Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Qui a dit que le petit chaperon rouge et le chat botté n’existaient pas ?

image_pdfimage_print

Des contes revisités entre chimères et réalité fantastique, voilà ce que l’espace Lac vous invite à découvrir à travers l’exposition « La fabrique chimérique », dans un monde hors du temps et de l’univers qui est le nôtre.

Les deux artistes devant leurs réalisations. David à droite et Ronan à gauche.

Les deux artistes devant leurs réalisations. David à droite et Ronan à gauche.

Ils sont deux amis et artistes à venir exposer leurs travaux en cette semaine de festival Gérômois. Le premier, Ronan Pincemin, est illustrateur et architecte de formation. Le second, David Gugliemini, est lui photographe et graphiste. A eux deux, ils forment la fabrique chimérique d’où naissent des images fantastiques en tous points.
Entre réalité de la photographie et imaginaire des contes, ces deux compères revisitent les plus beaux lieux de notre patrimoine, même méconnus, surtout méconnus. Car ce qui guide Ronan et David, c’est leur passion des univers fantastiques et de l’image, mais également leur amour du patrimoine, qu’ils tiennent à mettre en valeur à travers leurs réalisations.

Pourquoi la fabrique chimérique ?

P1020946Si leur projet porte ce nom, c’est parce que, comme ils expliquent, leurs affiches naissent d’une véritable fabrication qui associe deux médiums différents que sont le dessin et la photographie, le tout pour former un résultat où se mêlent plusieurs imaginaires souvent faits de chimères.

Cette fabrication obéit à un cahier des charges et à une organisation bien établis. Pour chaque visuel que réalisent ces messieurs, ils effectuent tout d’abord un repérage, en cherchant des lieux surprenants, beaux, symboliques, ou mystérieux. Des lieux ou des constructions reconnus en tant que faire-valoir de notre patrimoine, ou au contraire qui ne le sont pas, et que les 2 artistes souhaitent par la suite mettre en valeur.
Ce repérage effectué, vient le temps des photos. Une étape qui incombe à David, le photographe tout désigné. Une étape qui, il l’avoue, peut prendre plus ou moins de temps en fonction des conditions météorologiques, ou encore de la présence ou non de figurants. Non retouchées et embellies, les photos sont simplement débarrassées des artefacts de notre vie contemporaine, telles que les voitures et autres câbles électriques, et qui, même en cherchant bien, n’apparaissent dans aucun des contes des frères Grimm.
Une fois cette étape terminée, c’est au tour de l’illustrateur du duo, Ronan, d’entrer en action muni de son stylet et de sa palette graphique. Son travail, bien qu’il soit réalisé avec l’aide d’outils numériques, est quand même entièrement de l’ordre du dessin, comme il souhaite le souligner. Ronan vient apporter par son doigté, ces petits détails qui tiennent de l’imaginaire et qui changent tout. Des petits elfes bleus venus tenir compagnie au petit chaperon rouge sur le chemin de sa mère-grand, ou bien des yeux de loups dissimilés dans la pénombre d’une forêt peu accueillante. L’illustrateur doit également créer des personnages comme le chat botté par exemple, qu’aucune photo ne peut représenter.
Exerçant cette activité depuis 1 an et demi, ce duo de choc qui vient pour la première fois exposer au Festival, ne parvient pas encore à en vivre.

Pour les amateurs de contes et de cinéma

P1020948Du petit chaperon rouge et le grand méchant loup qui cherche à le dévorer, au chat botté, cette boule de poils chaussée de ses grandes bottes de cuir et coiffé de son célèbre chapeau, ces contes sont sans conteste le thème de cette exposition. La collection présentée jusqu’à la fin de cette semaine à salle Belbriette de l’espace Lac est en effet composée de 3 séries d’affiches sur les contes et légendes. La plus importante se compose de 13 visuels, et retrace, au fil des images, l’histoire du petit chaperon rouge. Une autre série de 2 affiches sur le Mont Saint-Michel, illustre elle la légende du dragon. Et enfin une dernière série représente l’histoire du chat botté. La plus importante aux yeux de ses concepteurs, car elle est la première que l’on leur ait commandé. C’est le Maire de La Baussaine, petite ville d’Ille-et-Vilaine, qui après avoir eu écho de leurs travaux, les a contactés en personne pour réaliser des visuels mettant en valeur le patrimoine de la ville. Une série d’images, toutes plus magnifiques les unes que les autres, où les enfants de la commune se sont prêtés au jeu de la figuration.

Alors que vous soyez féru d’art, amateur de fantastique et de contes en tous genre, ou bien même amateur de cinéma, cette exposition ne pourra que vous ravir. En effet, pour ce dernier groupe, il ne serait pas étonnant de reconnaître quelques célèbres scènes de films fantastiques, comme le « Village » notamment, que l’ambiance spéciale du petit chaperon rouge chimérique rappelle presque immédiatement. Et pour ceux qui hésiteraient encore, nul besoin de s’y connaître sur le sujet (quoique l’on doute quand même que quelqu’un ignore encore l’existence du chat botté). Seul l’amour du travail bien fait vous sera nécessaire pour apprécier cette exposition à sa juste valeur.

Pour plus d’informations :

https://www.facebook.com/lafabriquechimerique/?fref=ts

http://lafabriquechimerique.com

A.M.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *