Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

3 fidèles du lycée Chardin tirent leur révérence 30 ans de boutique

image_pdfimage_print

 

IMG_5192-WEB

Avec la fin de l’année arrivent parfois les départs en retraite dans les établissements scolaires. Au Lycée des Métiers de l’Hôtellerie et de la Restauration de Gérardmer, ce sont trois dinosaures qui ont mis fin à leur carrière qu’ils ont quasi exclusivement consacré à un seul et même établissement, chose assez rare pour être signalée.

Rendez-vous au pôle restauration jeudi 18 décembre pour célébrer ces trois départs en retraite à travers une sympathique cérémonie orchestrée par le chef d’établissement M. Jean Lefebvre. L’occasion de revenir sur le parcours des trois enseignants qui vont désormais pouvoir prendre des vacances à durée indéterminée… On commence avec Christian Hingray, professeur de mathématiques originaire de Remiremont qui avait fait un petit crochet par Oran en Algérie dans le cadre de son Service National. C’était en 1977, il était déjà enseignant et avait souhaité revenir dans ses Vosges natales au terme de son service. Ce fut chose faite en septembre 1981, date à laquelle il prit ses fonctions au lycée professionnel de Gérardmer.

IMG_5190-WEBUn poste et un établissement qu’il ne quittera plus jamais, et pour cause : « J’ai vraiment apprécié le rapport humain avec l’ensemble de mes collègues, du personnel et des élèves. C’est très enrichissant, très varié, c’est aussi une remise en question permanente dans son approche du travail et des relations humaines », explique-t-il. « En plus, depuis 2000, je m’occupais, avec un collègue, de toute la partie informatique du lycée, ce qui m’a permis de rencontrer tout le monde. C’est peut-être ce que j’ai préféré durant toutes ces années… », précisera-t-il avec un brin de nostalgie et avant de conclure par une citation de Confucius : « On a deux vies et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une ».

On poursuit avec un couple « mythique » du lycée en la personne de Martial Sosnowski et de son épouse Francine. Originaire de Joeuf en Meurthe & Moselle, Martial est passé par le lycée professionnel Jean Moulin à Nancy (1979-80), puis le lycée des métiers de l’hôtellerie Raymond Mondon de Metz (80-81), ainsi que par l’ENNA de Toulouse avant de poser enfin ses valises à Gérardmer en septembre 1982. Professeur de cuisine attaché aux valeurs de la cuisine à la Française, il a forcément un petit coup de cœur pour les sauces et les fonds qui en sont la base, la clé de voûte. Il apprécie également beaucoup travailler le poisson, ce qui est plus original pour un Lorrain !

Martial Sosnowski a eu le plaisir de voir, avec son épouse, l’évolution du lycée qui est passée d’un LP à un lycée technologique. La modernisation des lieux, l’évolution du métier avec, pour lui, le passage du PLP2, concours dont il a par la suite été jury, sont autant de souvenirs et d’expériences qui resteront gravés dans sa mémoire. Mais son meilleur souvenir restera sans doute la rencontre de Francine à l’occasion d’une colonie de vacances. C’est pour cela que, lorsqu’il la reverra au lycée, il demandera expressément à l’Académie de conserver son poste à Gérardmer pour pouvoir l’épouser en 1983.

Professeur d’ESF, cette dernière est arrivée au lycée Chardin en 1977 en tant que stagiaire avant de devenir titulaire deux ans  plus tard.  Reconnue pour sa générosité et sa capacité d’écoute, elle fera une petite pause en 2008 avant de revenir aux affaires en 2011 et de finir tranquillement sa carrière en qualité d’aide au chef des travaux de l’établissement. C’est avec plaisir mais non sans un petit pincement au cœur que le couple va désormais pouvoir profiter d’une retraite bien méritée après plus de 30 années de bons et loyaux services. Les fêtes s’annoncent donc sous les meilleurs auspices !




Une réaction sur “3 fidèles du lycée Chardin tirent leur révérence

  1. ducon

    si toutes ces personnes ont eu droit à plusieurs repas gratuits pour leur départ, ils peuvent s’assoir dessus…comme la précédente fournée…Ils pourront en profiter entre minuit et minuit 10 ! Et le 31 juillet….
    Des champions dans leur genre

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *