Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Un aigle royal à la MCL Une grande première dans le cadre de Graines des Toiles grâce à la Volerie des Aigles

image_pdfimage_print
Benoît Humler et Corse au micro de Loïc Moresi

Benoît Humler et Corse au micro de Loïc Moresi

En effet, c’était une grande première pour le festival de ciné jeune public de la MCL : pour faire suite à la projection du film « L’envol » de René Bo Hansen, la maison avait le plaisir de recevoir deux représentants de la Volerie des Aigles de Kintzheim et l’un de leurs nombreux rapaces.

Entre les écoliers et les particuliers, la première séance du film s’est donc quasiment jouée à guichet fermé mardi après-midi. Et pour cause : outre la qualité indéniable du long métrage, l’annonce de la présence d’une animation assurée par la Volerie avait déjà fait du bruit. Et le public présent n’a pas été déçu. Lorsque le rideau s’est à nouveau ouvert sur la scène de la salle André Bourvil, c’est bien un aigle royal en chair et en os qui est apparu au bras de Benoît Humler, dresseur de la Volerie.

IMG_4769-WEBCe dernier a ainsi présenté son compagnon à plumes prénommé « Corse », splendide femelle d’aigle royal âgée de 22 ans. Que d’émerveillement pour les enfants qui ont ainsi pu poser toutes les questions qu’ils ont voulu à Christophe, toujours heureux de répondre aux sollicitations de ce genre, et de manière gracieuse, c’est important de le stipuler : « Notre intervention correspond à quelque chose de concret, en lien avec le film et le thème du festival. Nous voulons que toutes nos interventions restent dans cet esprit de sensibilisation à la nature avec pour objectif de restaurer et faire connaître le monde des rapaces », précisait ainsi Benoît Humler et Christophe Picco, son collègue responsable de la communication et de l’événementiel au sein de la structure.

Respect de la nature, respect de l’animal & pédagogie

Une Structure qui compte près 90 rapaces sur le site du château de Kintzheim ainsi que 250 en tout répartis entre le centre de reproduction et la volière hivernale. Des oiseaux de différents continents, diurnes ou nocturnes, avec lesquels les dresseurs effectuent du travail de proximité, au poing. « Nous leur faisons reproduire uniquement des comportements qu’ils ont l’habitude de répéter à l’état naturel », insiste Christophe Picco. D’où la diversité des présentations de chaque rapace : chacun se nourrit différemment, certains chassent, certains pêchent, certains survolent, certains fonçent sur leur proie etc… Ce qui est sûr, c’est que chaque animal est présenté avec respect et avec un objectif pédagogique, c’est ce qui fait l’intérêt, la force et la spécificité de la Volerie des Aigles.

Retrouvez la volerie sur le http://www.voleriedesaigles.com/

Encore plus de plumes, de poils et de pattes, retrouvez le programme du festival sur le http://mclgerardmer.fr/gdt/




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *