Search
mardi 6 décembre 2016
  • :
  • :

ARAC : un combat plus que jamais d’actualité "Les valeurs de la République sont bafouées"

image_pdfimage_print
Le président Michel Grüner entouré du secrétaire Francis Bretenoux et du 1er adjoint Jean-Luc Perrot (à gauche)

Le président Michel Grüner entouré du secrétaire Francis Bretenoux et du 1er adjoint Jean-Luc Perrot (à gauche)

Les assises annuelles de l’ARAC 88 se sont déroulées ce dimanche à la salle des Armes de la mairie. Une réunion présidée par Michel Grüner dont le constat est sans appel : jamais les valeurs que défend l’association n’ont autant été remises en cause.

Mais c’est avant tout par une minute de silence en mémoire des compagnons disparus l’an dernier que l’assemblée générale de l’ARAC88 a débuté. Les membres présents ont donc eu une pensée émue pour Michèle Grüner et Claude Degoisne, président d’honneur de l’association qui compte aujourd’hui quelques 40 adhérents. « Nous avons néanmoins recueilli 3 nouvelles adhésions cette année, des personnes qui nous ont rejoints et partagent ces valeurs que sont la paix, l’égalité, la solidarité, le souvenir et l’antifascisme. Et je tiens à préciser que si l’ARAC est la première association républicaine d’anciens combattants, elle compte dans ses rangs des non-combattants, c’est en partie ce qui fait sa spécificité » , précise Michel Grüner.

Autre élément qui en fait une association un peu spéciale : son âge. L’ARAC célébrera un siècle d’existence l’an prochain en 2017, et cette année 2016 marque par ailleurs les 100 ans du prix Goncourt de son cofondateur Henri Barbusse pour son roman « Le Feu » . Un récit de la Grande Guerre criant de réalisme  inspiré par la participation aux combats de Barbusse lui-même, en 1ère ligne jusqu’en 1916… L’occasion pour le président de la section locale de rappeler lors de son intervention que « jamais le risque de conflits mondiaux n’a été aussi présent » .

Et d’ajouter : « Depuis une décennie, jamais les inégalités n’ont été aussi grandes. La misère, les difficultés, les vexations touchent des pans entiers de la population, de la ville à la campagne. Chaque jour, les valeurs de la République sont bafouées. la Liberté, l’Égalité, la Fraternité deviennent des mots vides de sens. Dans notre pays, au nom du modernisme, on bafoue les principes même de la Laïcité » . Libertés bafouées, explosion des inégalités, chômage qui grandit « remise en cause du code du travail qui nous ramène au 19ème siècle » , droits du travail en péril, l’ARAC est plus que jamais sur la brèche, son combat est plus que jamais d’actualité.

« L’ARAC a une responsabilité particulière, elle est engagée depuis sa naissance dans la lutte contre la guerre, à dénoncer les causes impérialistes des guerres. Elle qui a fait, en son temps, du combat de la reconnaissance des droits des ACVG, son combat pour l’égalité sociale, la justice à l’égard des combattants et de leurs familles. Ses conditions évoluent, si l’équation du combat est modifiée, le résultat pour moins d’inégalités, moins d’injustices, plus de respect, plus de répartition des richesses, est un combat d’actualité. Dans la réorganisation du capitalisme aujourd’hui, à l’échelle de la planète, ce que l’on appelle la mondialisation est une véritable opération de lavage de cerveau, une véritable bataille idéologique est organisée » , insiste Michel Grüner.

Le message est clair. Pour conclure, évoquons enfin la demande de l’ARAC88 de baptiser une place de la ville du « 19 mars 1962 » , date du cessez le feu en Algérie qui représente aussi pour certains la fin de la colonisation. Une demande qui a essuyé un refus de la part de la Municipalité. Une décision qui, selon les élus présents et le maire de  Gérardmer à travers son courrier, n’a rien de politique. Il s’agirait plutôt de « ne pas multiplier et disperser les lieux de commémoration » , la mairie ayant traditionnellement reconnu cette date du 19 mars 1962, même s’il y a encore eu des victimes du conflit par la suite. La déception était grande cependant dans les rangs de l’ARAC qui a déploré que la Municipalité ne consulte pas des anciens combattants d’Algérie avant de procéder au vote…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *