Search
mercredi 7 décembre 2016
  • :
  • :

« Bienvenue aux réfugié-e-s ! » : un cri d’alarme Dépasser l'indignation et trouver des solutions – fonder une Europe unie, sociale et solidaire

image_pdfimage_print

 

Samedi soir, le Comité contre le racisme de Gérardmer, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) et le Collectif de solidarité avec les sans-papiers avaient lancé un appel aux citoyens de Gérardmer et des alentours qui étaient invités à se réunir sur le Parvis des droits de l’Homme.

Eic Defranoul a été le premier à prendre la parole pour le Collectif de soutien aux sans-papiers

Eric Defranoul a été le premier à prendre la parole pour le Collectif de soutien aux sans-papiers

L’objectif de l’opération était bien entendu de s’élever contre le sort réservé aux réfugiés, mais aussi proposer des solutions locales à ce problème qui n’a fait que prendre de l’ampleur et s’enfoncer dans l’horreur. Comme l’a rappelé Eric Defranould (vidéo), le Collectif de solidarité avec les sans-papiers a été fondé il y a au moins 20 ans et la situation n’a fait qu’empirer depuis. Il faut désormais dépasser l’indignation, ne pas se contenter de paroles et agir.

Ainsi, ce dernier a émis l’idée d’utiliser l’Hermitage (cet ancien bâtiment du lycée Chardin situé face à la place des Déportés et aujourd’hui plus ou moins en jachère en l’attente d’un projet le concernant) pour pouvoir accueillir des réfugiés dans des conditions décentes. Une solution qui trouvera peut-être écho auprès de la Municipalité, c’est en tout cas ce que souhaiterait le collectif ainsi que les citoyens réunis ce samedi sur le Parvis. Présents à cette occasion, le maire Stessy Speissmann et de nombreux élus ont tendu très fort l’oreille…

IMG_4167-WEBCar comme a tenu à le rappeler la présidente de la section locale de la LDH, Michèle Perrin, « Nous sommes toutes et tous concernés par les événements tragiques qui se produisent depuis des années. Dans nos sociétés dites modernes, les étrangers sont chassés, doivent dormir dans la rue, meurent par milliers. Alors que l’Europe s’occupe du confort de ses chats, de ses chiens, les enfants, les femmes et les hommes meurent parce qu’ils fuient des systèmes totalitaires. Donc nos sociétés dites modernes sont assassines. Or, chez nous en France, l’État c’est nous, nos impôts ».

Lydier Guillemain a rappelé l'importance et l'urgence pour l'Europe de se doter d'une politique, d'un projet commun en faveur des réfugiés

Lydie Guillemain a rappelé l’importance et l’urgence pour l’Europe de se doter d’une politique, d’un projet commun en faveur des réfugiés

Mais la première concernée, c’est peut-être l’Europe, pointée du doigt lors de ce rassemblement car incapable de s’organiser et de jouer à l’unisson : « Il ne s’agit pas de nier l’ampleur de nos difficultés globales actuelles, ni de nier notre recul social, ni le niveau du chômage en Europe, mais simplement de rappeler que notre niveau de vie dans le monde nous oblige à agir parce que nous en avons les moyens. (…) Il y a urgence à se doter d’une politique migratoire commune et d’un droit d’asile européen. Il y a urgence à établir une véritable imposition sur les transactions financières par une vraie taxe Tobin pour financer les politiques de coopération Nord-Sud. Il y a urgence de fonder une Europe Unie, sociale et solidaire qui n’existe pas », appuiera Lydie Guillemain, représentante du Comité contre le racisme.

Le message est donc fort et Lydie Guillemain a par ailleurs précisé quelques chiffres sur la situation qui était loin d’être inintéressante : « L’Europe compte plus d’un demi-milliard d’habitants. Ainsi, quand bien même elle accueillerait un million de réfugiés, (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui), cela représenterait 0,2% de sa population totale. Faut-il rappeler que le Liban accueille plus de 1,2 millions de réfugiés ? Sans parler de la Grèce (un comble !), de l’Italie, de l’Espagne ou de la Jordanie ».




17 réactions sur “« Bienvenue aux réfugié-e-s ! » : un cri d’alarme

  1. A. Martin

    La solution ne se trouve pas dans « comment les accueillir », mais dans « pourquoi ils partent ».
    Encore une fois le problème n’est pas traité à la source.

    répondre
    1. cervier

      il me semblait bien qu’Alexis Martin, monsieur je sais tout, je commente tout, ramènerait à un moment ou un autre sa science sur le problème des réfugiés….Gérardmer Info sans Alexis Martin c’est comme une tartine sans beurre sans confiture pour mieux faire glisser..enfin !
      La vie sans Alexis Martin c’est comme le professeur Rolin, de Palace. Merci Alexis Martin

      répondre
      1. Alexis MARTIN

        C’est loin d’être du « jesaistoutisme », juste de la bonne vieille logique.
        La semaine dernière, comme ça, tout inopinément, paf!, une inondation. Au lieu d’éponger toute la semaine, j’ai colmaté la fuite.
        Qu’ils se barrent est légitime et compréhensible. On devrait juste se poser la question, que peut-on faire pour qu’ils puissent vivre sereinement et décemment dans leurs pays, plutôt que de s’arracher les cheveux à essayer de trouver des solutions merdiques, provisoires et précaires pour les accueillir.

        répondre
  2. enzo

    occupons nous deja de nous pauvres francais qui vis dans la rue avec comme seul repas les restos du coeur etc au lieu de s’occuper des réfugié(es)
    elle est belle la france

    répondre
  3. lallemand

    Pour avoir été présente lors de ce rassemblement je dis un grand bravo et un grand merci aux personnes responsables des trois associations représentées. Cela fait du bien d’entendre des gens vrais et humains qui ne pensent pas qu’à leur nombril!

    répondre
  4. Thierry

    Moi,je suis tout à fait d’accord avec A.Martin…
    J’ajouterais pour Enzo, qu’il serait bien aussi que nos  » Français  » écrivent correctement…

    répondre
  5. Gilles CHIPOT

    Ce n’est pas à seulement 40 personnes de décider de ce genre de choses pour l’ensemble de la collectivité. Il faut soumettre cela démocratiquement aux 8300 citoyens Géromois à travers une votation.

    répondre
    1. Alexis MARTIN

      Votation… en démocratie oui ce serait possible.

      En Suisse, le terme fait référence aux scrutins populaires tels que les initiatives et les différents types de référendums organisés trois ou quatre fois par an. À ces occasions, les citoyens sont appelés à se prononcer sur un ou plusieurs sujets relatifs à la politique fédérale, cantonale ou communale. Le résultat d’une votation est contraignant, les autorités étant dans l’obligation d’appliquer le résultat du vote quelles que soient les recommandations qu’elles auraient pu communiquer.

      Cela ne verra jamais le jour en France car cela empêcherait la classe politique de faire passer des choses que la majorité des citoyens rejette.

      répondre
  6. ENGEL

    pfff l’europe s’occupe du confort de ses chats et chiens, qu’est ce qu’il faut pas entendre, le confort, il ne faut pas l’oublier c’est parce ‘on travaille et que nos ancêtres se sont battus pour cette liberté donc c bien mérité, alors arrêté d’essayer de nous culpabilisé. accepté des réfugiés ok mais on va leur donner quoi comme travail, est ce que la commune est en possession de postes vacants, j’en doute fort. les personnes qui vivent à gérardmer sont des retraités, des commerçants, ou des salariés saisonniers. vous parlez de racisme entre région vous arrivez déjà pas à vous entendre, déjà à voir la polémique sur la l’Alsace et la Lorraine, redescendez sur terre Monsieur les sauveurs de l’humanité.

    répondre
  7. fff

    pourquoi tant d’importance à ce sujet , alors que de la misère on en voit tous les jours dans nos rues , arrêtez de vos donnez bonne conscience et intérêt messieurs et mesdames , car demain vous lorsque qu’il faudra faire la note tout le monde s’indignera mais il sera trop tard, ce n’est qu’une affaire politique de tout bord une fois de plus , bla bla

    répondre
  8. Lady

    Tout à fait d’accord avec d’autres commentaires, il faut traiter le problème à sa source et non accueillir ces pauvres gens à qui on donnera une bonne bourse d’argent de poche chaque mois. Notre pays se meurt déjà, pourquoi rajouter des difficultés ? Pour leur donner cet argent, on va encore plus taxer les français, encore baisser les retraites ou en reculer l’âge ??? Occupons nous d’abord de nos retraités, de nos SDF à qui on n’est même pas fichu de trouver du travail. Que vont faire ces immigrés ? Ils vont travailler, eux ? Bien sur que non.
    Évidemment que tout est question de politique… Tous ces braves Élus qui cherchent à se donner bonne conscience au détriment de leurs propres citoyens, et sans même prendre l’avis de la population… Et n’oublions pas que nous ouvrons aussi les portes au terrorisme….
    Il faut être conscient que ce sont de pauvres gens, oui j’en conviens, mais le problème et sa solution se trouvent dans leur pays…
    Enfin… De toute façon, nous n’avons pas notre mot à dire… En tout cas pour l’instant… Car nous ne manquerons pas de faire connaître notre mécontentement aux élections présidentielles, ET municipales… Nous nous souviendrons bien de tout cela.

    répondre
  9. Gilles CHIPOT

    Les premiers responsables de cette tragédie sont Georges Busch et sa bandes de malfrats .Ce sont eux qui ont décidés de l’intervention mafieuse en IRAK .
    Ce serait donc en premier lieu aux américains et non aux européens à devoir gérer ce tsunami humanitaire.

    Sarkozy et Fabius ne sont pas mal non plus .Le premier porte une responsabilité majeure dans l’implosion de la libye (à l’instar de son suppôt le philosophe poudré BHL). Le deuxième lui ,continue à porter vent debout sa volonté de mettre à bas le régime Assad.
    En voulant traiter une grippe , ces apprentis rebouteux ont introduits la peste DAECH.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *