Search
mercredi 7 décembre 2016
  • :
  • :

24H à Paris : ça tourne !! Mais c’est pas vraiment la fête...

image_pdfimage_print
Stephen, Le Gulm', Thibaut, Quentin G, Florian & Quentin R

Stephen, Le Gulm’, Thibaut, Quentin G, Florian & Quentin R

L’équipe de “Gratt’moi ça !” avait quitté la Perle des Vosges vendredi matin pour prendre part à la grande finale des 24H des Réalisations qui se déroulaient ce week-end à Paris. Une belle aventure humaine pour le groupe malgré un petit grain de sable dans les rouages du tournage : ce sont les aléas de ce type d’épreuves.

24H Paris (2)Après s’être brillamment qualifiés lors de l’étape gérômoise des 24H des Réalisations, les 6 membres de l’équipe “Gratt’moi ça !” ont donc pris la route vendredi matin dans un minibus affrété par la MCL de Gérardmer avec en guise de chauffeur Julien Thibault, coordinateur du secteur jeunes de la maison. Logés à l’auberge de jeunesse Yves Robert dans le 18ème, les Gérômois ont remis le couvert pour réaliser un court métrage en 24 heures chrono. Le top départ était prévu à 10 h 00 samedi matin. Pour ceux qui n’auraient pas suivi le projet, sachez que ce challenge est organisé par la Fédération Française des MJC et regroupe les équipes gagnantes des 10 MJC participantes.
Après 6 bonnes heures de route, l’équipe est arrivée à bon port et à l’heure pour le petit briefing d’usage effectué par les chevilles ouvrières des 24H dont fait partie Stéphane Lepoil, directeur de la MCL de Gérardmer. Le temps de poser le matériel et les bagages, direction l’Ecole de la Cité. Une sortie annoncée comme une visite mais qui s’est malheureusement transformée en échange/mini-conférence, et donc en lutte sans merci contre le sommeil pour certains membres de l’équipe gérômoise. Lot de consolation : le van de l’Agence Tout Risque et la DeLorean de Retour vers le Futur grandeur nature dans le hall d’entrée de la cité…
tournageUne projection du film “Brooklyn” en présence de son réalisateur et bonne nuit de sommeil plus tard, place à l’action samedi matin !! Comme toujours, le thème de l’épreuve était tiré au sort juste avant le début des hostilités cinématographiques. Précisons ainsi que lors des étapes gérômoises le thème était toujours fantastique car l’épreuve faisait écho au Festival International de Gérardmer. Cela donnait un petit indice aux équipes sur la marche à suivre et permettait aux participants de se conditionner un peu avant de se lancer. Pour la finale, il n’en était rien et la surprise était donc totale quant au genre à explorer/revisiter. Trois enveloppes, trois thèmes, et c’est “Paris est une fête” qui a été tiré au sort par une petite main innocente.
Un thème accueilli avec un enthousiasme modéré par l’équipe de “Gratt’Moi ça”. Il fallait donc faire plus que jamais preuve d’originalité, d’adaptation, de créativité et de talent dans un environnement qu’heureusement un membre de l’équipe Gratt’Moi ça connait relativement bien. Déterminés à prendre un peu le sujet à contre-pieds, les Gérômois ont posé les bases de leur scénario. Ils ont ensuite réalisé le traditionnel story board qu’ils ont affiné en effectuant un bon travail de repérage pendant la matinée et en début d’après-midi.
24H Paris (1)Les choses se présentaient pour le mieux et, rejoints par quelques amis qui résident à Paris, les représentants de la MCL se lançaient dans le tournage de leur court-métrage qui devait les mener tranquillement jusqu’au Sacré-Cœur. Malheureusement, deux petits incidents de parcours allaient perturber le déroulement des opérations : “Lors du repérage, un bar avait accepté que nous filmions et nous avait donnés un créneau, mais quand on est arrivé en fin d’après-midi, ils avaient changé d’avis. On s’est rabattu sur un autre établissement et il s’est passé pratiquement la même chose. Un responsable nous a dit oui tout de suite, et le patron qui est arrivé un quart d’heure plus tard nous a dit qu’il ne fallait vraiment pas traîner”, expliqueront les Gérômois au jury et au public lors de la projection des films. En effet, un bar à Paris le samedi soir, un choix pas forcément pertinent pour tourner…
Du coup, un peu démoralisée et pris par le temps, l’équipe a clairement eu du mal à rebondir, d’autant plus que les scènes tournées dans le bar devaient être centrales.
Amputé au niveau de la narration et ce malgré l’excellent travail de montage de Quentin Rubben, le résultat final manquait forcément de cohérence. Un peu frustrant cette histoire, et ce d’autant que cela hypothéquait les chances de victoire de Gratt’Moi ça. Mais, qu’importe, l’essentiel était plus que jamais de participer, de se faire plaisir, et de partager cette belle expérience parisienne entre potes. La conclusion à tout cela ? “Félicitations aux autres équipes, il y avait vraiment des courts-métrages très originaux, même s’ils n’ont pas été primés eux non plus, et merci à l’organisation des 24H et Julien qui nous a suivis pendant tout le séjour, ça n’a pas toujours été facile pour lui !!”




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *