Search
vendredi 9 décembre 2016
  • :
  • :

Décollage en douceur pour les Rencontres du Ciné

image_pdfimage_print
Denis Blum, Anne Chwaliszewski, Hervé Badonnel, Jean-Marc Carpels & Thierry Tabaraud

Denis Blum, Anne Chwaliszewski, Hervé Badonnel, Jean-Marc Carpels & Thierry Tabaraud

Les 20èmes Rencontres du Cinéma de Gérardmer ont tranquillement pris leur envol ce mardi avec un lancement au casino et la projection du 1er film de Fejria Deliba en tant que réalisatrice.

Rencontres du cinéma 2016 (2)Et c’est bien entendu Denis Blum qui a une nouvelle fois joué les maîtres de cérémonie au micro en compagnie des principales chevilles ouvrières de l’événement ainsi que de l’adjointe à la Culture locale,Anne Chwaliszewski. Après les traditionnels remerciements d’usage aux officiels et aux partenaires, le programmateur des Rencontres a tenu à faire un petit clin d’œil à l’ancien maire de la Perle des Vosges qui était présent dans la salle : « Je ne vais pas citer tout le monde, je n’en nommerais qu’un, il s’agit de Jean-Paul Lambert qui nous a accueillis il y a 20 ans maintenant et a donc permis à cette belle aventure de voir le jour » , précisera ainsi Denis Blum, sourire aux lèvres et visiblement ravi de lancer les réjouissances.

Rencontres du cinéma 2016 (1)Et il y a de quoi. Tout d’abord car il y a plus d’exploitants inscrits cette année, eux qui sont tout de même les principaux intéressés dans cette démarche. Plutôt bon signe alors qu’à une récente époque, le comité d’organisation se demandait si le format des Rencontres du Cinéma était encore pertinent. Quant au public, il répond toujours présent lui aussi et chaque année. « Un public de Gérardmer cinéphile, présent aux séances dès 9 heures du matin ! » , ajoutera avec enthousiasme Denis Blum. Ce qui fera dire à Anne Chwaliszewski que la culture est importante en Perle des Vosges et que partager des images, du son, du cinéma en somme, cela fait aussi partie de la construction de soi.

C’est d’ailleurs dans cet esprit, même si ce n’était peut-être pas volontaire, qu’a ensuite été projeté « D’une pierre deux coups » , premier film de Fejria Deliba en tant que réalisatrice. Un long métrage déjà récompensé avant sa projection en terres vosgiennes, notamment pour son scénario écrit par la réalisatrice elle-même, ou encore par le public à Angers. Maladroitement classée dans la catégorie « drame » , cette réalisation est pourtant pleine de tendresse et d’amour. « Ce film est né d’un désir de parler d’une femme traditionnelle, d’une mère d’origine maghrébine. Je voulais qu’on regarde différemment ces femmes, mais aussi ces familles » , explique Fejria Deliba.

Fejria deliba lors de son échange avec le public

Fejria deliba lors de son échange avec le public

La famille qui est également centrale, au-delà du plongeon dans le passé effectué par l’héroïne Zayane, mais aussi ses 11 enfants. « Je voulais que cette famille soit nombreuse parce que je suis moi aussi issue d’une famille nombreuse, mais aussi et surtout parce que c’était une facilité pour moi au niveau des dialogues et à mettre en scène » . Une famille sur et en dehors des plateaux a confié la réalisatrice, tant les liens entre et avec les acteurs étaient forts. des acteurs avec lesquels Fejria Deliba a quasiment tous joué lorsqu’elle était elle-même actrice. Chaque personnage est donc brossé soigneusement, parfois de manière un peu « cliché » serait-on tenté de dire, mais cela fonctionne bien à l’écran.

Au niveau du contenu, « D’une pierre deux coups » explore de nombreux thèmes : amour impossible et platonique, intégration, secret de famille, homosexualité non assumée, passé douloureux ou heureux, histoire commune entre deux pays, il y a de la matière. Mais en dépit d’une touche d’humour sympathique qui vient pimenter un peu l’ensemble, le film peine à emballer, peine à démarrer et peut éventuellement laisser sur sa faim, ou sur sa fin, à vous de voir… Certaines promesses ne sont pas tenues, certaines idées (excellentes par ailleurs) auraient peut-être mérité un peu plus de développement pour conférer une originalité qui fait légèrement défaut, surtout si l’univers du film peut vous être familier ou que les familles nombreuses ne vous sont pas étrangères. Certains passeront donc un excellent moment avec ce film, pour d’autres, la séance risque d’être un peu décevante…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *