours sur 7 contribue à la création d’emplois et de richesse. Et il précise pour conclure  » chacun de mes employés disposent de deux jours de repos hebdomadaire ».

Le débat est loin d’être fermé !




21 réactions sur “Un boulanger obligé de fermer un jour par semaine

  1. Morel

    Comme d’habitude en France , on sanctionne les gens qui travaillent et on finance ceux qui ne foutent rien . Et en plus on fait tout pour augmenter le nombre des chômeurs .

    répondre
  2. rogers

    Ce n’est pas avec ce genre d’arrêté préfectoral que la France va sortir du trou dans lequel elle s’enfonce .Actuellement dans notre pays ,avoir une entreprise qui marche bien, qui embauche et qui gagne de l’argent : c’est mal vu . Après , les politiciens viennent pleurer qu’il y a du chômage dans les Vosges .

    répondre
  3. Baron von Kleinbruscht

    Le sempiternel refrain du chantage à l’emploi… C’est marrant personne ne va jamais questionner les salariés en question.
    En Alsace beaucoup de boulangeries ferment le dimanche, c’est culturel. Pourtant, que je sache, l’Alsace ne se porte pas trop mal question économie.
    Ca vient d’où cette croyance qu’en ouvrant le dimanche on est plus compétitif?

    Il est aussi certain qu’obliger la main d’oeuvre à travailler le dimanche, c’est autant de temps qu’elle n’aura plus pour donner de son temps bénévole, faire du sport, s’occuper de ses enfants, etc… bref, assurer les bases sur lesquelles la productivité peut s’établir. Et puis consommer aussi : les apprentis boulanger ont eux aussi le droit d’aller au ciné, au restaurant, faire du ski l’hiver, louer un pédalo l’été…

    C’est sûr qu’on est toujours plus enclin à exiger des autres ce qu’on n’est pas prêt à exiger de soi-même…

    répondre
    1. mort de rire

      et il fait comment ton apprenti boulanger pour aller au ciné ou faire du pédalo le dimanche si le loueur de pédalo et la caissière du ciné veulent aussi leur repos hebdomadaire ? Il fait comme les alsaciens qui sont tous en repos le dimanche il va dans le département d’à côté faire la morale ?

      répondre
      1. Baron von Kleinbruscht

        Non, mais il peut venir dans le département d’à côté s’occuper de ses vieux parents dès qu’il peut, c’est à dire le dimanche en particulier.

        Il peut aussi donner de son temps bénévole pour des causes diverses ou des événements.

        Alors oui, les restaurateurs et autres salariés du secteur touristique travaillent le dimanche, mais c’est peut-être suffisant, non? Pour ceux qui ont réussi à organiser leur vie ainsi, c’est très bien, d’autres ne le vivent pas forcément bien.

        répondre
    2. Schmit

      Je suis d’accord avec « Mort de rire »!
      Et si de surcroît l’envie vous prend de vous faire un petit resto, n’apprécierez vous pas que des gens bossent le dimanche pour vous être agréable ???
      Et pire si vous avez besoin d’une aide médicale ou d’être hospitalisé un dimanche, imaginez que le Personnel hospitalier ne veuillent plus bosser le dimanche (et les nuits de we de garde..?) ce serait une belle pagaille qui rendrait les gens de fort mauvaise humeur…… Alors quel pataquès fait autour du travail le dimanche, certains sont obligés de bosser et d’autres pas ??? Ca devient rocambolesque ce débat !! Franchement, il y a d’autres priorités….
      Le mieux serait de laisser le libre choix à ceux qui veulent bien travailler le dimanche et surtout de ficher la paix aux commerçants qui ouvrent le dimanche.
      Pour ma part, j’ai travaillé les dimanches et je n’en ai pas souffert, ma famille non plus. On s’organise autrement pour profiter les uns des autres, c’est tout!

      répondre
  4. thiebaut

    Vouloir toujours plus…. encore plus…
    La volonté d’en vouloir toujours plus et encore plus!!!!!
    il y a des règles, elles sont les mêmes pour tout le monde!
    Moi perso, je n’ai pas envie de travailler 7 jours sur 7!!!

    répondre
    1. Baron von Kleinbruscht

      Parce que « ceux qui veulent » devraient pouvoir le faire en respectant les règles en vigueur et en n’engageant qu’eux-mêmes dans leur projet.

      C’est trop facile de dire que certains veulent travailler le dimanche lorsque la seule motivation est bien souvent celle de pouvoir espérer un peu plus d’argent pour pouvoir boucler les fins de mois….

      répondre
  5. dodie

    cet arreté prefectoral ne date pas d’hier et surtout bien avant que Monsieur Cussenot ne s’installe.

    c’est à lui de se plier aux regles et non l’inverse.

    C’est facile de se plaindre surtout quand on fait travailer ses employés à sa place et ne sait que donner des ordres

    répondre
  6. LE GAULOIS

    je suis tout a fait d’accord avec « mort de rire », avoir des loisirs
    bien sur je suis pour .
    mais pour les loisirs il faut des moyens , pour avoir des moyens il
    faut travailler .
    jusqu’a maintenant , on pas encore trouvé le moyen de gagner sa
    vie en restant assis sur une chaise .
    ( le baron est peut etre rentier )
    pour répondre également a  » dodie  » elle devrait savoir avec 3
    boulangeries ‘ mr Cussenot met la main a la pate et ne fait pas
    travailler que ces employés .

    répondre
    1. dodie

      Désolé « le gaulois » mais le connaissant un peu personnellement et sachant sa réputation personnel je sais ce que j’ avance tout en connaissant le metier car je suis a mon compte également.
      Nous ne possédons peut etre qu’un commerce mais avec les accumulations d’heures nous sommes heureux de profiter de notre seul jour de congé pour etre avec nos enfants et notre famille.
      Il ne peut le savoir car pas d’enfants!!!
      du profit rien que du profit!!!!

      répondre
  7. Alexis MARTIN

    Le problème c’est que l’employé n’a pas forcement le choix.
    La volonté de travailler le dimanche devient critère d’embauche et vu la tronche du marché du travail…
    Bonjour, j’ai reçu 185 CV pour l’offre, accepteriez vous de travailler le dimanche ?

    répondre
  8. Bontemps

    Bonjour
    Je suis hôtelier et j’ai besoin de pain frais tous les jours de l’année (je ne me vois pas servir du pain rassis à mes clients!!!)Pour cela je remercie beaucoup mon boulanger ainsi que toutes les personnes qui travaillent le dimanche (agriculteurs, infirmières,médecins ,commerçants,restaurateurs etc…
    Je peux comprendre que l’on ne veuille pas travailler le dimanche , il faut donc s’orienter vers d’autres métiers mais les fervents opposants doivent s’interdire l’utilisation de tous ces services.Je m’explique : ni petits week-end ,ni restaurants, ni cinéma , ni télévision, ni séjour ski …
    Il me semble que votre vie va être bien triste, il reste malgré tout un petit scrabble en famille !!!
    Tout ceci pour dire qu’il y a de nombreuses personnes que l’on ne soupçonnent pas qui travaillent le dimanche pour satisfaire et distraire les personnes qui travaillent la semaine.Et c’est tant mieux que cela se passe ainsi.Merci à tous les gens qui travaillent week-end et semaine! Pascal Bontemps

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *