Search
vendredi 2 décembre 2016
  • :
  • :

Lettre ouverte de Gilbert Poirot aux habitants de Gérardmer, Liezey, Xonrupt Après les élections

image_pdfimage_print
Gilbert Poirot

Chers amis,
Une grande partie des électeurs n’a pas compris la division qui leur a été imposée par la gauche locale lors des dernières élections départementales. Je tiens à les éclairer sur le déroulement exact des faits ayant prévalu au choix d’intérêts strictement partisans au détriment de l’intérêt collectif que je souhaitais incarner comme me le commande depuis toujours mon engagement politique et le bon sens.

A la suite du redécoupage des cantons, nous sommes trois conseillers généraux sortants à pouvoir prétendre à notre propre succession : Guy MARTINACHE (UMP), Jean CLAUDE (PS) et moi-même. Très vite, la volonté des personnalités politiques de Gérardmer est de m’évincer, ma légitimité est balayée d’un revers de main.
Le contrat moral, qui nous liait, nous, différents courants de la Gauche à Gérardmer, depuis de nombreuses années, est brisé unilatéralement par les socialistes géromois. En effet, lors d’une rencontre, Jean-Paul LAMBERT et Stessy SPEISSMANN m’indiquent clairement qu’ils préfèrent soutenir un candidat de leur parti politique (Jean CLAUDE) plutôt que moi, malgré notre efficace association à la mairie de Gérardmer depuis 20 ans.
Je tombe alors de haut. J’ai beau rétorquer alors que je suis la meilleure chance de la gauche sur le nouveau canton et, surtout, que les géromois me soutiendront bien plus qu’un candidat venu de Fraize, ils ne l’entendent pas et décident d’afficher clairement leur soutien au Parti Socialiste et à Jean CLAUDE.
Ce qui m’a choqué alors et me choque encore, c’est que le maire Stessy SPEISSMANN, en prenant cette décision politique et partisane, ne se soit absolument pas préoccupé du souhait des géromois qu’ils l’ont porté à la Mairie il y a un an.

Coïncidence malheureuse ? Entente complotée ? Je ne le saurai jamais, mais, de son côté, le PC de Gérardmer décide également de me faire la guerre, malgré les directives départementales contraires. La malveillance de Mme GRUNER et de ses acolytes à mon égard emporte tout sur son passage. J’ai beau expliquer que ma candidature est la seule chance du Front de Gauche dans les Vosges d’être représenté à l’Assemblée Départementale, là aussi, le mépris et les intérêts personnels priment sur l’intérêt des géromois, dont se fichent éperdument les communistes, puisque conscients de n’avoir aucune chance de l’emporter. Leur résultat, médiocre, me donnera raison par la suite.

Les résultats, justement, plombent les plans des socialistes et des communistes. Malgré mon isolement politique, malgré leurs volontés farouches de m’assassiner politiquement, une très nette majorité de géromois, de xonrupéens et de pouhas glissent mon nom et celui de mon binôme dans l’urne, lors du 1er tour. La liste de Jean CLAUDE et de Nadine BASSIERE, conseillère municipale, portée par M SPEISSMANN et M LAMBERT, subit un camouflet, un évident rejet. La liste GRÜNER est très nettement reléguée en dernière position.
Comme je l’imaginais dès le départ, je suis en tête des candidatures dites de gauche sur l’ensemble du canton. Et pourtant, malgré le fait que nos 3 listes soient collectivement majoritaires, la division laisse place à une triste finale UMP-FN, et le canton de Gérardmer tombe dans l’escarcelle de la Droite, qui n’en demandait pas tant. Gérardmer qui vote à gauche et qui tombe à droite, comble de l’ironie…

Aujourd’hui et au regard de ces résultats, il est grand temps que chacun assume ses responsabilités.
Me concernant, j’ai soutenu en 2014 avec honnêteté et intégrité la liste « Gérardmer, une ville pour tous », comme j’ai toujours respecté l’union de la gauche dans les différents scrutins locaux. J’étais d’ailleurs symboliquement placé en 29éme position pour apporter tout mon poids, ce qui a de toute évidence favorisé l’élection en tant que maire de M SPEISSMANN.

Mais, vu le non-respect de règles morales indispensables à respecter au sein d’une équipe d’une part, vu les comportements irresponsables qui nous ont conduits à l’échec que l’on sait d’autre part, je suis aujourd’hui dans l’obligation morale de donner ma démission de la liste municipale « Gérardmer, Une ville pour tous », et ainsi cesse définitivement mes activités politiques locales. En effet, je n’accepte pas de cautionner un tel échec avec une équipe qui s’éloigne de mes valeurs.

J’appelle désormais tous les responsables politiques de ce fiasco à ne pas se cacher derrière leur petit doigt et à assumer à leur tour leurs responsabilités, devant les habitants de la Vallée des Lacs, qui jugeront eux-mêmes des événements en tant que citoyens responsables.

Cette explication est mon dernier message de Conseiller général adressé aux Géromois, aux Xonrupéens et aux Pouhas, ce qui inclut de suite que, si cet article provoque des réactions et des réponses, je n’y répondrai pas et laisserai chacun juger, avec ses propres convictions.

Je remercie chaleureusement toutes les électrices et tous les électeurs qui m’ont soutenu, ainsi que toutes les personnes qui ont participé de près ou de loin à mon histoire d’amour politique avec ma ville et mon canton. Je souhaite le meilleur pour l’avenir de notre Vallée des Lacs.

Amicalement,
Gilbert POIROT




3 réactions sur “Lettre ouverte de Gilbert Poirot aux habitants de Gérardmer, Liezey, Xonrupt

  1. Francois Lavergne

    Sans parti pris, je tenais, Cher Gilbert que j’ai suivi longtemps comme correspondant de l’Echo des Vosges et ensuite comme amoureux de notre ville, à vous assurer de mon estime partagée par le plus grand nombre. Vous subissez, et l’histoire de cette ville a connu beaucoup d’autres exemples, les effets du désamour ou de la trahison de ceux pour qui l’on a travaillé, que l’on a aimés. Bon courage et abandonnez l’amertume qui est poison, même s’il est difficile de mettre sa rancœur dans la poche: on y gagne la paix du cœur et le respect. Nul n’oubliera votre dévouement, votre gentillesse, votre sourire et votre souci de répondre avec impartialité à chacun. Bonne retraite avec l’assurance de mon respect.

    répondre
  2. Andre Francois

    Gilbert,
    Très sincèrement, merci pour ce que tu as fait pour Gérardmer, et le soutien que tu m’as toujours apporté dans mes organisations.
    Bien triste de te voir lâché par les tiens … tu n’es pas leur frère … certes … mais tu garderas toujours mon estime et respect, beaucoup ont exemple à prendre sur ton investissement altruiste.
    Au plaisir de te revoir.

    répondre
  3. xavier vervisch

    merci Gilbert, pour le travail que tu as accompli pour notre commune et canton. Proximité et discrétion ont marquée ton action politique. Tu manqueras en qualité d’élus mais nous te retrouverons en Citoyen avec tes valeurs, je suis persuadé que cette élection pour les cantonales ne sera pas ton dernier combat politique, et que tu te rendras utile comme tu l’as toujours fait. Merci Gilbert et à bientôt.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *