Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Les aventures de Célestin en Argentine Le nouveau Tintin

image_pdfimage_print

Texte de Célestin Conroy étudiant d’échange du Rotary Club de Gérardmer  

L’Argentine : le pays du football

L’Argentine, ses paysages variés et magnifiques, sa culture et sa religion, c’est avant tout autre chose : Le pays du football…une véritable religion

En Argentine, le foot est important comme une religion. Il dicte la vie quotidienne de millions de personnes, aussi bien jeunes, âgées, hommes, femmes, riches, pauvres,… Peu importe où et quand vous vous trouvez, dans quelle situation, avec qui, il est impossible de ne pas entendre parler de football. Du chauffeur de taxi à l’épicier du coin, en passant par la grand mère d’un ami, le sujet de conversation va vite passer au foot avec ses statistiques et commentaires. On comprend mieux ça quand on sait que 90% de la population supporte un club de foot. Un célèbre dicton dit d’ailleurs que l’on peut changer de femme et de religion mais jamais de club. Tous les jeunes (et moins jeunes) du pays se regroupent souvent pour jouer au foot sur des terrains vagues, ou sur un terrain de futbol 5. Il y en a des milliers en Argentine. A chaque quartier son terrain de futbol 5. C’est un petit terrain de gazon artificiel entouré de filets, où s’affrontent deux équipes de 5 joueurs. La partie dure une heure, et à la fin, les joueurs s’assoient autour d’un apéro pour parler football. C’est extrêmement courant d’aller jouer un futbol 5 avec ses amis après l’école.

La rivalité Boca-River

L’une des premières question que l’on pose à une personne fraîchement rencontrée, c’est : Boca o River ? La réponse n’est vraiment pas anodine puisqu’elle peut nouer directement des liens entre les deux, où peut mettre des « barrières » entre eux. Boca Juniors et River Plate sont les deux clubs les plus importants d’Argentine. Ils réunissent à eux deux la majorité des fans de tout le pays, et sont en général les deux meilleurs sur le terrain. Tout les deux sont dans la capitale, et une rencontre entre les deux s’appelle le « Superclasico ». Ce match fut classé premier par The Observer dans la rubrique « Les 50 événements sportifs à voir avant de mourir » ou encore décrit comme « l’expérience la plus intense du monde » par The Sun. Cette réputation n’est pas là pour rien. Un superclasico est bien plus que seulement du football. Cette rivalité est une guerre, et chaque match est une bataille. Dans un superclasico, peu importe gagner les 3 points de la victoire ou passer au prochain tour de coupe, l’objectif est de détruire l’adversaire et de gagner la suprématie du pays. Ces deux clubs ont réussi à déchirer des familles, et diviser un pays en 2 parties, Boca et River. Les jours de superclasico, la vie ici dépend du match. Les gens arborent le maillot de leur équipe, non sans risques, et la soutiennent avec le cœur. A L’heure du match, le monde fait « pause ». Les gens font le vide dans leur quotidien pour laisser place au match. Toute l’Argentine est réduite à 1 stade, et 22 joueurs.

La face sombre

Chaque club ici à sa « Hinchada » ou sa « Barrabrava ». C’est un groupe mafieux de supporteurs hooligans qui dictent la vie du club en dehors des terrains. Ils gèrent de manière légale et illégale les ventes d’entrée au stade, les ventes de maillots, les places de parkings,… Ils sont réputés pour être violents, mais tout le monde témoigne beaucoup de respect pour ces groupes. La plus connue est certainement la 12, la Hinchada de Boca Juniors. Comme son nom l’indique, c’est comme le 12ème homme du club.
Un Match à la Bombonera

La Bombonera est le surnom donné au stade de Boca. Cet énorme édifice est situé dans le quartier de La Boca, à Buenos-Aires. C’est un quartier d’origine pauvre, mais devenu extrêmement touristique grâce à la popularité du club. Les nombreuses petites maisons sont peintes en Bleu et jaune, les couleurs de Boca, et il y a énormément de magasins de souvenirs à effigie du club. Tout le monde sans exception porte un maillot de Boca. Pour avoir la chance de voir un match ici, il faut d’abord trouver une entrée. Impossible d’en acheter de manière officielle sur internet ou dans un lieu spécial. Il faut l’acheter au Black autour du stade le jour du match, ou grâce à une connaissance abonnée. Les prix sont très élevés. Pour aller voir un Boca-River par exemple, les prix dépassent les 1000 euros et les entrées sont toutes vendues en quelques minutes. Dans le stade, seuls les supporteurs domiciles sont acceptés, pour réduire les risques d’affrontements. Une fois son entrée obtenue et entré dans le stade, on remarque un rectangle vide dans les tribunes remplies. C’est la place de la 12. La fameuse Hinchada entre en dernier avec tambours et trompettes pour enflammer le stade, et personne ne se risque à voler leur emplacement. Une fois le match commencé, le bruit des chants de supporteurs est impressionant et ne s’arrête jamais. En cas de but, c’est l’explosion. Les 50000 supporters en furie parviennent à faire trembler toute la tribune. Ces vibrations égaleraient un tremblement de terre de magnitude 6,4 sur l’échelle de Richter. On comprend alors la réputation de meilleurs supporteurs du monde à Boca.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *