Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Le collectif des sans papiers 88 se mobilise Yoni et ses enfants Aïssatou et Mohamed doivent rester en France

image_pdfimage_print

Communiqué du collectif des sans papiers 88 : 

MOBILISATION POUR LUNDI 31 AOUT A 16H A LA SOUS-PREFECTURE DE ST-DIE‏

Yoni et ses enfants Aïssatou et Mohamed doivent rester en France, à Saint-Dié.

008-WEBNée à Dakar (Sénégal) le 3.11.1978, Mme Yoni N’DOYE vit à Saint-Dié depuis 2012, seule avec ses deux enfants, Aïssatou née le 6.08.2011 à Bergame (Italie) et Mohamed né le 24.03.2014 à Saint-Dié, son mari ayant quitté la famille fin 2013 sans donner signe de vie depuis tout ce temps.

En janvier 2014, Yoni a fait une demande en préfecture pour un titre de séjour en France, sans succès.

Soutenue par le Collectif 88 de soutien aux Sans-papiers, elle vient de renouveler sa démarche auprès du préfet des Vosges, assortie d’une demande d’hébergement en urgence. En effet, les amis qui hébergeaient la famille quittent la région à partir du 31 qui vient : ce qui veut dire que Yoni et ses deux enfants vont se retrouver à la rue à cette date. Or ni le 115, ni l’administration, ni le CCAS, ni les services sociaux ne veulent s’engager, chacun se renvoyant la balle.

Jusqu’à ce jour, ces personnes ont montré une réelle volonté d’adaptation socio-culturelle, par la fréquentation de lieux de vie collective : école, centre social, crèche, Maison de la petite enfance. Cette maman a à coeur que ses enfants maîtrisent la langue française, comme c’est le cas pour elle-même; elle a aussi en tête, l’image de son père né français en 1924 qui a combattu dans les rangs de l’armée française pour libérer la France et l’Europe, en 1944/45.

Par ailleurs, il est important que cette famille continue à résider à Saint-Dié, Aïssatou étant attendue en moyenne section à l’école maternelle du quartier et Yoni bénéficiant d’un suivi médical à l’hôpital de Saint-Dié, pour soigner une hépatite B.

Trois ans et demi vécus à Saint-Dié, c’est à la fois peu dans le temps et beaucoup au regard de la richesse des liens que ces personnes, maman et enfants, ont tissé avec nombre de Déodatiens, de toutes origines. Seule, avec ses deux enfants, Yoni a déjà montré une admirable combativité pour pourvoir à leurs besoins  : un trait de plume administratif ne saurait annuler un tel élan d’humanité. Faisons en sorte que cela n’arrive pas !

Nous invitons toute personne de cœur à se joindre au rassemblement de soutien prévu lundi 31 août 2015 à 16h devant la sous-préfecture de St-Dié. Parlez-en autour de vous, faites signe à vos amis.

 Contact  jldidelot@orange.fr  06.45.93.90.11  




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *