Search
lundi 5 décembre 2016
  • :
  • :

Le labyrinthe de l’âme est à la Villa Monplaisir Une dizaine d’artistes exposent tout au long de la semaine

image_pdfimage_print
clément Bédel présente son travail au public et aux officiels

Clément Bédel présente son travail au public et aux officiels

L’Espace LAC et la Villa Monplaisir accueille à chaque édition du Festival de Gérardmer une sélection d’artistes venus d’horizon divers mais unis par une passion commune : le fantastique sous toutes ses formes. Peinture pour les uns, sculpture ou photographie pour les autres, de nombreuses techniques plastiques permettent de rendre hommage au thème décliné par le visuel officiel 2016 : le labyrinthe de l’âme.

Un vernissage a eu lieu ce jeudi en présence des artistes

Un vernissage a eu lieu ce jeudi en présence des artistes, à l’image de Marc Lecoanet (au 1er plan)

9 artistes ont donc investi les murs de la Villa au rez-de-chaussée, sans oublier l’habituel production de l’atelier d’arts plastiques dédié aux détenus de la Maison d’Arrêt d’Epinal et dirigé par Catherine Michel. Avant toute chose, on notera que pour cette 23éme édition, certains exposants n’ont pas hésité à faire un peu de route pour participer à la grand messe (noire !) du fantastique. Si la plupart viennent de Lorraine, Mulhouse, Avignon, Lyon ou Paris font parti des villes qui ont envoyé un sombre émissaire à Monplaisir…
Quand on parle d’horizons différents, on évoquera aussi un éclectisme de mise et des parcours qui n’ont rien à voir : d’un côté vous trouverez les toiles du local Clément Bédel, étudiant en 4e année à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art et de Design de Nancy qui puise notamment son inspiration dans la peinture allemande ; de l’autre s’offrent à vous celles de Philippe Degott, talentueux autodidacte à la réflexion précise sur des thèmes tel que l’homme ou l’homme et la machine.
IMG_5739Vous ne passerez sans doute pas à côté des sculptures robotiques de Gilles Bellagamba, un autodidacte lui aussi qui aime travaille le métal. A base de matériel de récupération et de chantier, ce mulhousien tend vers la sculpture décorative, voir le design. La photographie est elle aussi de la partie avec la lyonnaise Sonia Ligorred. Cette dernière travail notamment à base clichés d’anatomie pris en musée pour accoucher de photomontages troublants, presque malsains, qui vont comme un gant au thème de l’affiche du festival…

 

Le sacrifice de Jesus, et par extension d’un être humain, doit apporter quelque chose. Malheureusement, pas grand chose n’a changé en 2000 ans d’histoire de l’humanité !

« 200 ans déjà et rien n’a changé » de P. Degott : Le sacrifice de Jesus, et par extension d’un être humain, doit apporter quelque chose. Malheureusement, pas grand chose n’a changé en 2000 ans d’histoire de l’humanité !

 

 

Vous l’aurez compris, un petit tour s’impose du côté de la Villa et de l’ensemble des salles qui accueillent une exposition pendant le festival, surtout si vous un moment de libre entre deux séances de ciné !! Une fois encore Marie-France Castet et son équipe ont tout fait pour que le fantastique se décline aussi en dehors des salles obscures, il serait dommage de s’en priver.

 

 

La liste des artistes (galerie photo ci-dessous) :

Benjamin Claudel (peintre) : Cet artiste commence à peindre à l’adolescence, inspiré par les maîtres anciens mais aussi par l’art fantastique et l’imagerie populaire (pochettes de disques, livres, etc.).

Gilles Bellagamba (sculpteur) : Un créateur de sculptures robotiques.

Charley James (peintre) : Pierre Jamin, alias Charley James, doit ce pseudonyme à son grand-père, artiste de cabaret. Il est passionné par les machines comme extension du domaine de la création électronique.

Philippe Degott (peintre) : Peinture à l’huile, dessin aquarellé

Marc Lecoanet (peintre) : La peinture, et notamment les grands formats picturaux, sont pour lui un moyen d’expression et de mise en forme de la sémantique au-delà des limites physiques et concrètes du monde qui l’entoure.

Sonia Ligorred (auteur, photographe) : Sonia Ligorred expérimente le monde des images et l’univers fantastique. Elle travaille les visages, les paysages, les ombres et s’approprie tout ce qui l’entoure, donnant vie aux « natures mortes » en réalisant des photomontages.

Claudia Grimaldi (peintre) : Fascinée par le noir et sa représentation dans la société occidentale, Claudia Grimaldi explore la variété de cette couleur, à la recherche de la lumière – pour ses toiles noires illuminées – et de la matière, dans sa technique mixte, influencée par son travail de sculpture.

Germain Julia Blanch (peintre) : Huiles, monochromes et fusains jalonnent l’œuvre hantée par l’imaginaire et la dualité passé / présent de cet artiste.

Clément Bédel (peintre) : Etudiant en 4e année à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art et de Design de Nancy.

Une sélection d’œuvres réalisées par les détenus de la Maison d’Arrêt d’Epinal sera également exposée.

Expo à la Villa Monplaisir
Entrée libre
Du Jeudi 28 au Dimanche 31 janvier
De 10h à 19h (17h le Dimanche)

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *