Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Ré-sis-tan-ce contre le racisme et l’exclusion La Palestine au coeur du débat de la Fête de la solidarité

image_pdfimage_print
La conférence un moment fort de la journée

Cette année, la fête de la solidarité consacrée à La Palestine s’est faite en 3 temps avec deux premières échéances au bar Le Grattoir pour se poursuivre, comme de coutume, à l’Espace Lac où l’on retrouve au manette de cette journée particulière le Comité Antiraciste présidé par Florence Riqueur. Bien sûr, la journée se veut conviviale, festive et réjouissante avec de nombreuses animations qui ponctuent l’après-midi et le début de soirée, mais ce 1er mai revu et corrigé par le groupe de réflexion et de lutte contre la xénophobie se veut d’aller plus loin dans une approche de la société. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on retrouve, auprès  du comité antiraciste, des associations telles que ATTAC 88, Amnsesty International, La Bresse Menaka, AFPS, Artisans du Monde CCFD, Collectif d’aide aux sans papiers des Vosges, Gérardmer-Tidarmène, Les Femmes Africaines etc….Le monde actuel est en pleine mutation sur fond d’acceptation des différences culturelles, sociales, ethniques et religieuses. Le débat est donc vaste, souvent exacerbé par une société qui a du mal d’intégrer une transformation réelle et nécessaire au risque d’assister à une implosion collective.

Beaucoup de monde pour cette fête du 1er mai

 » Nous sommes en résistance et nous le serons jusqu’au bout  « notent  en chœur Florence Riqueur, présidente du Comité antiraciste et Eric Defranould du collectif des sans papiers «  le racisme est omniprésent dans notre société de tous les jours même dans les Vosges en témoigne ce qui est arrivé à une famille de Thièfosse. Lorsque nous avons créé cette fête de la solidarité, puisque nous ne pouvions pas défiler à Gérardmer, nous n’imaginions pas que le traitement d’un problème de racisme prendrait le pas sur l’aspect politique et syndical. Pour preuve : le monde que nous avons enregistré aujourd’hui pour le repas, la conférence et les animations qui suivent ».

Les organiseurs avaient choisi, pour la circonstance, d’appréhender pour le mieux la situation politique et géographique de La Palestine  « c’est un des symboles de L’apartheid » poursuit Eric Defranould qui confirme être dans une course  de vitesse afin d’éradiquer toutes formes d’exclusion. « Cette fête de la solidarité devient un symbole fort même si, par nature, je suis optimiste et j’espère qu’on arrivera à améliorer cette situation en France et dans le monde entier ».

Au delà du travail fourni par les politiques, les organisateurs de la manifestation veulent une prise de conscience collective, à l’instar de bien d’autres problèmes de société. La convivialité, la fraternité peuvent aider à trouver une forme d’équilibre. C’est aussi pour cette raison que la rencontre est également un moment de réjouissance avec une démonstration de Hip Hop et de musique avec le groupe de swing, jazz, manouche et musette « Bords de Marne »….alors que l’après-midi était ponctuée par  la conférence sur La Palestine menée par  Richard Wagmann, président d’honneur de l’Union Juive Française pour la Paix ; Patrice Kils, président de l’AFPS Sud Lorraine  et Samir Safieh, Palestinien de Jérusalem, chirurgien retraité domicilié à Saint Dié

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *