Search
jeudi 8 décembre 2016
  • :
  • :

Louise Colet nous a quittés

image_pdfimage_print

 

Madame Colet, née Doridant Louise, a vu le jour à Gérardmer le 5 avril 1925, deuxième des 5 filles de Romain Doridant, un Gérômois de vieille souche qui exploitait une modeste ferme aux Gouttridos et qui, comme les autres paysans de l’époque, complétait ses maigres ressources par le tissage à domicile.

LouiseElle connut donc une jeunesse laborieuse, aidant aux travaux de son père avec sa sœur aînée, tout en poursuivant ses études comme boursière d’État au Cours Complémentaire de l’Hôtel de Ville. Brillante élève, elle entra à l’École Normale d’Instructrice à Épinal en 1942. A sa sortie de l’école en 1946, elle épousa Roger Colet, normalien sortant lui aussi, et tous deux seront nommés sur un poste d’adjoint à l’école de Xonrupt où ils exerceront jusqu’en 1959, dans les baraquements provisoires tout d’abord, puis dans l’école reconstruite.

Puis c’est dans l’école nouvellement construite du Rain Brice au Tholy qu’ils seront affectés sur le poste double qui vient d’être créé. Une école qu’ils feront vivre avec l’Amicale Laïque et l’association sportive très actives qui ont marqué la vie du hameau et dont les anciens gardent encore aujourd’hui un excellent souvenir.

Promue en 1968 directrice de l’école au Saut-le-Cerf à Épinal pour suivre la carrière de son mari et considérant à juste titre qu’un apprentissage solide de la lecture était l’atout majeur de la réussite scolaire, elle a continué à enseigner au cours préparatoire : la classe charnière, la plus lourde de conséquences à l’école élémentaire. Des centaines d’élèves qui ont reçu grâce à elle les outils du savoir et de la culture n’ont pas oublié une maîtresse passionnée par son métier, attentive à la réussite de chacun d’eux. Reconnaissant ses qualités pédagogiques et ses compétences, on lui confia aussi la charge de maîtresse d’application et elle fut élevée au grade de chevalier, puis officier dans l’ordre des Palmes Académiques.

Sa fille Édith, elle aussi, fit carrière dans l’enseignement. En retraite depuis 1980 dans leur maison construite aux Rochires à Gérardmer, Louise était une lectrice assidue de la bibliothèque municipale. Elle aimait aussi les promenades au bord du lac, les rencontres avec ses amis et ses anciens élèves.

Mais ce qui tenait surtout une grande place dans sa vie, c’est toute l’attention portée à son petit-fils Raphaël, actuellement chargé de clientèle chez Vosgelis, lequel habite à Vagney avec son épouse Carine et leurs deux petits garçons que la mamy aurait tant aimé connaître.

Car ces dernières années, frappée par une terrible maladie qui l’éloignait peu à peu du monde extérieur, elle a dû être soignée dans un établissement spécialisé à Thaon avant d’être admise à l’EHPAD de Gérardmer, toujours entourée de l’affection des siens et de ses amis, avec un personnel médical compétent et très dévoué qui mérite un hommage reconnaissant.

Selon sa volonté, la cérémonie de crémation s’est déroulée dans la plus stricte intimité et ses cendres seront déposées au columbarium du cimetière communal.

Nos sincères condoléances à sa famille




Une réaction sur “Louise Colet nous a quittés

  1. osello robert

    J’ai atteint maintenant l’âge de la retraite et je me souviens encore de Madame Collet, qui a été la première institutrice que j’ai connue, en CP et CE1 à Xonrupt-Longemer. Sa gentillesse et sa bienveillance resteront toujours dans ma mémoire.
    Merci beaucoup Madame.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *