Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

Harlem Désir dans les Vosges pour promouvoir « la garantie jeunes » Le dispositif permet d'accompagner tout jeune en situation de grande précarité vers l'emploi ou la formation.

image_pdfimage_print

11950258_1488362028126407_6625710935139103081_o

Harlem DÉSIR, Secrétaire d’État chargé des Affaires Européennes auprès du Ministre des Affaires étrangères et du Développement International était ce matin à Neufchâteau. 

Harlem DESIR était à Neufchâteau pour faire la promotion de la « garantie jeunes».

11057535_1488360868126523_8038931795209479161_oLe secrétaire d’État s’est rendu 11 h à la mission locale de la ville pour mieux comprendre les actions mises en œuvre dans le département des Vosges puis il s’est entretenu avec des jeunes.

La garantie jeunes permet d’accompagner tout jeune en situation de grande précarité vers l’emploi ou la formation. Pour mettre en œuvre ce dispositif, un contrat est signé entre le jeune et la mission locale. Ce dispositif s’accompagne d’une aide financière.

Il a aussi participé à une table ronde animée à 11 h 30 par le Préfet des Vosges, à la Sous-préfecture en présence des représentants des missions locales, des jeunes et des chefs d’entreprises .

En début d’après-midi, il se rendra dans l’entreprise Trans Vallées à Châtenois où sera signée une convention pour l’emploi de jeunes entrant dans le dispositif « garantie jeunes ».

Photographies : Préfecture des Vosges




4 réactions sur “Harlem Désir dans les Vosges pour promouvoir « la garantie jeunes »

  1. jy

    « Secrétaire d’État chargé des Affaires Européennes auprès du Ministre des Affaires étrangères et du Développement International »
    Alors ça, il fallait le trouver ce « poste » pour recaser un copain…

    répondre
  2. VALENTIN

    La « Garantie jeunes », nouveau dispositif parmi tous les autres CUI CAE, emploi jeunes, etc… des dispositifs et leur promotion, cela ne sert qu’à faire mousser nos politiques. On ajoute, en complique, on se perd, les jeunes se perdent…

    Ce qu’il faut, c’est libérer l’emploi, libérer l’entreprise, aider et faciliter l’apprentissage. C’est absolument désastreux de voir les difficultés d’embauche car tout est compliqué. Le nombre d’apprentis baisse, c’est anormal. En Allemagne la plupart des entreprises ont une école d’apprentissage. En France, elles sont centralisées dans des centres d’apprentissage qui sont néanmoins très performants.
    Du travail, il peut y en avoir, et il y en a. Il faut simplifier les structures, diminuer le nombre de tous ces fonctionnaires et les rendre plus efficaces : mission locale pour l’emploi, Polemploi,

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *