Search
mardi 6 décembre 2016
  • :
  • :

COMMUNIQUE DE LA LIGUE DES DROITS DE L’HOMME – Section de GERARDMER

image_pdfimage_print

 

Ce mercredi 15 Avril 2015, Mr Stessy SPEISSMANN, Maire de GERARDMER, a reçu à leur demande quelques membres de la section L.D.H de Gérardmer, membres également du collectif d’aide aux demandeurs d’asile.

Ces personnes lui ont remis une lettre adressée à l’ensemble du Conseil Municipal pour protester premièrement contre l’interdiction de vente de jonquilles sur la voie publique comme le permettait une tradition établie depuis plusieurs générations mais également cette lettre proteste contre la manière dont certains membres de la police municipale ont appliqué l’arrêté, chassant les vendeurs avec une certaine violence et peu de respect des personnes : cueillettes violemment jetées à terre ou mises en poubelle, coups de pieds dans les vases-récipients, menaces de verbalisation semble-t- il surtout à l’égard d’étrangers, personnes vulnérables s’il en est. Ces violences à l’égard de personnes ne sont pas admissibles : la délégation a demandé au maire d’intervenir auprès des responsables de la police municipale .

Le Maire a assuré ne pas être au courant de ces faits et fera le nécessaire pour qu’ils ne se reproduisent pas s’ils sont avérés.

Quant à l’interdiction de vente sur la voie publique, il s’agit d’une disposition légale à laquelle on ne peut déroger sauf cas exceptionnel (comme la vente du muguet au 1er mai). Pour tout le reste, il faut une autorisation expresse du maire, par exemple lors d’ un vide-grenier. Dans le cas précis et actuel de la vente des jonquilles, la chose est possible sur un lieu privé ou à l’écart des routes à condition d’en faire la demande au Maire.

Monsieur SPEISSMANN précise que suite à un incident survenu Boulevard de Saint-Dié début Avril où des adultes se seraient installés pour vendre des jonquilles interdisant toute concurrence aux « petits vendeurs » habituels qu’il connaît , il a demandé l’intervention de la gendarmerie pour déloger ces personnes. Selon certains témoins la chose se serait faite « manu-militari »certains approuvant d’autres protestant. Il s’agirait selon la rumeur publique de  »’mafias roms »’. Est-ce la réalité ? Il faut donc veiller à ce qu’il ne s’ agisse pas de  »chasse aux sorcières » ni ouvrir la porte à des discriminations plus ou moins xénophobes .

Enfin Monsieur SPEISSMANN a précisé que comme son prédécesseur, par mesure de sécurité, il a renouvelé l’arrêté municipal -pris suite au décès d’un enfant il y a de nombreuses années- bien qu’ il fasse doublure avec les dispositions générales de la loi mais cela tend à le couvrir.

Dernier point souligné dans la lettre aux élus : c’est l’importance pour les personnes ayant des revenus plus que modestes d’améliorer très modestement leurs ressources pendant la très courte  »saison des jonquilles », étant entendu que les enfants doivent être accompagnés d’un(e) adulte.




12 réactions sur “COMMUNIQUE DE LA LIGUE DES DROITS DE L’HOMME – Section de GERARDMER

  1. La Mouette

    Je ne peux qu’approuver l’interdiction de vente des jonquilles sur la voie publique. Je voudrais que l’on m’explique de quels droits certains seraient autorisés à cueillir sur le domaine public un bien qui appartient à tous uniquement par intérêt personnel, d’autant plus que ce type de cueillette se fait sans aucune distinction.

    Par contre, je n’approuve pas l’emploie de la violence par les représentants de l’ordre

    répondre
  2. Fanfan

    Le 19 mars, à 8 H, j’ai donné 10 euros pour des jonquilles à un homme habituellement placé à la sortie de la ville peu après la Croisette. Pourquoi? J’ai trouvé qu’il avait fait effort pour cueillir les premières jonquilles alors que le temps ne s’y prêtait pas et qu’il avait le courage de se placer là dans le froid en quête d’un petit revenu. L’effort méritait ce tout petit rien.
    Mais, est-il besoin de ces habituelles apostrophes, admonestations venues de donneurs de leçons même s’ils sont meilleurs que quiconque et d’où qu’ils viennent ?

    répondre
  3. Gilles Chipot

    Vrai que cela fait un appoint pour quelques personnes en difficultés .
    Vrai que cela tourne aussi en « zone interdite » pour quelques revendeurs ne disposant pas de l’ autorisation de certains « parrains ».
    Vrai que l’entrée côté Xonrupt de la ville de Gerardmer,station touristique au demeurant, ne ressemble plus à grand-chose avec des dizaines de seaux, de cartons , et de cagettes tous dépareillés.
    Vrai que la responsabilité du Maire est engagée en cas d’accident.
    Vrai qu’il n’est pas utile d’utiliser la force pour faire respecter la loi.

    répondre
  4. profileur88

    il semble aussi que ce soit pour « garder » des jonquilles afin de fleurir les chars je pense
    mais aussi que certains cueilleur ARRACHE la bulbe et à ce train la dans quelques années il n’y presque plus de jonquilles.
    moi aussi contre la violence, quoi que des fois il faut y avoir recours

    répondre
  5. François Laubacher

    Comment doit-on entendre les deniers mots de la dernière phrase de ce communiqué ?
    Les enfants vendraient les jonquilles sous l’œil « attentif,… intéressé ?… » de leurs parents ? …
    Qu’est ce que ça veut dire ?????…..
    Les derniers mots de cette phrase semblent en effet venir amoindrir, contredire ce qui précède, voire cautionner un éventuel « trafic »….
    Il est sûr toutefois que si trafic il y a,… il ne doit pas représenter des cents et des milles … sauf en nombre de jonquilles cueillies ou arrachées pour certaines et d’après certains, … ici ou là et plutôt … chez les autres ….
    Il faudrait en outre préciser quand commence « l’enfance autorisée » si toutefois ces deux mots étaient compatibles…car en fait ce que chacun autorise aisément à la « gent trotte menu » (les enfants) mais… que la loi réprouve, suite à ce malheureux accident …, devient inacceptable ou difficilement supportable pour une gent plus adulte et surtout quand clopes, fauteuil pliant, lunettes de soleil et autres accompagnent ces vendeurs nouveaux …. dans le besoin ….
    Mais peut-être suis-je un peu comme bon nombre…., naïf parmi les naïfs pensant encore que les enfants innocents pourraient agir pour leur propre compte, comme ceci était le cas il n’y a pas encore si longtemps ….
    Il n’y a donc qu’une solution … celle prise par notre premier magistrat… celle de tout interdire sauf ce qui est expressément permis ! (CQFD) …
    Et puis qu’est-il reproché à la police ?
    Je me permets de reprendre les termes du communiqué
    « une certaine violence… » laquelle ??
    « …peu de respect des personnes, cueillettes violemment jetées à terre ou mises à la poubelle, coups de pied dans les vases récipients, menaces de verbalisation.. »…tout le monde n’a pas forcément l’art et la manière mais la violence est essentiellement sur les jonquilles….
    Et bien utilisons la Place récemment inaugurée aux couleurs des Droits de l’Homme pour y faire respecter les Droits de la Jonquille…et tout le monde sera d’accord ! …

    répondre
  6. rogers

    En France ,il existe des lois qui régissent le commerce.
    La vente de jonquilles sur le bord de la route est un commerce comme un autre . Appliquons la loi et faisons la respecter et tout ira bien. L’Etat ponctionne la TVA sur tout, pourquoi pas sur la vente des jonquilles ??? une inscription en mairie comme vendeur occasionnel serait la meilleure solution car si on veut creuser un peu le problème ,dans notre belle France socialiste ,ou tout devrait être parfait,la vente des jonquilles sur le bord de la route s’apparente à du travail en noir non soumis à l’impôt!!! .Si je ne me trompe pas , il n’y a qu’au 1er mai que l’on peut vendre dans la rue sans « patente » ( mot désuet mais bien qualificatif ).

    répondre
  7. simon joelle

    Franchement la ligue des droits de l’homme n’ a rien d’autre à faire ?… Est ce que cette anecdote méritait un article sur Gérardmer info ? La gendarmerie a du intervenir dans un village voisin pour fauchage de jonquilles je crois ! Et à la Bresse ce sont les brimbelliers qui sont fauchés. Pour mettre un peu de beurre dans les épinards mais de qui se moque -t-on ? La loi doit être la même pour tous pas de vente de jonquilles ! D’autant plus qu’un enfant est mort de çà. Meme s’il y a longtemps seuls ceux qui ont vécu un pareil drame peuvent comprendre ; on ne s’en remet JAMAIS.

    répondre
  8. philippe Geoffroy

    Quand ils sont venus chercher les communistes,
    Je n’ai rien dit,
    Je n’étais pas communiste.
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
    Je n’ai rien dit,
    Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
    Quand ils sont venus chercher les juifs,
    Je n’ai pas protesté,
    Je n’étais pas juif.
    Quand ils sont venus chercher les catholiques,
    Je n’ai pas protesté,
    Je n’étais pas catholique.
    Puis ils sont venus me chercher
    Et il ne restait personne pour protester.»Martin Niemoller pasteur protestant Dachau 1941.

    répondre
  9. François Laubacher

    Soit… Monsieur GEOFFROY !…
    Beau texte, bien écrit, malheureusement, fort avéré et à propos en 1941 mais heureusement, totalement hors sujet ici…sauf s’il s’agissait …, là aussi,… des jonquilles qui, quand «on vient les chercher » terminent toujours prisonnières d’un vase… clos ou bien piquées, par trois, derrière du grillage ….
    Encore que…la cueillette se fasse en général sans discernement, qu’il n’a jamais été donné à voir des jonquilles rouges, «brassardées», en étoile ou en croix et que la dernière des jonquilles n’est sans doute pas, et chacun le souhaite, prête de fleurir…
    A l’image de ce commentaire volontairement décalé et qui pourrait choquer certains que je prie de me pardonner, prenons garde aux mariages improbables et ne mélangeons pas tout…,ce qui peut également légitimement choquer, mais à l’image d’une récente une bien connue… Nous vous pardonnons ! …

    répondre
  10. Grolez Marc

    C’est du N’importe quoi? moi j’ai vu de mes yeux le Dimanche 12 Avril 2014 a 14 heures Boulevard de saint-Dié avec toute ma Famille, la Police Municipale intervenir pour faire respecter l’interdiction de la vente des jonquilles sur la voie publique, je n’ai a aucun moment constaté de violence de leur part il ont fait tout simplement leur travail. Moi même il y a deux ans sur cette même route j’ai failli renverser un enfant qui a traversé devant ma voiture ou j’ai frôlé
    la catastrophe,il faut vraiment attendre un mort pour tout simplement faire respecter la loi.Près du lac de Gérardmer certaines personnes font de la vente de jonquilles durant plusieurs semaines, pourtant un petit commerce interdit ou est là le respect de l’arrêter municipal en question?

    répondre
    1. Odile

      Eh oui et les gosses (et les moins gosses!) qui traversent devant la voiture il y en a aussi le long de l’esplanade, sur la route du lycée et le jeudi aux abords du marché. Doit-on pour autant fermer l’esplanade et l’union nautique, le lycée et interdire le marché?

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *