Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Réfugiés : la municipalité se positionne Ville solidaire, Gérardmer est une des premières à proposer des solutions et à agir

image_pdfimage_print

 

Le maire de la Perle des Vosges Stessy Speissmann et son premier adjoint Jean-Luc Perrot n’ont pas tardé à communiquer pour faire savoir quelle sera la position de la cité gérômoise face à l’afflux massif de migrants et aux tragédies que le phénomène entraîne.

IMG_4183-WEBPour le premier magistrat de Gérardmer, ce problème est bien l’affaire de tous et pas seulement de l’Allemagne, et il n’a pas non plus pour vocation « de renforcer la maison Le Pen ». Les frontières avec la méditerranée plient, « mais l’Europe n’a pas encore mis de mitrailleuses sur les plages, on ne peut que s’en réjouir ». Pour autant, s’il faut être capable d’apporter démocratie et stabilité aux pays que fuient les réfugiés (Syrie, Irak etc…), il est nécessaire de mettre en place un pivot sur la méditerranée et, dans l’immédiat, être capable « de recevoir ces migrants dans la dignité ».

« La défense des Droits de l’Homme est l’affaire de l’Europe. A Gérardmer, nous répondons à l’appel de ces populations et des associations qui les soutiennent. Nous avons décidé d’agir car c’est de femmes, d’hommes et d’enfants dont on parle. (…) Nous nous engageons à faire partie des Villes Solidaires et à accueillir des réfugiés de manière digne », précise Stessy Speissmann.

Une décision des élus de la majorité qui fait suite à une réflexion menée dès la semaine dernière : «Nous en avons discuté entre élus et sommes rapidement tombés d’accord sur le fait d’agir. Nous avons également été interpellés par la Fédération Nationale des Élus Socialistes et n’avons pas attendu pour nous positionner dès vendredi. C’est dans notre ADN à Gérardmer », ajoute le maire gérômois qui aura été un des premiers à se manifester et à s’engager concrètement. En effet, des solutions communales se présentent avec, dès mercredi, des logements qui seront opérationnels pour pouvoir accueillir une dizaine de personnes.

« Nous allons ensuite réunir le CCAS de Gérardmer ainsi que les bailleurs que sont Vosgelis et le Toit Vosgien pour envisager des accueils supplémentaires. Enfin, nous lançons un appel solidaire aux citoyens qui sont prêts à accueillir des réfugiés. Qu’ils se fassent connaître auprès de la mairie. Je suis moi-même prêt à mettre à disposition la chambre de ma fille qui vient de partir en cas d’urgence », souligne Stessy Speissmann. La Ville de Gérardmer va donc se manifester rapidement auprès du Ministère de l’Intérieur chargé de structurer l’afflux des migrants, puis engager des discussions essentielles avec les associations locales pour coordonner l’action.

« Je peux comprendre la réticence de certains citoyens, d’autant plus que nous sommes encore dans un contexte économique difficile. Mais il faut faire comprendre à la population que ce n’est pas un fardeau, que ce n’est pas un mal de recevoir des migrants, mais un plus, une richesse ». A bon entendeur… Les jours et les semaines à venir vont donc être riches en actualités sur le sujet. Une dynamique vient d’être enclenchée et une question diverse à l’ordre de la prochaine réunion du conseil municipale est déjà prévue.