Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

50 ans et un sacré « réservoir de vie » L'Union Départementale des Associations pour le Don du Sang Bénévole célébrait son 50éme anniversaire à Gérardmer ce dimanche. Un "honneur" pour l'amicale locale

image_pdfimage_print

 

C’est bien la Perle des Vosges et son comité local qui avaient été choisis pour accueillir le 50éme anniversaire de l’Union Départementale pour le Don du Sang Bénévole qui s’est déroulé ce dimanche à l’Espace LAC. « Bénévole », un terme et un concept essentiel lorsque l’on parle du don en France où ce geste solidaire doit conserver son aspect « éthique ».

En effet, comme l’a rappelé la présidente de l’Union Départementale Monique Didier, l’EFS et donc les Donneurs de Sang de France et de Navarre sont actuellement confrontés à d’importantes évolutions qui touchent la Transfusion Sanguine. L’EFS qui gère les stocks et leur diffusion, les Donneurs qui doivent sans cesse s’adapter aux besoins pour assurer une autosuffisance primordiale, notamment en matière de plasma.

 

Mais en juillet dernier, le Conseil d’État a rendu une décision qui introduit un changement d’envergure : le plasma thérapeutique traité par Solvant Détergent est désormais considéré, en raison de son mode de production industriel, comme un médicament dérivé du sang (MDS) et non plus comme un produit sanguin labile (PSL). « Cela signifie la fin du monopole de l’EFS dans ce domaine et ouvre le marché français du plasma thérapeutique à la concurrence. Et quelle concurrence ? Une concurrence à surveiller de très près. Ne nous laissons pas envahir par des laboratoires étrangers qui nous fourniront des médicaments dérivés de plasma sans traçabilité, non éthique, issu de donneurs rémunérés », expliquait Monique Didier dans son rapport Moral.

Pas question de passer au don rémunéré

Et de poursuivre : « Grâce aux principes de bénévolat, volontariat, anonymat et gratuité, nous pouvons tenir notre engagement, à savoir garantir à tous les malades de recevoir, en toute sécurité, les produits sanguins dont ils ont besoin. L’EFS et nous sommes unis autour de valeurs fondatrices, fortes, autour d’un modèle transfusionnel que beaucoup de pays nous envient. Ce modèle est plus que jamais à sauvegarder ». Le message de la présidente de l’UD88 est fort, sans équivoque, et repris par le docteur Xavier Tinard.

« Il y a 1 million de malades soignés par an grâce aux produits issus du sang, une moyenne de 10 000 dons par jour sont nécessaires pour assurer l’autosuffisance. L’information diffusée aux donneurs doit donc être claire pour que ces derniers sachent ce que l’on attende d’eux. Je tiens d’ailleurs à souligner que les Vosges et la Haute-Marne sont des secteurs très percutants en matière de réactivité.

L’UD88 fêtait son 50éme anniversaire à l’Espace LAC. A la fin du mois, c’est l’amicale de Gérardmer-Xonrupt-Liézey qui fêtera ses 55 années d’existence.

Tous ces donneurs sont bénévoles et doivent le rester, il n’est pas question en France de passer à un don rémunéré. Nous sommes face à un nouveau défi qui est de pouvoir continuer à produire un plasma de manière éthique et un coup relativement faible. Mais je pense que si les hôpitaux jouent le jeux, une partie du combat sera remportée ». Tout n’est pas si sombre, mais l’idée que l’on puisse prochainement attribuer un label éthique à des produits dont la traçabilité est opaque provoque la colère des Donneurs de Sang.

Pas de réponse du ministère de la santé

Et ce d’autant plus que, comme l’a souligné Françoise Didier, présidente de l’amicale des Donneurs de Sang Bénévoles de Gérardmer-Xonrupt-Liézey, la ministre de la santé ne répond pas aux questions de la Fédération Nationale des Donneurs sur ce sujet sensible. L’État ne semble donc lever aucune inquiétude concernant l’éthique et la sécurité du don cher à la Fédération des Donneurs. Tout cela est donc à surveiller de près !

Terminons sur une note positive car, rappelons-le, il s’agissait d’une assemblée générale mais aussi d’un anniversaire. Le don se porte relativement bien dans le département des Vosges : 28 555 donneurs présentés en 2014, soit une hausse de 2,9% par rapport à l’année précédente. Le nombre de premiers dons est de 1 868, soit une baisse de 13% et la moyenne de dons par donneur reste tout de même inférieure à 2 dons par an. La bonne nouvelle vient comme d’habitude du nombre de prélevés par rapport à la population qui est de 10,56% pour une moyenne nationale de l’ordre de 3 à 4%.

Les assemblées générales sont souvent l’occasion de récompenser les fidèles parmi les fidèles. Cette année, ils étaient deux à recevoir la médaille du mérite du Sang :

-Sébastien Bonard, président de l’amicale de Granges-sur-Vologne – grade de Chevalier du Mérite du Sang.

-René Claude, membre du CA de l’UD88 depuis de très nombreuses années et trésorier ; auparavant président de l’Amicale de Vagney.

Françoise Didier, Sébastien Bonard, Monique Didier , René Claude et son épouse devant le panneau confectionné pour l’occasion par le Gérômois Maurice Martin

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *