Search
lundi 5 décembre 2016
  • :
  • :

Comment se sauver d’une passion destructrice ? Séance de dédicace avec Christine Poisson-Lepoire

image_pdfimage_print

La Spinalienne Christine Poisson-Lepoire était présente à la librairie-papeterie des lacs en ce début de semaine afin d’y dédicacer son troisième ouvrage intitulé « Cette honte qui n’était pas la mienne » . Après deux premiers opus axés sur la théorie analytique, place à la romance : « C’est avant-tout un roman dans les Vosges avec beaucoup de scènes dans la nature, à travers des parties de chasse notamment » , explique l’auteur.

IMG_3477-WEBChristine Poisson-Lepoire qui dédie d’ailleurs ce livre à Catherine Labourel, chercheuse à sang qui lui a racontée la chasse et l’a inspirée pour les descriptions des forêts et des scènes que vous retrouvez dans le roman. La chasse pour toile de fond, « Cette honte qui n’était pas la mienne » explore le thème de la « puissance agissante » des non-dits, des secrets de famille qui touchent encore la descendance, les générations suivantes, et empoisonnent souvent certains discours au sein des familles.

Des individus pris entre le marteau et l’enclume, entre le fait de dire ou de ne pas dire, de choisir de mentir ou non… « Le non-dit aimante d’autres discours, appelle d’autres non-dits, d’autres mensonges » , ajoute Christine Poisson-Lepoire, psychanalyste de profession rappelons-le. Pour autant, l’essentiel de ce 3ème ouvrage réside dans la réponse à cette question auquel un couple est confronté : « comment arriver à se sauver l’un l’autre lorsqu’il y a une passion destructrice ? » . La réponse à la fin du roman, non sans un certains suspens et une certaine tension qui parcourent  « Cette honte qui n’était pas la mienne » …

 

“ Cette honte qui n’était pas la mienne” 181 pages – 15 euros
Editeur parfum de nuit
Commande : christine-poisson@orange.fr et en librairies




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *