Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Suppression de 48 trains en Lorraine : un pré-avis de grève prévu le 25 juin Plus tchou tchou !

image_pdfimage_print

La suppression de dessertes de trains TER, remplacées par des bus, est un dossier qui préoccupe fortement les syndiqués CGT de Lorraine. Ce sont ainsi 48 trains qui ont été supprimés en avril dernier sur la région, dont la grande majorité concerne sa partie sud. La section déodatienne de la CGT est particulièrement inquiète quant à cette décision, puisqu’elle touche directement Saint-Dié-des-Vosges, notamment les lignes en direction de Nancy, Epinal et Contrexéville. Ses membres ont oeuvré et oeuvrent encore aujourd’hui à rétablir ces dessertes, concernant principalement des tranches horaires du samedi après-midi et du dimanche matin. Jusqu’à hier, les syndiqués avaient obtenu le retour en circulation de 16 d’entre elles, à compter du mois de juillet prochain, dont celle de 12h14 du vendredi, au départ de Saint-Dié-des-Vosges vers Nancy. Jusqu’à hier, car Gérard Coinchelin et Rémy Gehin, respectivement secrétaire et trésorier de la section déodatienne de la CGT, ont appris que les dessertes en question ne seront remises en circulation qu’à partir du cadencement des trains pour l’année 2016, soit pas avant le mois d’avril de l’année prochaine.

« Nous avons l’impression d’avoir été bernés par la SCNF. Nous, mais également les usagers, les collectivités, les maires… » a affirmé ce mardi après-midi Gérard Coinchelin, qui déplore le recours de plus en courant aux bus en lieu et place des trains. « Nous avons l’impression que les usagers sont abandonnés. De plus en plus de personnes se demandent si leur correspondance sera un train ou un bus, et cela n’est pas normal. Les gens veulent avant tout des trains et un service public SNCF de qualité, preuve en est le sondage récemment mené par le secteur fédéral de la CGT Cheminots Nancy » a t-il poursuivi. Les 2 syndiqués dénoncent ce qu’ils estiment être un « double langage » de la part de la SNCF, entre son discours, discours prononcé notamment auprès du Conseil Régional de Lorraine, et la réalité. Ils ont par exemple appris que cette dernière signera un contrat avec une société de bus au mois d’avril 2016, et ce pour une durée d’un an. En conséquence de cette situation de plus en plus inextricable, un préavis de grève sera déposé le 25 juin prochain. Il s’accompagnera d’un rassemblement devant la préfecture de Meurthe-et-Moselle, où à cette occasion, les syndiqués CGT remettront au préfet du département la pétition « Non à la suppression de 48 trains en Lorraine », qui a récolté ces 2 derniers mois pas moins de 7200 signatures auprès des usagers lorrains.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *