Search
dimanche 11 décembre 2016
  • :
  • :

Interconnexion SAMU/SDIS : une première nationale Une prise en charge des urgences de 19 h à 9 h

image_pdfimage_print

L’ARS, le SAMU88 et le SDIS reconduisent une expérience innovante pour améliorer la prise en charge des Urgences sur le Gérardmer grâce à un dispositif innovant et original qui sera officiellement lancé dès les vacances de février.

De gauche à droite : le ColonelDeregnaucourt, Valérie Bigenho-Poet, Stessy Speissmann

De gauche à droite : le Colonel Deregnaucourt, Valérie Bigenho-Poet, Stessy Speissmann, Vincent Blime et Michael Pierrat, médecin-chef du SDIS

Dans le cadre de l’accès aux soins urgents en moins de 30 min, Les sapeurs-pompiers des Vosges, l’Agence Régionale de Santé et le SAMU88 ont décidé la mise en place à titre expérimental d’un véhicule léger infirmier (VLI). Ce dernier est armé par un infirmier sapeur-pompier de garde (ISP) pendant les horaires de fermeture des urgences et SMUR de Gérardmer (19h/9h), sur différentes périodes susceptibles d’être chargées en terme d’activité opérationnelle, à savoir en période de vacances scolaires.
Les acteurs se sont accordés pour porter un projet dont l’objectif est de faire intervenir auprès des patients un infirmier Sapeur Pompier (ISP – sous protocole de soins d’urgence) de proximité en attente de l’intervention du SMUR de Remiremont ou Saint Dié. Concrètement, le SAMU88 déclenche l’intervention de l’ISP disposant d’une valise télémédecine (vidéo, électrocardiogramme). Dès son arrivée auprès du patient, l’infirmier fournit rapidement au médecin régulateur des éléments de soins concernant l’état de la personne.

Un atout pour la prise de décision du médecin

Cette intervention rapide est un atout pour la prise de décision du médecin régulateur facilitant la qualité de la réponse sanitaire à apporter en optimisant le diagnostic et le choix de prise en charge du patient en urgence. Pour exemple, le cas d’un arrêt cardiaque récupéré par l’ISP dans l’attente de l’arrivée du SMUR. En 2015, année que l’on qualifiera de “test”, sur 192 interventions sapeurs pompiers, 33 interventions sur demande du médecin régulateur ont donné lieu à un engagement de l’ISP de garde sur ce secteur dont 20 avec engagement concomitant du SMUR.
Face à ce retour positif, les trois acteurs concernés ont décidé de reconduire ce dispositif pour la durée des vacances scolaires 2016, et ce dès le samedi 6 février. C’est donc au Centre d’Incendie et de Secours de Gérardmer que la campagne a été lancée officiellement en présence du maire de la ville Stessy Speissmann, du Directeur départemental du SDIS en la personne du Colonel Hugues Deregnaucourt, d’une délégation de l’ARS emmenée par Valérie Bigenho-Poet, ainsi que de Vincent Blime, directeur du SAMU Vosges. Pour ce dernier, c’est clair, il s’agit d’une démarche conjointe au niveau du département “pour développer nos propres solutions en privilégiant le bon sens et en sollicitant les acteurs de terrain”.

S’adapter aux réalités du terrain

Petit exercice d'intervention dans le VLI spécialement aménagé pour le dispositif

Petit exercice d’intervention dans le VLI spécialement aménagé pour le dispositif

Et comme le faisait remarquer le Colonel Deregnaucourt, le concept est vraiment de profiter, mutualiser et optimiser les moyens techniques et humains disponibles pour s’adapter aux besoins de la population. Une équipe de 20 infirmiers sapeurs pompiers du département formés au protocole (télémédecine, antalgiques et morphine) se relayeront dans le cadre de cette opération. Pour le maire gérômois, cette prise en compte de la réalité de la spécificité du territoire de montagne ainsi que de la saisonnalité était essentielle. “Et je tiens à rappeler que si ce dispositif est basé à Gérardmer, il rayonnera sur tout le secteur”, précisera-t-il.
C’est en partie pour cette raison et la pertinence de ce dispositif que l’Agence Régional de Santé , en complément du SDIS, a contribué financièrement à l’accompagnement du projet à hauteur de 61 382 Euros, tout comme le CGS Télésanté de Lorraine pour le choix des équipements, la formation des professionnels et la mise à disposition de la valise de télémédecine. Ajoutons à cela et pour conclure le Véhicule Léger Infirmier (VLI) présenté jeudi à travers un exercice effectué devant la caserne gérômoise.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *