Search
mercredi 7 décembre 2016
  • :
  • :

2 Gérômois chevaliers de la Légion d’Honneur (vidéo) André Thiriet et Jean Curtit ont été décorés ce matin par le préfet des Vosges

image_pdfimage_print
André Thiriet et Jean Curtit en compagnie du préfet des Vosges Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts (au centre)

Mercredi matin, il y avait foule au Grand Salon de l’Hôtel de Ville où les Gérômois Jean Curtit et André Thiriet se sont vus remettre les les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur par le Préfet des Vosges Jean-Pierre CAZENAVE-LACROUTS.

Et comme a souhaité le rappeler ce dernier lors de son intervention, « à l’occasion du 70ème anniversaire de la fin du 2nd conflit mondial, le Président de la République a souhaité marquer la reconnaissance de la Nation à plus de 1 000 acteurs de cette époque ». Des citoyens français exemplaires « qui ont triomphé dans la gloire mais aussi parfois dans la douleur, de la barbarie nazie en leur attribuant les insignes de la Légion d’honneur. »

Le préfet Jean-Pierre CAZENAVE-LACROUTS.

Dans les Vosges, ce sont donc 17 femmes et hommes qui se verront remettre les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur entre le 6 et le 8 mai 2015 par le Préfet des Vosges Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts. Ces remises de distinctions visent à honorer les acteurs de la génération 1939-45 dans toutes les dimensions du combat pour la liberté (Résistants, Anciens combattants, Déportés, réfractaires au STO…) car en s’engageant avec courage et humilité, en témoignant au lendemain de la guerre, ces femmes et ces hommes sont devenus des symboles.

A Gérardmer, élus de la Perle, représentants de la Gendarmerie et des associations patriotiques locales se sont donc réunis pour cet événement qui mettait à l’honneur André Thiriet et Jean Curtit. Née à Audincourt le 23 mars 1923, ce dernier a 4 enfants et son père était lui même un ancien combattant de la Grande Guerre, jardinier de profession. Sa mère était quant à elle couturière et il possédait également une sœur et un frère, aujourd’hui disparus.

Issu d’un milieu rural, Jean Curtit avait débuté sa carrière en qualité de coursier aux Ponts-et-Chaussée avant de gravir les échelons progressivement et de finir son parcours au poste d’ingénieur. Engagé dans l’armée, Résistant, il a également effectué son Service du Travail Obligatoire. Jean Curtit a vécu pendant près de 85 ans dans le Doubs avant de venir s’installer en perle des Vosges il y a 5 ans afin de se rapprocher de son fils qu’il a eu la tristesse de perdre l’année dernière.

André Thiriet a reçu son insigne des mains du Préfet vosgien

Quant à André Thiriet, il est né le 20 janvier 1918 à Gérardmer avant de s’installer à Paris où il a travaillé pendant plusieurs années pour le compte de la SNCF. Il reviendra au pays en 1960 pour se marier avec Yvonne. Il travaillera alors au Casino puis en qualité d’agent d’assurance. De leur union est née une fille, Véronique, infirmière de profession. André Thiriet est également le grand-père d’Emilie Dumay, 28 ans, infirmière militaire à Colmar, de Maxime Dumay, 26 ans, en école d’infirmier, et du petit Tom, 11 ans.

C’est avec honneur et un grand plaisir que le maire gérômois a accueilli cette cérémonie au grand salon de l’hôtel de Ville

Engagé dans l’armée régulière lors de la 2de Guerre Mondiale, Résistant, FFI, il s’évadera à 2 reprises et se ré-engagera dans l’armée. Déjà décoré de la Croix de Guerre, il a donc lui aussi reçu les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur en ce mercredi 6 mai 2015, faisant ainsi la fierté de sa ville et de son premier magistrat Stessy Speissmann qui a tenu à exprimer son respect, sa gratitude aux deux hommes pour leur engagement auprès de la république et de leur pays.




3 réactions sur “2 Gérômois chevaliers de la Légion d’Honneur (vidéo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *