Search
mercredi 7 décembre 2016
  • :
  • :

« L’Etrangleuse » en concert : « attention, magie…. » Duel harpe-guitare au sommet

image_pdfimage_print

Le duo connu sous le nom de « L’Etrangleuse » sort son 2d album et sera à ce titre de passage dans les Vosges, au Grattoir bien sûr.

Intitulé « Memories to come », ce nouvel opus est produit par l’Anglais John Parish (PJ Harvey, Eels, Dominique A, Arno, entre autres). Vendredi soir, vous avez l’opportunité de le voir, de l’entendre, de le sentir sur scène… On ne saurait que top vous le recommander !

Concert à 21 h 31 au bar le Grattoir – Entrée libre

Présentation : 

l'étrangleuse« Maël Salètes et Mélanie Virot faisaient à peu près le même métier quand ils se sont rencontrés. Ils pinçaient des cordes. Pas les mêmes et différemment. Elle jouait de la harpe depuis l’âge de huit ans. Parcours classique, conservatoire, musique de chambre. Lui tâtait de la guitare électrique depuis un premier groupe rock tendance grunge, MacZde Carpate, suivi de quelques autres, dont Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp.
Les voici à l’été 2008, chacun désœuvré, cherchant l’inhabituel. Un son. Harpe et guitare ensemble. Electrifiées l’une et l’autre. Il a fallu essayer, tâtonner, mettre au point. La combinaison n’allait pas de soi. L’Etrangleuse (nom trouvé dans l’urgence avant le premier concert) a inventé sa matière. Avec des idées neuves dans la distribution des rôles. Réputée douce et cristalline, la harpe de Mélanie Virot pouvait se faire incisive, abrasive ou dissonante. Et la guitare de Maël Salètes prendre à l’inverse une posture moins punk, plus tournée vers la transe africaine des musiques malienne ou mandingue.
Ni strictement rock, world ou folk, le son de L’Etrangleuse a jeté des passerelles. Un premier album en a donné le manifeste, avec en sus leurs voix pour accompagner les instruments : chant plus que chanson, filant des mots dans la trame des cordes, entretenant la tension, suggérant des atmosphères.
En mettant leur singulier édifice au péril de la scène, le duo s’est forgé un savoir-faire dont les limites sont repoussées par ce nouvel album, Memories to Come. Avancer sur le même fil, gagner en maîtrise et s’aventurer. Tout cela sous l’oreille avisée du producteur anglais John Parish (PJ Harvey, Eels, Dominique A, entre autres). Il est question de bruit et de silence, de dérive et d’enfermement, d’identité (Who we are). Harpe et guitare : alliance de fortune, contrainte créatrice, et défi permanent. L’Etrangleuse veut maintenant porter en public et partout son goût partagé du jeu, cordes mêlées, se répondant, incitant l’autre à sonner fort et mieux, ensemble. »

Retrouvez le groupe sur le :

http://www.la-curieuse.com/artiste/58-L’Etrangleusehttps://www.facebook.com/Letrangleuse

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *