Search
dimanche 11 décembre 2016
  • :
  • :

Le lac s’électrise avec le bateau l’Étoile La fée glisse sur l'eau

image_pdfimage_print
etoile5

Fabien Chojnacki à gauche et l’équipe de constructeur essayeur

La société est en pleine mutation et les énergies nouvelles sont au cœur des discussions écologiques, voire parfois au cœur des discussions des politiques dans le cadre de programme de développement durable… tout est dit, rien n’est dit ! Après le batelier Eric Defranould qui tourne sur le lac depuis 6 ans avec l’installation sur le plan d’eau du premier bateau solaire, l’Étoile prend une nouvelle vague avec une transformation radicale pour devenir également un bateau à propulsion électrique. On doit cette modification à son propriétaire depuis 2012, Fabien Chojnacki, qui a repris le ponton Gaspard.  Le batelier est actuellement aux premiers tests avec le constructeur Antoine Michel du Chantier Naval Franco-Suisse de Villers-le-Lac, là même où a été modifié le bâtiment.

«  La coque reste la même, les modifications portent notamment sur l’installation d’une propulsion électrique  » note le technicien « le bateau possède aujourd’hui un moteur de 30kW/h alimenté  par des piles au lithium dont l’une des particularités est de ne pas dégager de gaz ni besoin de ventilation soit une sécurité accrue.  »

L’embarcation devrait subir à ce niveau de nouvelles modifications à la fin de la saison.

« En effet, l’objectif est de faire de l’Étoile un bateau quasiment autonome avec l’installation de panneaux solaires «  commente Fabien Chojnacki  » même si cela ne suffira pas et qu’il faudra tout de même assurer un minimum par des recharges à quai. Mais, mon ambition est de faire le plus écologique possible ».

Les gérômois et les vacanciers peuvent déjà tester la nouveauté du lac qui ne se résume pas uniquement à sa propulsion électrique. L’habitable capable d’accueillir 50 personnes à bord est maintenant rétractable sur la presque totalité de la structure, une petite place arrière est aujourd’hui disponible pour les passagers alors que le poste de pilotage a été avancé dans un nez architectural original.

Pour le reste, il suffit de se laisser glisser au fil de l’eau, sans bruit, sans remous majeurs, comme le méritait sans doute l’Étoile arrivée sur le lac en 1969….

Le lac s’électrise comme le précise les baux d’exploitation délivrés tous les 9 ans par la commune.




2 réactions sur “Le lac s’électrise avec le bateau l’Étoile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *