Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Notice sur Gérardmer par Henri Lepage (parution)

image_pdfimage_print

Les Éditions 2 Renards renouvellent l’expérience avec la réédition libre d’un second ouvrage du domaine public portant sur Gérardmer et son histoire. Cet ouvrage est directement et gratuitement téléchargeable sur le site de l’éditeur et disponible au format papier à la Librairie des Lacs, 23 Bis Boulevard Kelsch, 88400 Gérardmer.

Présentation

  • Titre : Notice historique et descriptive de Gérardmer
  • Nb de pages : 127
  • Éditeur : 2 Renards Éditions
  • ISBN : 978-1-326-27343-9
  • Prix : 15 EUR (format papier)
  • Licence : Domaine public
  • Format : A5, noir et blanc, couverture souple | 2nd édition
  • Communiqué de presse
Notice historique et descriptive de Gérardmer

En 1877, lorsque que Henri Lepage publia sa Notice sur Gérardmer dans les Annales de la Société d’Émulation du Département des Vosges, il n’ignorait pas que la communauté des historiens lorrains percevrait le message fort et clair : Gérardmer a une histoire, il importe de la retracer avec précision. Le vieil archiviste lorrain qu’était Lepage, provoquait ainsi une rupture entre les historiens locaux empressés de joindre le mythe à la réalité des faits, et les historiens plus rigoureux, produits de la Troisième République naissante, cherchant à concilier science et histoire pour s’éloigner du « récit français ».

C’est à peu près à ce moment-là, suivant les pas de son maître, que Louis Géhin entama les recherches qui le mèneront à publier, onze ans plus tard, une Histoire complète de Gérardmer (voir Gérardmer à travers les âges, rééd. 2 Renards éditions, 2014).

Il était donc important de rééditer cette Notice historique et descriptive de Gérardmer, par Henri Lepage, puisqu’il s’agit-là d’un tournant important de l’histoire gérômoise. Il signifie à quel point la ville de Gérardmer entrait non seulement dans le paysage de la communauté intellectuelle française, mais aussi dans une dynamique qui inaugura en même temps son économie touristique. C’est à ce dessein que, après avoir dépoussiéré les vieux parchemins dans les les premiers chapitres, Lepage destine son dernier aux « Curiosités Naturelles » afin de piquer la curiosité d’un lectorat bourgeois. L’invitation au voyage n’en est que trop évidente, en particulier lorsqu’il qualifie Gérardmer d’« Interlaken des Vosges ». Certes, il n’a pas fallu attendre ces écrits, même de la part d’un savant aussi illustre que Lepage, pour construire des hôtels à Gérardmer, mais il est particulièrement clair que l’attrait gérômois n’était pas seulement dû aux fromages. On le doit aussi au caractère aventurier des excursions de la « belle société » aux frontières (supposées) sauvages de ce qu’était alors la France.

Disponibilités :

  • Librairie des lacs, Gérardmer (23 Bis Boulevard Kelsch, 88400 Gérardmer)
  • Éditions 2 renards



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *