Search
dimanche 11 décembre 2016
  • :
  • :

l’ASG Natation cherche un nouveau président ça baigne quand même

image_pdfimage_print
Nostalgie, nostalgie, pour JY Douissard avec l’ancienne version de la traversée du lac. Certains se reconnaitront

« La vie d’un club n’est pas toujours chose aisée, quand bien même il s’agit d’une association sportive où la hiérarchie est en principe consentie et non pas seulement acceptée, et où la charge qui vous incombe devient parfois plus lourde que l’autre plateau de la balance ». Une lapalissade  ?  surtout une généralité qui touche tous les présidents de club dont Jean Yves Douissard, responsable du l’ASG Natation, qui a décidé de titrer sa révérence après 5 années  de bons et loyaux services depuis que la section est devenue une machine à sculpter les champions de demain et organiser une manche de la Coupe de France en eau libre comme c’est le cas le week-end du 15 aout. « Vous le savez car je l’ai déjà annoncé, je vais devant vous ce soir remettre mes mandats, de membre du comité directeur et de président de notre association. Je le fais sans regret, avec une pensée toute particulière pour ceux qui m’ont précédé dans ces fonctions. Je souhaite à ceux qui accepteront d’assumer le futur, de garder le plus longtemps possible le goût d’y satisfaire »

D’un point de vue plus général, la  situation de l’association sportive pour la saison 2014-2015 est similaire la saison précédente, pour être affiliée à une seule et unique fédération : la FFN. Le groupe comptait cent-vingt-six membres en 2012-2013 (saison post-olympiade), cent deux en 2013-2014 et, à ce jour, le club a enregistré cent neuf licences pour la saison 2014-2015. L’effectif s’est donc stabilisé avec une forte mobilisation de femmes  L’écart, s’il en est  entre Dames et Messieurs est plus important chez les 18 ans et au-delà que chez les mineurs.
Comme il y a deux ans, par l’intermédiaire du Rotary Club,  l’ASGN a adopté pour un an un élément étranger, citoyen des Etats Unis d’Amérique  âgé de 17 ans.
Des nageurs hors canton :
Comme le faisait remarquer Jean-Yves Douissard, l’association draine largement au-dehors des contours du canton dans sa nouvelle définition, et l’effectif strictement Gérômois est minoritaire : ceci est dû au dynamisme des groupes aquagym et natation sportive. Et en matière de recrutement, la natation à l’école est prépondérante.
« Néanmoins je ferai quelques remarques » poursuit le président partant  »
Notre association a le mérite de maintenir ce choix d’activités, sachant que peu de clubs bénéficient à la fois  d’une section maîtres et d’une section aquaforme. Il faut signaler que ce vocable comme celui d’aquagym a été abandonné par la FFN mais nous le conservons encore un peu si vous le voulez bien car, pour nous, il est plus évocateur que les qualificatifs nouvellement adoptés. La compétition est de moins en moins attirante semble-t-il, que ce soit chez les plus jeunes comme chez les maîtres ».
Jean-Yves Douissard est revenu ensuite sur une série de remerciements en direction des bénévoles, des services municipaux notamment Jean-Yves Brault et des deux maitres nageurs. Sans oublier  tous ceux qui ont fait l’effort de passer leur BNSSA.
En ce qui concerne les résultats, il faut  féliciter tous les jeunes nageurs qui ont participé à des compétitions quel qu’en soit le niveau, et bien sûr ceux qui, parmi eux, ont pu se placer parmi les meilleurs du département dans leur catégorie.
Orlane DELSARTE, Léa MONTI, Sarah DAVID-HORTER, Clara BERTRAND, Salomé VALENTIN, Thomas MONTI, Jules et Louis BIDAUX et Colby FAIR le jeune américain. Jacky Lecoanet l’entraineur maison revenait en détail sur les performances de chacun des nageurs.

Et pour conclure Jean-Yves Douissard y est allé de sa petite touche nostalgique
« Nous bénéficions ici d’un cadre ancestral privilégié, que les générations qui nous ont précédés ont su mettre en valeur et jusqu’ici préserver, nous invitant ainsi à honorer et transmettre leurs traditions.
Dans la Perle des Vosges rien n’est tout à fait comme ailleurs. Le Lac par exemple occupe une place prépondérante dans l’histoire locale de la natation. Les historiens du cru comme Guy VOIRIN ou Gilles DURAND vous révèleraient mieux que moi comment la nature nous a laissé ce joyau.
Peu d’entre ceux qui partagent le plaisir de nager nieront l’envie qu’il nous prend de plonger et d’évoluer, lorsque le ciel est au beau fixe et le soleil rayonnant, à l’aube, au zénith ou au couchant, dans cette étendue d’eau claire qui baigne nos montagnes. Ca n’enlève rien à la qualité du complexe sportif, atelier de formation et centre d’entrainement quand le climat fait montre de moins d’aménité. Au contraire, le voisinage valorise l’un et l’autre. Pourquoi donc ce propos empreint de quelque nostalgie ? C’est que la vie d’un club n’est pas toujours chose aisée, quand bien même il s’agit d’une association sportive, où la hiérarchie est en principe consentie et non pas seulement acceptée, et où la charge qui vous incombe devient parfois plus lourde que l’autre plateau de la balance ».

Reviendra-t-on dans quelque semaines, outre la manche de la Coupe de France de nage en eau libre à une formule un peu désuète mais tellement conviviale de la traversée du lac. Les nostalgique et les autres, en redemandent.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *