Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Vosges – Le collectif « sans-papiers » tire la sonnette d’alarme !

image_pdfimage_print

P1290281

Le Collectif Sans-papiers était réuni ce matin à 9h devant la préfecture des Vosges pour alerter le préfet sur la situation de certaines familles.

Le Collectif mené par Jean-Louis Didelot suit près de 400 familles sur tout le département. « On a des gens qui sont dans l’extrême urgence, certaines personnes sont dans la rue et n’ont nulle part où aller. On a rencontré une famille au parc du cours à Épinal qui a fait le 115 mais il n’y avait plus de place. » explique Jean-Louis Didelot.

« On nous dit que le dispositif est à la limite de la rupture, que l’hébergement d’urgence est saturé : mais on fait entrer les gens dans un tunnel dont personne ne sort ! » proteste en chœur les membres du collectif. Selon les adhérents, le demandeur d’asile se voit délivrer un récépissé qui « n’autorise pas son titulaire à travailler » durant toute la durée de la procédure et cela peut durer des années.

« C’est l’acharnement administratif des préfectures qui fabrique les sans-papiers et plonge des familles entières dans l’inexistence sociale ». Pour le représentant du collectif, la situation devient ubuesque. « Ce sont les responsables chargés de faire appliquer la loi qui sont eux-mêmes hors la loi ! » assure Jean-Louis Didelot.

Une rencontre avec  le Préfet des Vosges devrait se dessiner afin d’ aborder toutes les situations.

C.K.N.




3 réactions sur “Vosges – Le collectif « sans-papiers » tire la sonnette d’alarme !

  1. niala

    Il y a tant d’autres personnes avec des papiers en règles et qui ont travaillé dur mais qui n’ont malheureusement pas de logement, pensons d’abord à eux.

    répondre
    1. Ch Perrin

      D ‘accord, à condition de trouver des personnes dans ce cas. en connaissez vous personnellement dans les Vosges? J’ai connu beaucoup de gens (en ayant habité au hdl à nancy, Borny à Metz, Planoise à Besançon), français, qui voulaient toujours plus sans effort, d’autres qui clamaient leurs droits sans remplir aucun devoir, mais des gens qui travaillent dur et n’ont pas du tout de logement dans notre région, alors là, je n’ai jamais vu cela.
      En conclusion, je préfère aider des réfugiés volontaires que des français de souche parasites voire délinquants. Au pire, échangeons les !

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *