Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Laïcité – Du halal affiché à la kermesse d’une école Le maire d'Epinal a saisi les services de l'Education nationale

image_pdfimage_print

La directrice d’une école élémentaire de la Ville d’Epinal, sur laquelle le maire n’a aucune autorité, a pris la décision inopportune d’afficher la vente de produits halal à l’occasion de la traditionnelle kermesse de fin d’année.

« La ville d’Epinal n’est en rien impliquée dans cette décision » affirme la mairie. « Pour ce qui est de la restauration scolaire, qui est de sa responsabilité, la Ville a toujours  strictement respecté le principe de laïcité. »

Dès qu’il en a eu connaissance,  le premier magistrat de la commune a saisi les services de l’Éducation Nationale afin que cette manifestation avant tout conviviale puisse avoir lieu en toute sérénité et dans le respect des règles de la République.




18 réactions sur “Laïcité – Du halal affiché à la kermesse d’une école

    1. bernard

      aucun problème
      on ne vas pas dans les mosquées donc on ira pas à la kermesse
      et surement que le panier garni de la tombola sera hallal aussi

      répondre
    2. JeanB

      @Alain88 : sérieusement vous ne voyez pas où est le problème?

      Primo : l’école est un lieu laïc. Selon la loi 1905 « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. » Il n’y a pas à y vendre de produits halal lors de kermesses car la distribution de ces produits contribue pour un certain pourcentage au financement d’un culte. Les parents d’élèves, en achetant ces produits lors de la kermesse, n’ont pas été informés de cela (et cela contrevient donc de manière collatérale au code du commerce, puisqu’il y a tromperie sur la marchandise)

      Deusio :
      Seules les cantines (qui dépendent de la Ville et non de l’école) sont habilitées à distribuer sur demande des menus spécifiques respectant les régimes des enfants selon la confession des familles, et en se fournissant auprès de distributeur agréés. Dans ce cas précis : halal, casher, végétarien ou végétalien sont traités sur le même pied d’égalité. Il y a des normes et des certificats. Et là encore ce sont les restaurants scolaires qui sont habilités à cela dans les enceintes des écoles, ce n’est pas l’école laïque et républica

      répondre
    3. JeanB

      @Alain88 : sérieusement vous ne voyez pas où est le problème?

      Primo : l’école est un lieu laïc. Selon la loi 1905 « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. » Il n’y a pas à y vendre de produits halal lors de kermesses car la distribution de ces produits contribue pour un certain pourcentage au financement d’un culte. Les parents d’élèves, en achetant ces produits lors de la kermesse, n’ont pas été informés de cela (et cela contrevient donc de manière collatérale au code du commerce, puisqu’il y a tromperie sur la marchandise)

      Deusio :
      Seules les cantines (qui dépendent de la Ville et non de l’école) sont habilitées à distribuer sur demande des menus spécifiques respectant les régimes des enfants selon la confession des familles, et en se fournissant auprès de distributeur agréés. Dans ce cas précis : halal, casher, végétarien ou végétalien sont traités sur le même pied d’égalité. Il y a des normes et des certificats. Et là encore ce sont les restaurants scolaires qui sont habilités à cela dans les enceintes des écoles, ce n’est pas l’école laïque et républicaine qui assume cela.

      répondre
        1. Gilles CHIPOT

          Votre commentaire revient à vouloir décider ou comparer ce qu’il y a de mieux entre la peste et le choléra .Mon avis et que faire souffrir ou maltraiter des animaux pour des raisons alimentaires ou de croyances relève de comportements barbares .

          répondre
  1. ARNOULD

    Le problème est que l’on nous IMPOSE le halal! c’est tout
    C’est cela la vraie démocratie? la laicité est a revoir tres largement

    répondre
  2. DIDIER VILLAUME

    la polémique pour polémiquer,
    je suis président de l’association des parents d’élèves de l’école Jules FERRY au Bergon à Gérardmer.
    Nous avons au sein de notre école des enfants d’origine de différentes ethnies (même si je n’aime pas ce mot)et cette mixité est un réel plus. Différentes ethnies implique forcément différentes religions et c’est dans un soucis d’équité que, lors du repas que nous organisons pour marquer la fin de l’année scolaire. nous demandons lors de l’inscription si il y a lieu de nous signaler le nombre de parts Hallal afin que chacun puisse participer à cette journée de bonne humeur et de convivialité. Je ne vois pas ce qu’il y a de contraire à la laîcité dans le fait de permettre à tous les enfants de partager un repas avec ses camarades de classe et sa famille.je tiens à préciser que nous n’imposons pas le poulet hallal, il y a aussi du roti de porc et des cochonailles pour que chacun trouve son bonheur.
    En effet nous pourrions nous contenter de faire un barbecue avec saucisse côtelettes de porc et lard mais là je pense que ce serait de la discrimination en mettant forcément un tiers des familles de côté et cela ne doit pas exister au sein d’une école de la république.

    répondre
    1. Jean Paul Lambert

      Bravo Didier,
      c’est çà la laïcité vraie:l’égalité de choix pour tous,catholiques, musulmans, juifs ou athées, quels que soient les lieux et les circonstances.

      répondre
      1. DIDIER VILLAUME

        ;-)merci à vous Jean-Paul
        et je profite de l’occasion pour inviter toutes les personnes qui seraient intéressées par notre repas de fin d’année à se joindre à nous le 27 juin prochain afin que les grincheux de tous poils puissent se rendre compte que la différence est un plus et que dans une école de « quartier difficile » (mort de rire) tout le monde se respecte et est solidaire. N oublions pas que les adultes de demain sont les enfants d’aujourd’hui et c’est à nous tous de leur montrer l’exemple plutôt que de souffler la haine envers l’autre.

        répondre
      2. JeanB

        @JP Lambert : je me permets de vous renvoyer au texte de la charte de la laïcité à l’école : art7 : « assurer aux élèves l’accès à une culture commune partagée ».
        Il ne s’agit donc pas, pour l’école, d’organiser une quelconque égalité de choix : l’école n’a tout simplement pas à s’en soucier.
        Là vous raisonnez en tant que (ex) maire : il relève effectivement des responsabilités des autorités de faciliter l’ordre public en permettant à chacun d’exercer ses choix religieux en conscience et sans contraintes.
        En d’autres termes, les convictions religieuses n’ont rien à faire à l’école. C’est tout le problème auquel doivent faire face les enseignants à qui on ne garanti pas assez d’autorité et de moyens pour tenir à distance les convictions religieuses face à la raison et aux principes républicains.

        répondre
    2. JeanB

      @Didier vous dites  » Je ne vois pas ce qu’il y a de contraire à la laîcité dans le fait de permettre à tous les enfants de partager un repas avec ses camarades de classe » …

      La question n’est pas là du tout. Relisez bien ce que j’ai écris plus haut (et qui est exactement l’objet de la récrimination du maire d’Epinal). Vous parlez au nom des parents d’élèves, donc vous ne parlez pas au nom de l’institution (vous n’êtes pas le directeur de l’école).
      A ce titre, vous avez tout à fait le droit de faire ce que vous voulez, halal ou pas halal, végétarien ou pas, etc. et c’est même très bien de vouloir satisfaire tout le monde! De même la ville a tout pouvoir pour traiter la question de la diversité cultuelleselon les régimes alimentaires.

      Mais PAS l’école. Le cas est tout à fait pratique et nullement polémique : l’état ne subventionne aucun culte. Point. En achetant des produits halal, vous participer indirectement à un financement cultuel : ce n’est pas le rôle de l’Etat. Il n’y a pas de polémique à chercher.

      Méfiez-vous tout de même, dans vos futurs achats de produits halal, afin de bien vous assurer de la filière empruntée : il y a des producteurs qui prétendent vendre des produits halal et qui en réalité ne correspondent pas aux normes halal. Pour cela tournez-vous, par exemple vers la Ville qui pourra vous orienter vers des adresses sûres.

      répondre
      1. DIDIER VILLAUME

        je tiens simplement à préciser que concernant le fait de subventionner (c’est vous qui le dites) tel ou tel culte par les achats, par notre association, je ne suis pas à même de savoir si une partie de l’argent que nous dépensons sera reversé à un culte ou tout autre parti politique. Ma seule préoccupation est que chaque enfant puisse participer avec sa famille à notre repas de fin d’année. Croyez moi si vous voulez mais notre école est loin de toutes ces considérations démagogiques, nous mettons simplement tout en œuvre pour que chacun conserve sa liberté de penser et d’agir tout en respectant les convictions de chacun et je crois que nous y réussissons. L’agent des parents d’élève est récolté grâce à l’investissement BENEVOLE de toutes les familles selon leurs moyens et leurs disponibilités et il est normal que chacun puisse participer à ce moment de bonne humeur POINT FINAL

        répondre
    3. LEBEDEL FLEURANCE M.H.

      Vous avez raison, Monsieur VILLAUME. Ne vous inquiétez pas, il y aura toujours des gens qui iront chercher la petite bête chez les autres, qui verront le mal là où il y a la bienveillance et le souci de faire plaisir. Ces gens-là trouvent leur satisfaction dans la critique. C’est terriblement triste… pour eux. Je vous souhaite une belle fête de fin d’année !

      répondre
      1. DIDIER VILLAUME

        Merci de votre soutien, et je ne m’inquiète aucunement au vu du nombre de familles toujours croissant participant à notre repas

        répondre
      2. JeanB

        C’est vraiment à se demander si les commentateurs lisent vraiment avant de répondre.
        Ce que vous faites avec l’argent de votre association n’est pas du tout en cause ici (on s’en fiche). On y parle de l’impossibilité pour le financement public d’une école d’acheter des produits halal.
        De quelle « petite bête chez les autres » est-il question???? On parle d’une école qui dans le cadre de son activité ne doit/peut pas se livrer à ce qui a été signalé aux autorités concernées.
        Il est là le « POINT FINAL », pas ailleurs. On se demande qui va chercher la petite bête….

        répondre
  3. Alexis MARTIN

    C’est rigolo de voir à quelle point des sujets sans intérêt aucun peuvent passionner à ce point.
    Dans le milieu des médias ça doit s’appeler « endormir les gens avec des conneries ».
    Sinon pendant ce temps, le chômage grimpe, le niveau scolaire de nos gamins est en chute libre, les haut fonctionnaires bandits sont vite recasés, l’EI détruit tout sur son passage, les mistrals sont toujours pas sur bon coin, etc.
    Moi tant que j’ai la place sur la grille pour poser ma risotte et mon échine, les gens bouffent bien ce qu’ils veulent.
    On peut éventuellement se poser la question de savoir si nos pious-pious du collège français de Riyad ou de Téhéran auront droit à quelques tranches de lard à leur bbq de fin d’année.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *