Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

Tennis : 2 matchs « marathons » en finale du tournoi interne

image_pdfimage_print
Emilie Ziletti & Cathy Grüber

 

Samedi après-midi avaient lieu les finales du désormais traditionnel tournoi interne du Tennis Club de Gérardmer qui se sont soldées par une victoire de N’Doye chez les hommes et Grüber chez les dames.

Honneur aux dames avec un duel de partenaires et même de copines entre Cathy Grüber (30/1) et Émilie Ziletti (30). De classement et d’âge très proches, ces deux là ont en effet plus l’habitude de se retrouver le dimanche pour disputer des rencontres par équipe que de s’affronter en finale d’un tournoi. Rappelons au passage que Cathy Grüber avait disposé de Sandrine Maufrey (30/1) en demi-finale alors qu’Émilie Ziletti avait pris le meilleur sur Patricia Dumay (NC). Précisons que cette dernière est l’auteur d’un beau parcours dans ce tournoi où quelques unes des meilleures joueuses du club manquaient cependant à l’appel.

Les deux finalistes ont cependant offert une très belle prestation au public présent avec un match marathon de près de 2 h 30 ! C’est souvent le risque avec deux joueuses qui se connaissent bien. Après un premier set équilibré mais remporté par Grüber sur le score de 6/3, Ziletti répondait du tac au tac dans la deuxième manche, profitant d’un petit relâchement de son adversaire. La réplique était cinglante puisque la mieux classée des deux Gérômoises infligeait un 6/0 pour emmener la rencontre vers un set décisif à couteaux tirés.

Le mental allait donc être essentiel dans cette dernière ligne droite où l’on a pu observer plusieurs échanges de breaks avant le tournant de la rencontre. A 5/5, aucune des deux joueuses ne voulait céder. Mais après un jeu de près d’un quart d’heure (non vous ne rêvez pas), c’est finalement Grüber qui a pris l’avantage, s’offrant ainsi une chance de conclure. Ce qu’elle fit pour s’offrir une nouvelle victoire cette saison, confirmant ainsi son retour aux affaires et une montée prochaine au classement. Elle ira fêter ça au casino Joa de Gérardmer puisqu’un repas pour deux personnes était offert pour les vainqueurs hommes et dames du tournoi ! Score final : 6/3 0/6 7/5.

Chez les hommes, finale surprise entre le jeune Kevin N’Doye (15 ans, classé 15/2) et l’expérimenté Jean-Michel Tusa (15/3). En effet, ce n’était pas gagné d’avance pour ces deux là qui ont disposé en demi-finale de deux adversaires mieux classés. Le résultat le plus inattendu est peut-être venu de Tusa qui s’est imposé en deux sets secs face à Malik N’Doye (15/1) sur le score de 7/5 6/4. Un manque de concentration à certains moments cruciaux de la rencontre a certainement coûté cher à N’Doye face à Tusa qui n’a rien lâché et a su rester dans son match jusqu’au dernier point.

Quant à Kevin N’Doye, sa victoire face à Hervé Parmentelat (15/2) est moins surprenante. En constante progression, l’un des espoirs du TCG a vraiment fait un match très solide, sans aucun relâchement, d’une constance et d’une consistance remarquables. Après un premier set particulièrement disputé qui s’est fini au tie break, Kevin a survolé la 2éme manche pour s’imposer sur le score de 7/6 6/0 et s’offrir une place en finale pour sa première participation au tournoi. Il y aurait donc bien un N’Doye en finale !

Opposition de style entre ces deux joueurs avec un jeune puncheur et un tricoteur pour un scénario quasi identique à la finale féminine. Le score parle de lui-même : 6/3 1/6 7/5 en faveur du plus jeunes des deux protagonistes qui s’impose assez logiquement. Tusa n’est cependant pas passé loin de l’exploit dans cette finale qui semblait pourtant mal engagée pour lui. Après avoir égalisé à un set partout, tout semblait possible et certains attendaient sans doute un petit craquage de N’Doye dans le 3éme set.

Mais le jeune garçon s’est à nouveau montré solide mentalement face à un adversaire qui a tout fait pour le déstabiliser en matière d’alternance de jeu. Kevin mérite sa victoire finale et s’annonce probablement comme un futur leader du TCG. Qu’il continue de progresser encore et encore, à l’image de ce service puissant et de ces coups de font de court solides sur lesquels il a su s’appuyer.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *