Search
vendredi 2 décembre 2016
  • :
  • :

De Paxion à Garnier-Thiébaut Le tisseur gérômois s'installe au centre ville, dans sa Grande Maison

image_pdfimage_print

P1040128Il aura fallut un an. Un an de travaux pour que la maison Didier Chaussures de la place Albert Ferry devienne La Grande Maison Garnier-Thiébaut : c’est ainsi qu’elle se nomme aujourd’hui. Un peu plus d’un tour de calendrier a été nécessaire pour voir revivre une des plus anciennes bâtisses du centre ville. La mutation a été longue, compliquée avec beaucoup de contraintes architecturales qui ont été effacées au fil du temps par le pool d’investisseurs émanant de la société Garnier-Thiébaut, tisseur à Kichompré, dans les faubourgs de Gérardmer. Le résultat est là, capable de séduire les gérômois et vacanciers, comme l’ imagine notamment Paul De Montclos, PDG de l’entreprise.

Paul De Monclos et Sylvie responsable des magasins

Paul De Monclos et Sylvie responsable des magasins

« Nous avons travaillé sur la base de différents projets  » concède le dirigeant  » nous souhaitions posséder une vitrine au cœur de la cité, mais aussi être capable de s’exporter au delà des limites du département et de la France puisque  nous travaillons à l’internationale. Cette maison symbolise notre attachement à nos racines entrepreneuriales et se veut de montrer au grand public tout notre savoir-faire. Cette réalisation va dans le sens de notre histoire et se veut également de donner l’image que l’on souhaite développer. Je suis arrivé sur les bords du lac il y a tout juste 20 ans et la Vieille dame Garnier est devenue un des fleurons du textile vosgien avec, à l’appui, du matériel ultra moderne et performant, sans oublier l’implication de tous mes collaborateurs« .

Ceci expliquant cela, le projet illustre la démarche de création dans  un respect de l’environnement compte tenu des normes architecturales  strictes qu’il a fallut intégrer au projet.  » C‘est pourquoi je félicite et tire un coup de chapeau à tous ceux qui ont été impliqués dans l’élévation de la maison  » poursuit Paul de Montclos «  je souhaite rendre un hommage appuyé aux corps de métiers, aux ouvriers qui ont travaillé pendant un an tout en  étant vigilant par rapport aux nuisances occasionnées, à la sécurité,  à la circulation »P1040010

La Grande Maison Garnier se décline aujourd’hui comme un nouveau départ, capable de se dupliquer, un lieu de vie où s’associe le salon de Thé Saveur Club de la famille Schmitt pâtissier chocolatier maintenant de père en fils.

L’objectif est de proposer aux visiteurs et acheteurs potentiels un moment de détente entre découverte des dernières collections Garnier-Thiébaut tout en ayant la possibilité de se restaurer et de découvrir quelques spécialités locales bien senties que ce soit indoor ou sur les deux terrasses mises à disposition.

Mais l’ancienne maison Didier Chaussures,  c’est aussi un lot de 6 appartements ultra modernes d’une superficie de 75 à 130 m2. « Là encore nous n’avons pas lésiné sur la qualité proposée à la vente  » conclut Paul de Montclos «  nous avons utilisé les meilleurs matériaux pour les conforts des prochains résidents ».

Avec l’ouverture de La Grande Maison Garnier-Thibaut l’histoire du textile local se perpétue. La bâtisse avait été  édifiée à la fin des années 1685, sans doute  par Bastien Demenge dit Paxion marchand Drapier.

 




3 réactions sur “De Paxion à Garnier-Thiébaut

  1. François Laubacher

    Bravo !…., Bravo pour le risque pris, pour le pari sur l’avenir, pour la confiance envers la situation, le lieu, le moment .
    Et puis surtout Merci ! ….
    Merci pour la ville et nous, ses habitants, pour cet embellissement public de cette place qui monte en grade grâce a un investissement privé …..
    Merci pour le touriste qui, et rien ne sert de le taire, ….recherche de plus en plus de telles boutiques qui font honneur à notre ville et fierté des gérômoises et gérômois
    Un grand Merci donc à un vrai gérômois, bel ami de Gerardmer: Paul De Montclos !
    Francois Laubacher…….. qui…. n’a rien à voir avec Knorr, Liebig ou autre Potalux !….

    répondre
  2. framatophe

    Il est amusant de voir que l’histoire fait des échos intéressants.

    En 1781 commença une « affaire » gérômoise qui opposa Gabriel Paxion à la communauté, pour une question de droit de construction dans le village. Il a été rapporté à ce sujet que « le comparant s’avisant de construire une rabaissée très considérable, au milieu du village, ce qui portait un préjudice considérable à la communauté et donnait atteinte à ses droits en favorisant les autres particuliers à suivre ses traces… »

    (la rabaissée en question n’est pas du tout Pl. Albert Ferry mais aux alentours proche de l’actuelle mairie)

    Et aujourd’hui, c’est un bien « Paxion » qui, au contraire, met en valeur la ville!

    Voir à ce sujet : http://editions.2renards.org/#gerardmergehin

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *