Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Le FabLab prend son envol l'innovation est en marche à l'Espace Tilleul

image_pdfimage_print

P1040828A l’image du drone conçu et fabriqué sur place, le FabLab gérômois prend son envol à à la grande satisfaction de son manager Pierre Laipe,  de Jacqques Leléon, porteur du projet d’implantation, des élus qui misent beaucoup sur l’atelier d’innovation et de Régis André président de l’association Innov’lac qui gère  l’entreprise.

Vendredi et samedi étaient deux jours consacrés à la promotion du lieu de vie en donnant la possibilité à tout à chacun de visiter l’endroit, de discuter avec les animateurs, de découvrir les outils mis à disposition des adhérents dont le volume prend corps chaque jour un peu plus.

« Cette opération portes ouvertes augmente notre visibilité  » commente Régis André  » on ne s’attendait pas à autant de visiteurs et surtout nous avons rencontré des personnes venues de milieux très différents qu’ils soient issus de l’art, l’industrie, l’éducation. On évalue à environ 70% les professionnels qui sont venus nous rencontrer. Notre campagne de communication a visiblement porté ses fruits »P1040829

Même son de cloche du coté de Jacques Leléon  qui n’en espérait pas tant, c’est- à-dire amener jusqu’à l’atelier des grosses entreprises susceptibles d’être intéressées par le savoir-faire local.

Reste maintenant à installer différents projets dans le temps et surtout de les voir sortir des murs du FabLab. Car la finalité de l’atelier est bien de voir industrialiser des créations, de les retrouver sur un marché demandeur ou encore de créer le besoin. A Chaque jour suffit sa peine ! L’évolution se fera jour après jour pour une maturation totale  qui sera mesurable d’ici quelques mois..voire dans un an ou deux. C’est en tout cas ce que tout le monde souhaite notamment la quarantaine de nouveaux adhérents et les porteurs de projets.




2 réactions sur “Le FabLab prend son envol

  1. Eric Jeanpierre

    L’intérêt l’intérêt de ce FabLab est plus que discutable. On se demande toujours ce qui se cache derrière le mot innovation décliné à toutes les sauces dans un nombre d’article (trop) peu critiques dans ces colonnes. S’il s’agit de s’émerveiller devant un drone que tout le monde peut fabriquer dans son garage oubien de communiquer à grand renfort de promesses plus ou moins venteuses sur les retombées concrètes qu’on attend toujours. Amuser les gens devant trois circuits imprimmés est une chose, mais demander plusieurs dizaines de milliers d’euros pour le faire en est une autre. A moins que l’equipe municipale ne cherche finalement qu’à jouer la carte du modernisme. La construction d’une eolienne au fablab ressemble beaucoup a une métaphore du brassage de vent…
    Mais il parait qu’il faut venir voir… C’est comme la creche de Noel: heureux ceux qui croient…

    répondre
  2. Framatophe

    @Eric : je vous trouve bien sévère ! Oui, ce Fablab a coûté de l’argent (mais il emploie au moins deux personnes si j’ai bien compris) mais au moins il y a un lieu à Gérardmer où on peu se familiariser avec des outils numériques et électroniques. Le seul bémol — mais je ne surprends personne en disant cela — c’est que l’accent n’est pas assez mis sur le logiciel libre et l’apprentissage numérique proprement dit (la programmation). Mais c’est un débat qui ne préjuge en rien de la qualité du Fablab.
    Mon avis personnel, c’est qu’un tel Fablab aurait pu naître d’une initiative plus « citoyenne » (un consortium d’asso qui demande une subvention de la Ville) plutôt que d’être une initiative municipale (du haut vers le bas). Mais le résultat est là et pour le public c’est un peu du pareil au même.
    Notez aussi que fabriquer un drone, le plus amusant n’est aps de le faire voler, mais de le faire tout court. C’est cela qui est formateur. Et même s’il ne volait pas !

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *