Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Vosges – La préfecture autorise les tirs sur le loup

image_pdfimage_print

En raison d’une recrudescence des attaques de troupeaux imputables au loup, Jean-Pierre CAZENAVE-LACROUTS, Préfet des Vosges a accordé ce 9 octobre 2015 à un éleveur du massif par arrêté préfectoral la possibilité de procéder à des tirs d’effarouchement. Il appartiendra au lieutenant de louveterie territorialement compétent de mettre en œuvre ces tirs.

Un éleveur de la Plaine a reçu l’autorisation par arrêté préfectoral d’effectuer des tirs de défense pour protéger ses troupeaux sur des territoires délimités et pour une période déterminée. .

L’arrêté ministériel du 30 juin 2015 fixe les conditions et les limites dans lesquelles des dérogations aux interdictions de destruction peuvent être accordée par les préfets concernant le loup. Un second arrêté du 30 juin 2015 fixe à 36 le nombre maximum de spécimens de loups dont la destruction pourra être autorisée sur le territoire national pour la période 2015-2016.

Il appartient au Préfet des Vosges de veiller au respect des réglementations assurant la protection du loup qui est une espèce protégée (Convention de Berne, Directives Européennes) mais aussi de garantir la sécurité et l’activité économique  des éleveurs vosgiens.




4 réactions sur “Vosges – La préfecture autorise les tirs sur le loup

  1. Xavier Lahache

    Bruxelles s’inquiète, ces parties de chasses contre les loups vont considérablement ralentir la réintroduction des ours dans les bois et celle des morues dans les bars.

    répondre
  2. Parmentelat

    N’oublions pas que la France est signataire de la Convention européenne de Berne qui fait de Canis lupus un animal protégé.
    En Italie, la population de loups est estimée à 1 500, 2 000 en Espagne, et dans ces deux pays, ils causent bien moins de souci qu’en France, où ils seraient à peine 300… Bizarre non ? Les pouvoirs publics ont le devoir d’aider les éleveurs (des solutions existent) plutôt que de les armer.
    Une citation pour finir : « Le loup. Oui « le » : c’est ainsi qu’on singularise la chose, l’espèce animale ou l’humain qu’on désire éliminer. « Le » cancer. « Le » migrant. « Le » loup… »
    Yves Paccalet

    répondre
  3. Leroy Jacques

    Ces tirs d’effarouchement ne risquent-ils pas de se transformer en tirs d’élimination? Et après ce seront peut être les chiens errants et autres…….??

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *