Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Jodorowsky : “le poète” du festival Hommage au Chilien le plus atypique et le plus adulé, un maître, une légende

image_pdfimage_print

alejandro-jodorowsky-la-danza-de-la-realidad-1748x984

Deux hommages au menu du 23ème festival du Film Fantastique avec tout d’abord le réalisateur, scénariste, producteur et comédien Alejandro Jodorowski.

Avec ce torrent d’horreur qui va prochainement se déverser sur les écrans de cinéma gérômois, on en aurait presque oublié “l’essentielle essence du ciel : la poésie”, pour reprendre les mots de Bruno Barde, directeur du festival. Et d’ajouter : “Cet art qui célèbre sans expliquer, charitable dans la contemplation, altruiste dans l’action, généreux dans la peinture, la littérature et la musique, muse de tous les arts, il nous fallait quelqu’un pour l’incarner. Maîtrisant mes arts divinatoires, la philosophie, l’anthropologie, le cinéma, l’écriture sous toutes ses formes, le La_Montagne_sacreemouvement, Alejandro Jodorowsky est l’homme lige, le sage de cet hommage”.
Connu et reconnu par les amateurs de BD pour avoir scénarisé “La Caste des Méta-Barons”, Jodorowsky n’a signé que 7 longs métrages en quarante-cinq ans et pourtant sa notoriété est immense dans le cercle des amateurs de bizarreries cinématographiques. Diva de l’underground dans les années 70, superstar des milieux artistiques de la contre-culture internationale, cinéaste visionnaire dont chaque film est la trace d’une aventure ou d’une vision un peu folle, il n’y a qu’un seul Jodorowsky, ne chercher pas plus loin !
4 de ses petites pépites bien barrées seront projetées lors de la soirée hommage qui lui sera consacrée. Une occasion unique de revoir entre autre “La Montagne Sacrée” sur grand écran. Car après tout, “qui n’a pas vu la montagne sacrée n’a rien vu” nous disait Gilles Jacob…

Film projetés lors de l’hommage :
“La Danza de la Realidad”
“El Topo” (1970)
“La Montagne Sacrée” (1973
“Santa Sangre” 1(989)

 

Filmographie :

1957 LA CRAVATE (The Severed Heads) – court métrage/short

1968 FANDO ET LIS (Fando and Lis – Fando y Lis)

1970 EL TOPO *

1973 LA MONTAGNE SACRÉE (The Holy Mountain) *

1980 TUSK

1989 SANTA SANGRE

1990 LE VOLEUR D’ARC-EN-CIEL (The Rainbow Thief)

2013 LA DANZA DE LA REALIDAD (The Dance of Reality)

2016 POESĺA SIN FIN (Endless Poetry)

* également compositeur et créateur des costumes/also composer and costume designer




Une réaction sur “Jodorowsky : “le poète” du festival

  1. Philippe Geoffroy

    J’ai vu el TOPO, et la Montagne sacrée à Paris quand ils sont sortis en salle au studio de la Harpe si j’ai bonne mémoire. Du Platon (mythe de la caverne)halluciné. La Lumière si on n’y prend pas garde peut aveugler…et pas que la taupe! Le surréalisme-symbolique post Bunuel si j’ose dire.
    Dans le mème esprit je recommande Fernando Arrabal : un film « j’irai comme un cheval fou » décoiffant aussi.
    Arrabal+Jodorowsky+ Topor = le mouvement PANIQUE.
    J’ignore si c’est encore le cas,mais Jodo tirait les Tarots dans un bistros de Montmartre…vous imaginez.
    Là pour le coup c’est la classe !!!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *