Search
mardi 6 décembre 2016
  • :
  • :

« En équilibre » : pas grand chose à reprocher

image_pdfimage_print

 

Hé oui, sans doute attendu au coin du bois, le dernier film mettant en scène Albert Dupontel est somme toute bien ficelé par son réalisateur Denis Dercourt. On pouvait s’y attendre après tout, l’acteur n’est pas du genre à tourner pour « payer » ses impôts ou juste ne pas se faire oublier. De toute façon, qui serait capable de l’oublier enfin ?! Certainement pas ceux qui ont vu « Bernie » !

En plus d’un scénario pas nécessairement ultra original mais qui ne fera pas de bonne pub aux assurances (après tout, ce n’est peut-être que justice ?…), la bonne idée est d’avoir associé à notre Albert national la non-moins nationale Cécile de France. Une petite surprise pour un duo qui fonctionne à merveille bien qu’on aurait peut-être aimé les voir développer une toute, toute petite pointe d’humour en plus lors de leurs associations et confrontations à l’écran.

Mais bon, cela aurait peut-être rompu l’équilibre voulu par la réalisation. Ce long-métrage porte donc bien son nom, et c’est pour cela qu’il est difficile de lui reprocher grand chose. Qu’a-t-on à redire d’une création dite équilibrée ? Ah, un petit manque de folie peut-être, bien que les deux personnages principaux en fassent preuve, d’une certaine manière, pour justement (re)trouver leur propre équilibre, au propre comme au figuré du reste.

Non, tout ce que l’on pourra vraiment reprocher à « Équilibre », à Gérardmer en tout cas, c’est qu’avec un tel casting (Patrick Mille et Marie Baümer en plus), aucun des deux principaux acteurs n’aient fait le déplacement. On avait le droit de rêver, mais ça n’aura pas durer longtemps. Pas de Cécile, pas d’Albert, snif… Le maire de la Perle avait déjà préparé son petit carnet à autographes (non c’est une blague), et moi j’en avais acheté un juste pour une signature, enfin deux, une pour moi et une pour ma mère ! (c’est presque pas une blague)… c’est un peu frustrant, et du coup sous la colère, à chaque fois qu’on voit un cheval dans les heures qui suivent, on l’imagine en tartare…

Bon, tant pis pour notre pomme, de toute façon, cette année n’est pas foisonnante en matière d’acteurs et actrices pour les Rencontres, ce sera peut-être pour l’année prochaine. Sans rancune, de toute façon, on va dans les salles pour le 7ème art, pas pour le star système quand on est un vrai passionné !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *