Search
lundi 5 décembre 2016
  • :
  • :

153 élèves privés de cours d’Allemand Communiqué

image_pdfimage_print

 

 

Je me fais le porte-parole des parents d’élèves dont les enfants n’ont quasiment pas eu de cours d’allemand depuis la rentrée. 153 élèves sont victimes :

Une enseignante de langue vivante ne s’est pas présentée à la rentrée de septembre 2015 au lycée de La Haie Griselle de GERARDMER. Elle se trouve en situation de congé de maladie qui est reconduit de quinzaines en quinzaines. A ce jour, les élèves n’ont reçu qu’une heure d’enseignement de cette matière (le lundi 3 novembre). Cette enseignante est malheureusement prolongée à nouveau pour une quinzaine de jours. Cette situation pourrait, semble-t-il se reproduire tout au long de l’année scolaire…

Les parents des 153 élèves concernés sont fort préoccupés (dont des élèves de terminale qui subiront leurs épreuves de langue en mars!) En effet, le préjudice causé augmente de jours en jours. (Au 13 novembre, environ 30 heures par enfant n’auront pas été dispensées !) Les élèves sont désœuvrés 3 heures/semaine, ils n’ont ni cours, ni travail à la maison et perdent ainsi progressivement leurs acquisitions, des chances de réussite à leurs examens, pénalisant leur scolarité et leur orientation.

Le manquement à l’obligation légale d’assurer l’enseignement de toutes les matières obligatoires inscrites aux programmes constitue une faute de nature à engager la responsabilité de l’État, comme l’a jugé le conseil d’État dans son arrêt de principe du 27 janvier 1988.

Le service public de l’Education Nationale manque de réactivité. Les établissements n’ont pas les moyens (ni financiers, ni humains) de suppléer ces absences. Aucun enfant ne devrait subir ces dysfonctionnements. Les absences des enseignants nécessitent la mise en place rapide d’un personnel de remplacement.

Les parents d’élèves se demandent à qui profite cette situation… Ils ont envoyé un courrier de demande de remplaçant au lycée concerné, au rectorat. En l’absence de réponse, ils ont envoyé une nouvelle demande plus pressante en recommandé au ministère et envisagent même des manifestations pour faire respecter leurs droits.

 

Mme Valérie SUREL,

parent d’élève déléguée

aux conseils de classe de 2nde 5 et de TS2